On garde Leonarda et Khatchik, et on expulse le gouvernement

Jeudi 17 octobre, les lycéennes et lycéens d’une vingtaine d’établissements parisiens mais également de plusieurs autres villes (Grenoble, Avignon, Mende…) se sont mobilisés pour dénoncer les expulsions de de camarades en situation irrégulière, dont celle de Leonarda et de Khatchik survenues il y a peu. La manifestation parisienne a rassemblé plusieurs milliers de personnes.

  • Khatchik, du lycée Camille-Jenatzy (Paris 18e) a été expulsé vers l’Arménie samedi 12 octobre car il n’avait pas de titre de séjour.
  • Leonarda, arrêté par la police en pleine sortie scolaire, a été expulsée avec toute sa famille en direction du Kosovo, le lundi 9 octobre.

Le gouvernement écolo-socialiste, Manuel Valls en tête, s’inscrit tristement dans la continuité des politiques raciste et xénophobes de l’époque Sarkozy. Les protestations en demi-teinte de certains pontes du PS, devant le tollé provoqué par ces expulsions, ne doivent pas faire illusion. En tentant de faire passer ces expulsions pour des « dérives », des « bavures », des « accidents » ils espèrent masquer la terrible réalité de la politique du PS : celle de la stigmatisation et de la répression de « boucs émissaires » (immigré-e-s, Roms).

Mais pourquoi cette surenchère dans le racisme ? Pour masquer sa soumission aux riches et au patronat, et les politiques antisociales qui vont avec, pardi !

Du PS au FN, en passant par l’UMP ce sont les mêmes discours à quelques nuances près : il vaut mieux tirer sur celles et ceux qui souffrent le plus de la violence économique et sociale du capitalisme que de s’attaquer aux vrais problèmes des millions de salarié-e-s, retraités, chômeurs et chômeuses de ce pays.

Pourtant ce ne sont ni les immigré-e-s, ni les Roms qui réduisent les salaires, qui cassent les retraites ou qui augmentent les prix ou les loyers. Ce sont les capitalistes et leurs laquais politiciens.

Faible avec les forts, fort avec les faibles, tel est la devise de ce gouvernement fantoche. Il est temps que ça cesse !

La mobilisation des lycéennes et des lycéens est un encouragement dans une période ou la surenchère raciste et les politiques d’austérité font le terreau de l’extrême droite. Cette mobilisation ne doit pas s’arrêter là mais s’élargir pour enfin mettre un coup d’arrêt à l’acharnement contre les immigré-e-s, les sans-papiers et les Roms.

  • Alternative Libertaire soutient toutes celles et ceux qui s’opposent à ces expulsions !
  • Amplifions la mobilisation ! Dans les lycées, les facs, les entreprises et les quartiers, unissons-nous contre les politiques racistes et antisociales !
  • Solidarité avec Khatchik et Leonarda ! Régularisation de toutes et tous les sans-papiers !

Branche Jeunesse d’Alternative libertaire

Tract_jeunesse

 

Similar posts
  • 20 morts à Gaza, dont 9 enfants L’horreur des bombardements de cette nuit Tard hier soir Iyad nous envoie ce message “Nouveau massacre à Gaza, 3 enfants tués dans des raids israéliens”. Puis, impossible d’appeler, WhatsApp ne fonctionne plus… Cette nuit nous a ramenés 23 ans en arrière quand nous tremblions pour nos amis et nos proches bombardés (“pour leur bien” – [...]
  • Les élèves du TNS place Corbeau le 17... [...]
  • Gilets Jaunes Strasbourg et TNS [...]
  • Santé-Social en lutte à Strasbourg Une centaine de salariées du secteur Santé-Social s’est rassemblée à 14h30 place Broglie à Strasbourg à l’appel de leurs syndicats CGT, FO, Solidaires avant de défiler au centre [...]
  • Echec total de la mobilisation Foncti... Ce n’est pas la première fois qu’une échéance syndicale nationale se traduit par un bide, mais ce 6 avril 2021, au lendemain du week-end pascal, et après les nouvelles mesures de confinement pour un mois, on a atteint le fond du fond. A 12h, place Broglie à Strasbourg, 3 policiers du Renseignement territorial et un [...]

1 Commentaire

  1. 20 octobre 2013    

    Je signe !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.