Un détenu psychotique condamné à trois ans de prison!

DNA

Strasbourg

Violences aggravées en maison d’arrêt

L’agresseur aurait agi « sur ordre de la voix »

Dans la nuit du 23 au 24 août 2012, un prisonnier a volontairement blessé son codétenu à la maison d’arrêt de Strasbourg. Jugé hier, l’homme âgé de 24 ans a expliqué avoir obéi à des voix.

Cela faisait plusieurs jours qu’il entendait des voix lui parler. Un ancien codétenu, qui partageait encore sa cellule quelques jours auparavant, se souvient de la métamorphose de Majid Bourezma. « Du jour au lendemain, il s’est senti espionné. Il chuchotait toute la journée, prenait des douches tout habillé et tenait des propos incohérents. » Une attitude qui l’a conduit à demander son changement de cellule.

Le 23 août, alors qu’un nouveau détenu s’installe dans la petite geôle de la maison d’arrêt de Strasbourg, le prévenu ressent immédiatement un malaise. « J’ai senti de mauvaises ondes, que c’était une mauvaise personne. » Il prévient le personnel pénitentiaire que si cet homme reste dans sa cellule, il risque de lui faire du mal. On l’invite alors à faire une demande écrite de transfert.

« Dieu a parlé avec ton père et m’a dit que tu devais le rejoindre »

Les deux hommes finissent par faire connaissance en fumant du cannabis. Le nouvel arrivé évoque le décès de son père, tandis que Majid Bourezma lui lit des passages du Coran. Mais la petite voix intérieure ne quitte pas le jeune homme de 24 ans.

Alors que la victime s’allonge sur le lit supérieur pour dormir, elle est réveillée soudainement par une vive douleur. Le prévenu vient de lui asséner un coup de lame de rasoir au niveau du cou, heureusement sans gravité. « Dieu a parlé avec ton père et m’a dit que tu devais le rejoindre », se dédouane le prévenu.

« J’ai agi sur ordre de la voix, confirme le mis en cause, aujourd’hui débarrassé de ces bourdonnements. Elle m’a dit que je devais tuer Satan et que c’était la seule façon de le faire. »

Face aux propos confus du jeune homme, qui évoque à la barre tantôt Jésus à défendre, tantôt le diable à tuer, le procureur adjoint Gilles Delorme s’interroge : « Est-il conscient de ce qu’il a commis ? Est-ce que ces voix sont bien réelles ? »

Pour le magistrat, il est « indispensable pour le prévenu de poursuivre son traitement. À ce titre, la peine plancher de deux ans ne me semble pas suffisante », observe Gilles Delorme, avant de requérir « trois ans de prison dont un an avec sursis et mise à l’épreuve assortis d’une obligation de soins ».

« Les malades, on ne les laisse pas en prison, rétorque Me Emmanuel Spano pour la défense. Comme nous l’a dit l’expert, mon client souffre d’une pathologie psychologique qui a altéré son discernement au moment des faits. Monsieur a agi dans une situation d’oppression, de stress et parce qu’il a consommé des stupéfiants. Il a besoin de retrouver sa famille, d’être entouré et soigné. »

Le tribunal a finalement suivi les réquisitions du procureur.

par Cél.L., publiée le 12/12/2013 à 05:00

Révoltant!

La place d’un psychotique n’est pas en prison!

Les procureurs et autres magistrats recoivent-ils une formation en psychiatrie pendant leur formation?

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.