Violences policières à Trappes, le témoignage choc d’Alexandre

C’est un récit d’une violence inouïe. Celle de policiers en service s’acharnant contre un jeune de vingt ans. Trois mois après les faits, tout juste remis d’un traumatisme crânien et d’une fracture de la cheville, c’est comme émeutier qu’Alexandre C. doit être jugé ce mercredi par le tribunal de Versailles (Yvelines), où il comparaît pour «violence sans ITT» (interruption temporaire de travail) et «rébellion».
L’histoire se déroule à Trappes dans la nuit du 19 au 20 juillet dernier. La veille, le contrôle d’identité d’une femme voilée a dégénéré, les cités sont sous tension, la révolte gronde. Alexandre C. est «curieux». Avec un ami, ils viennent voir «l’émeute», un peu comme on va au spectacle. A 1h45, ils garent la voiture à quelques centaines de mètres du commissariat, où les violences entre habitants et policiers font déjà rage. En passant près d’un terrain vague, Alexandre est jeté à terre par «au moins cinq policiers» : «Ils m’ont mis des coups de matraques sur le visage et le dos. Puis, l’un d’entre eux m’a immobilisé la jambe gauche et deux autres tapaient à tour de rôle sur mon tibia. Après quinze coups, le plus gros des policiers a pris son élan et a sauté sur ma cheville. J’ai senti l’os craquer.»

“Tu vas mourir, fils de pute”

Pour Alexandre, le plus dur commence. «Ils m’ont mis debout, j’ai dit ‘Je ne peux pas marcher’. L’un a répondu : ‘Ca tombe bien, tu vas faire un petit footing’. Deux policiers m’ont tenu sous les aisselles et forcé à courir. Ma jambe gauche traînait par terre. Ils me jetaient, me relevaient, me refaisaient tomber.» Le tout ponctué par des insultes : «Tu vas mourir, fils de pute», «Tu vas payer pour tout le monde», «c’est ta soirée p’tit connard». Tous rejoignent alors une brigade à quelques centaines de mètres. Pas un d’entre eux ne moufte quand un agent lance à Alexandre : «T’es une ordure, tu vas t’asseoir à ta place», avant de le hisser sur une poubelle…

La suite: http://www.humanite.fr/societe/violences-policieres-trappes-le-temoignage-choc-da-551702

Similar posts
  • Manifestation lumineuse de l’Ed... Comme une détestable habitude, la préfète Josiane Chevalier a récidivé en interdisant les flambeaux. Peu importe, les lumignons de toutes sortes ont éclairé la nuit de Blanquer-Ibiza depuis le rectorat de l’Académie de Strasbourg. Une centaine de manifestant.e.s ont participé dans la bonne humeur, les chants et les slogans à la marche nocturne et lumineuse. [...]
  • Etudiant.e.s de l’école du TNS ... Depuis plusieurs jours des étudiantes de l’école du TNS manifestent par leur présence sur le parvis du théâtre. Elles refusent d’être considérées comme du public devant présenter le pass sanitaire et bientôt le pass vaccinale. En effet, à l’Unistra, cette exigence n’existe pas alors pourquoi devraient-elles être assimilées au public du théâtre? Vous pouvez les [...]
  • Strasbourg: un millier de manifestant... Un millier de personnes ont participé ce 15 janvier à Strasbourg à une manifestation organisée et déposée par Gilets jaunes Strasbourg République auquel s’était joint le Collectif antipapes 67. Trajet habituel imposé par la préfecture se terminât place de la République. Le cortège a mis le temps puisque parti vers 14h30 de l’hyper-centre, il est [...]
  • Sylvain Cypel et Gérard Haddad invité... Vendredi 7 janvier, la veille de l’Assemblée générale de l’Union Juive française pour la Paix, -association juive antisioniste-, annulée pour cause de pandémie, s’est tenue devant une quarantaine de personnes membres ou pas du groupe, une conférence bicéphale, déjà annulée auparavant, avec l’écrivain et journaliste Sylvain Cypel et le psychanalyste Gérard Haddad  D’autres vidéos [...]
  • Pour les libertés, contre le passe va... Cet après-midi, j’étais à Paris, pas en vue de manifester, d’ailleurs j’ignorai tout des réjouissances anti-macroniennes, . Je m’apprêtais à prendre le bus 38 pour aller voir l’exposition Baselitz. Mais l’arrêt indiquait qu’il n’y aurait pas de bus pour cause de manif. En retournant vers Denfert-Rochereau, pour le métro, j’ai pu admirer les dizaines de [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.