M. Prasquier, président du CRIF, défend l’indéfendable

Communiqué du Parti communiste français du 31 janvier 2010
Quand M. Richard Prasquier, Président du CRIF, défend l’indéfendable.

Dans une interview au Parisien, le Président du CRIF, M.Richard Prasquier, affirme que le PCF et d’autres organisations proposent “une mesure de boycott d’Israël totalement illégale au regard de la loi française”. Le Président du CRIF se garde bien de rappeler que les mesures de sanctions et de boycott demandées en France par des dizaines d’organisations politiques, syndicales, associatives, pacifistes…sont entièrement tournées contre la colonisation des territoires palestiniens. Colonisation qui se poursuit en contradiction totale avec le droit international et les résolutions de l’ONU. L’illégalité est dans la politique d’Israël que M. Prasquier défend aveuglément.
Le PCF, avec d’autres organisations, demande la libération des 11 000 prisonniers palestiniens détenus par Israël et souhaite qu’un accord intervienne pour la libération du soldat israélien Guilat Shalit mais aussi du franco-palestinien Salah Hammouri et de Marwan Barghouti que le Président du CRIF se permet à tort de désigner comme “coupable d’assassinat terroristes”.
Si M. Richard Prasquier veut condamner les violences illégitimes il ne doit pas oublier les 1400 victimes palestiniennes – dont une majorité de civils – du fait des bombardements israéliens à Gaza. C’est au regard de cette agression inqualifiable que le Rapport Goldstone, a été adopté récemment par l’Assemblée générale de l’ONU. Sans épargner le Hamas, ce rapport fustige principalement Israël comme coupable de crimes de guerre, voire de crimes contre l’Humanité.
De cela M. Richard Prasquier ne dit pas un mot, préférant jeter l’anathème au prix d’une intrumentalisation inacceptable et choquante de la réalité.

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.