Violences policières à Trappes, le témoignage choc d’Alexandre

C’est un récit d’une violence inouïe. Celle de policiers en service s’acharnant contre un jeune de vingt ans. Trois mois après les faits, tout juste remis d’un traumatisme crânien et d’une fracture de la cheville, c’est comme émeutier qu’Alexandre C. doit être jugé ce mercredi par le tribunal de Versailles (Yvelines), où il comparaît pour «violence sans ITT» (interruption temporaire de travail) et «rébellion».
L’histoire se déroule à Trappes dans la nuit du 19 au 20 juillet dernier. La veille, le contrôle d’identité d’une femme voilée a dégénéré, les cités sont sous tension, la révolte gronde. Alexandre C. est «curieux». Avec un ami, ils viennent voir «l’émeute», un peu comme on va au spectacle. A 1h45, ils garent la voiture à quelques centaines de mètres du commissariat, où les violences entre habitants et policiers font déjà rage. En passant près d’un terrain vague, Alexandre est jeté à terre par «au moins cinq policiers» : «Ils m’ont mis des coups de matraques sur le visage et le dos. Puis, l’un d’entre eux m’a immobilisé la jambe gauche et deux autres tapaient à tour de rôle sur mon tibia. Après quinze coups, le plus gros des policiers a pris son élan et a sauté sur ma cheville. J’ai senti l’os craquer.»

“Tu vas mourir, fils de pute”

Pour Alexandre, le plus dur commence. «Ils m’ont mis debout, j’ai dit ‘Je ne peux pas marcher’. L’un a répondu : ‘Ca tombe bien, tu vas faire un petit footing’. Deux policiers m’ont tenu sous les aisselles et forcé à courir. Ma jambe gauche traînait par terre. Ils me jetaient, me relevaient, me refaisaient tomber.» Le tout ponctué par des insultes : «Tu vas mourir, fils de pute», «Tu vas payer pour tout le monde», «c’est ta soirée p’tit connard». Tous rejoignent alors une brigade à quelques centaines de mètres. Pas un d’entre eux ne moufte quand un agent lance à Alexandre : «T’es une ordure, tu vas t’asseoir à ta place», avant de le hisser sur une poubelle…

La suite: http://www.humanite.fr/societe/violences-policieres-trappes-le-temoignage-choc-da-551702

Similar posts
  • Du proto-capitalisme au Covid-19: une... Alain [...]
  • Esclavage moderne en Champagne : «Mêm... Esclavage moderne en Champagne : «Même les passeurs nous traitaient mieux que ça» Gurvan Kristanadjaja Il y a 17 heures Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. © Emeric Fohlen Photo d’illustration, à Verzenay, en août 2018. Un procès a levé le voile la semaine dernière à Reims sur les conditions de travail de vendangeurs [...]
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]
  • Grève et manifestation des soignant.e... Grâce à la nouvelle mobilisation des salariées de Rhéna venue de la base, une nouvelle manifestation s’est tenue de la clinique privée au Nouvel Hôpital Civil au service des urgences. Pendant que les directions syndicales perdent leur temps au prétendu “Ségur de la Santé” du gouvernement, et gaspillent la combativité qui s’était traduite à Strasbourg [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.