Anina, Rom et Française, à Kléber [DNA]

anina-ciuciu-document-remis

Manuel Valls : «Les Roms ont vocation à revenir en Roumanie ou en Bulgarie»…

Anina Ciuciu, 23 ans, a été naturalisée française en juillet, presque seize ans après son arrivée en France, avec ses parents et ses sœurs. Rom, elle a signé avec un journaliste un livre témoignage, « Je suis tzigane et je le reste » (City Editions, février 2013) et vient en parler à la librairie Kléber mercredi.

Le titre du livre, comme c’est bien souvent le cas, est de l’éditeur. Mais Anina, elle, se dit Rom, revendique son identité et vit avec étonnement, certainement, et peut-être une pointe de révolte, le débat qui agite la société politique française.
Les Roms sont cantonnés dans des quartiers insalubres

Anina est née et a passé une partie de son enfance en Roumanie, dans une famille de quatre enfants, des filles, avec un père comptable et une mère aide-soignante. La chute du régime des Ceausescu a eu des conséquences pour la communauté rom du pays, tout le monde le savait à l’époque. Stigmatisés, les Roms sont cantonnés dans des quartiers insalubres, beaucoup décident alors de fuir le pays.

En 1997, la famille d’Anina suit le mouvement, paie un passeur (avec de l’argent emprunté à la famille), atterrit en Italie dans un sordide bidonville des environs de Rome, repart sur la route, atterrit à Lyon, fait étape à Mâcon, fuit encore et devient clandestine. Pour finir, Anina et ses proches atterrissent à Bourg-en-Bresse, où deux « anges gardiens », dont une institutrice, se mettent en tête de les aider…

La suite est moins douloureuse, retour à l’école, un logement HLM, du travail. Et pour finir la Sorbonne pour Anina qui, devenue française, envisage de présenter le concours d’entrée à l’école de la magistrature !

C’est cette histoire que la jeune femme raconte dans « Je suis tzigane et je le reste ».

Le livre est sorti avant que le débat sur les Roms ne rebondisse et ne connaisse un tour politique assez regrettable, par moments.

« Je suis tzigane et je le reste », City Editions, février 2013, Anina Ciuciu et Frédéric Veille. Rencontre avec l’auteure le mercredi 9 octobre à 20 h, salle Blanche de la librairie Kléber à Strasbourg.
publiée le 07/10/2013 à 05:00

Similar posts
  • Documentaire: 91 route des Romains St... La nouvelle municipalité a suspendu la plainte contre Edson Laffaiteur. Le référé aura lieu le 25 août [...]
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]

2 Commentaires

  1. schlomo schlomo
    8 octobre 2013    

    sous Ceaucescu, les Roms avaient du travail et des logements
    c’est la chute du mur de Berlin et la fin des régimes de l’est qui les fait émigrer à l’ouest où selon leurs déclarations constantes, ils sont mieux traités que dans leur pays actuellement
    et chez nous leurs enfants vont à l’école…

  2. 8 octobre 2013    

    Cher monsieur, je me permets de vous écrire en tant que responsable d’une association d’entraide. Je ne connais pas votre orientation politique et je m’en contrefous, mais à vous lire, vous qui osez sous entendre que sous la dictature stalinienne en Roumanie les roms étaient bien mieux lotis il me vient l’envie de vous rappeler quelques détails qu’un déclaré ” défenseur des roms ” comme vous se devrait de connaitre :

    Sous la dictature communiste les roms vivaient sous le régime de l’intégration forcée : obligés de quitter leurs métiers traditionnels pour travailler dans l’agriculture, réduits en esclavage dans les fermes d’états. Dans un souçis d’uniformisation, ils furent obligés de se sédentariser dans des quartiers insalubres !! De peur de l’accroissement de leurs populations, les enfants furent placés dans des orphelinats où sévissaient épidémies de sida et cholera.

    C’est la raison pour laquelle, beaucoup, aux risques de leur vie, entamèrent à cette époque une fuite vers les pays d’Europe occidentale. Le racisme latent et les discriminations hérités du régime dictatorial roumain les poussent encore aujourd’hui à des voyages vers une vie supposée meilleure à l’Ouest. Par respect pour ce grand peuple, peut être conviendrait il de se renseigner avant d’écrire ou de publier n’importe quoi…

    Quant à la petite Anina, elle est un symbole de ce que monsieur Valls appelle l’intégration , qu’il souhaite de ses voeux pour ce peuple!

    cordialement

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.