Un témoignage sur ceux qui sont appelés SDF

La Feuille de chou a reçu ce témoignage d’une correspondante, après l’incident de la Grand-Rue.

Archives: http://la-feuille-de-chou.fr/archives/56967

A une époque où je travaillais au centre ville, j’avais été frappée par le nombre de jeunes sdf aux alentours. J’avais commencé à discuter avec eux, je me demandais comment ils s’étaient retrouvés à la rue si jeunes. A force de tisser des liens, ils m’avaient alors invité dans leur lieu de vie à partager des moments avec eux. Ils avaient entre 19 et 24 ans. J’ai ainsi découvert les squats, la débrouille, la manche, les associations caritatives et tout ce qui faisait leur quotidien. Avec moi, qui avais logement, un travail, de l’argent et qui mangeais à ma faim, ils ont tout partagé. Ils ont partagé leurs repas lorsqu’on dînait ensemble, leur espace pour dormir lorsqu’ils trouvaient que j’étais fatiguée, leurs cigarettes, leur joie de vivre, les bons et les mauvais moments. Ils ne m’ont jamais posé de questions sur le fait que j’étais avec eux alors que j’avais un logement, ne m’ont jamais exclu, ni jugée. Au contraire, ils ont toujours été présent et j’ai découvert des gens fiable avec un grand cœur. Ils m’ont écouté quand j’étais en difficulté, se sont ouverts à moi, ont partagés leurs expériences, leurs fêtes, leurs deuils, en étant entiers, sincères, parfois vulnérables et parfois forts.

J’ai découvert de la débrouille, des gens qui transforment une boite de conserve et de l’alcool à brûler en un réchaud pour faire cuire leur nourriture. Qui savent bricoler une habitation en ruine en lieu de vie habitable. Des gens riches d’une vie pleine d’aléas qui les a rendu sensibles, humain, profonds et tolérants. Des gens solidaires entre eux qui ne se laissent pas tomber les uns les autres.

Je les ai vu perdre des proches de cette rue qui les brise.

Avec eux j’ai subi les persécutions. Moi qui n’avais jamais été contrôlée de ma vie, j’ai vu des policiers me demander des papiers plusieurs fois par jour, alors que nous discutions simplement dans la rue. J’ai vu des commerçants nous agresser verbalement, encore, encore et encore, chaque fois que nous nous déplacions pour trouver un endroit pour nous installer et passer du temps ensemble. J’ai même vu des gérants sortir avec un taser pour nous faire fuir. J’ai vu des parents serrer leur enfant contre eux comme si nous étions de dangereux criminels. J’ai vu des gens shooter dans leur gamelle de manche exprès. J’ai vu des serveurs refuser de nous servir, de nous parler, voire même de nous regarder. J’ai vu aussi, des policiers exciter leurs chiens pour les faire réagir et pouvoir les emmener au poste. Pendant qu’après tout ça moi je rentrais chez moi me reposer, eux continuaient à subir dans la rue.

Je les ai vu se faire chasser de partout. Chasser quand ils s’installent pour discuter, mais aussi chasser quand ils s’installent pour dormir. Après s’être fait agresser toute la journée par des commerçants, des passants, des policiers, se faire expulser d’un terrain où ils avaient posé leur tente et devoir trouver un autre endroit pour dormir. Se faire chasser par la CUS à la trêve hivernale pour qu’ils ne soient pas trop à proximité des touristes. Se faire chasser du dehors de dehors alors qu’ils avaient passé l’hiver en extérieur.

Si j’écris tout cela, c’est parce que je lis souvent dans les journaux, que les commerçants, les clients, les passants ont peur et que c’est pour cela qu’ils réagissent ainsi. Je voudrais vraiment dire qu’il n’y a pas de raison d’avoir peur. Que les médias, à force de répéter qu’ils inspirent la crainte, alimentent les inquiétudes et creusent le gouffre qu’il y a entre eux et tous ces gens qui les persécutent. Qu’il serait bon aussi de parler d’eux autrement qu’avec les mots alcool, différence, problèmes, violence car cela fausse leur image est n’est vraiment pas ce qui les représente.

Similar posts
  • 2000 manifestants le 1er mai à Strasb... Départ de la manifestation Le cortège sur le Pont [...]
  • Strasbourg antifasciste: 500 dans la ... Ils-elles s’étaient donné rendez-vous à 14h30 place de la gare à Strasbourg en cette veille de second tour de la présidentielle opposant la peste au choléra. Associations antifa, syndicats, partis se sont rassemblés avec force banderoles, pancartes et drapeaux. Peu après l’heure prévue, le cortège s’est ébranlé vers la rue du Maire-Kuss, précédé d’une magnifique [...]
  • Antipass, Jeunes pour le climat, Amne... Place Kléber Strasbourg. Il fait très froid, il neige, le vent souffle fort, il n’y a pas beaucoup de passants ni de badauds ni de touristes. Pourtant trois actions y ont été organisées par différentes associations. Un cortège anti pass par l’Inter QG Gilets jaunes, avec moins d’une centaine de personnes qui ont défilé sur [...]
  • Littérature et révolution en Alsace a... Charles Fichter au Centre culturel alsacien, présenté par Jean-Marie [...]
  • 11e anniversaire de la révolution syr... Alsace-Syrie, l’ATMF, le NPA et l’UJFP-Alsace avaient appelé ce samedi 26 mars 2022 à un rassemblement place Corbeau à Strasbourg pour le 11ème anniversaire du déclenchement de la révolution syrienne. Comme on le sait l’assassin Bachar al Assad a massacré son peuple, détruit les villes et transformé des millions de Syriens en exilés. Il a [...]

1 Commentaire

  1. 3 octobre 2013    

    merci pour ce témoignage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.