Cinq ans déjà: l’impunité d’Israël

Cinq ans déjà : l’impunité d’Israël !

Ziad Medoukh

Cinq ans déjà, fin décembre 2008, fin décembre 2013, comme si
c’était hier, un événement terrible en Palestine, une vraie guerre à Gaza menée par la cinquième armée du monde contre une population civile dans une région sous blocus.

Difficile d’oublier, même après des années et des années,
difficile de sortir de nos mémoires ces images bouleversantes, de vrais massacres contre les enfants de Gaza.

Ces jours-ci, les Palestiniens en général, les habitants de
la bande de Gaza en particulier et avec eux, tous les solidaires internationaux, commémorent le cinquième anniversaire de l’agression israélienne de fin décembre 2008 contre la population civile, un carnage israélien qui a fait des centaines de morts et de milliers de blessés, sans oublier la destruction massive de toute une région déjà bombardée et attaquée.

C’était en décembre 2008, cinq ans déjà, cinq années se sont
écoulées, mais il est difficile pour nous Palestiniens de Gaza d’oublier la guerre, les massacres et les crimes commis par cette armée d’occupation, contre nos femmes et nos enfants, contre nos maisons et nos écoles, contre nos usines et nos routes, contre notre volonté et notre résistance, contre notre avenir et notre existence.

Comment pourrait-on effacer les événements dramatiques de cette guerre israélienne contre la population civile gazaouite ? Lequel d’entre nous pourrait oublier les pertes humaines, la destruction massive de nos infrastructures civiles ? Y-a-il un seul Gazaoui qui n’ait été touché directement ou indirectement par les attaques sanglantes d’une armée d’occupation qui visait avant tout les civils ?

Cette année, la commémoration est particulière, car les
attaques et les agressions israéliennes se poursuivent jour et nuit provoquant la mort de civils et des dégâts importants. Et cela se poursuivra tant que les crimes israéliens resteront impunis, et tant que Israël ne sera pas jugé pour les crimes contre l’humanité commis contre les enfants de Gaza.

En cinq ans, beaucoup d’événements se sont passés en Palestine et dans la région, mais pour la population civile de cette prison à ciel ouvert, rien n’a changé.

Cinq ans après la fin de ce carnage, la situation stagne, rien ne bouge et les gens, sur place, attendent et attendent, ils attendent une ouverture, ils attendent la levée de ce blocus inhumain, ils attendent une vraie réaction internationale afin de mettre fin à l’impunité d’Israël et fin à leur souffrance.

Ces événements, en dépit de leur importance, n’ont pas eu d’influence sur la vie difficile de 1,7 millions de Gazaouis qui continuent de vivre dans des conditions précaires, ils n’ont pas changé l’existence de ces jeunes qui vivent l’occupation, l’isolement, la pauvreté, le chômage et la souffrance.

L’aspect le plus grave de toute cette situation difficile des habitants de la bande de Gaza et qui marque l’esprit de la
majorité des habitants, c’est l’absence de perspectives pour ces gens qui ne voient aucun changement, qui constatent que les choses n’avancent pas, ne bougent pas, sur tous les niveaux : réconciliation et fin de la division, amélioration de leur condition de vie, ouverture, fin de l’occupation, sentiment horrible qui va influencer l’avenir de cette génération, surtout celle des jeunes, qui commencent à perdre espoir en un avenir immédiat meilleur.

Cinq ans après, Gaza la blessée, Gaza la martyre, et Gaza la meurtrie existe, persiste, et résiste, elle continue de souffrir, elle est toujours sous blocus, elle subit les bombardements et les raids israéliens, Gaza est toujours et plus que jamais une prison à ciel ouvert.

Mais la vie continue, ses habitants s’adaptent et montrent une patience extraordinaire devant le silence complice d’une communauté
internationale impuissante qui n’arrive pas à mettre fin à cette agression israélienne et n’ose pas dénoncer les différentes mesures israéliennes illégales, en particulier le blocus inhumain contre Gaza.

Les Gazaouis attendent toujours, ils n’ont pas d’autre choix que d’attendre, ils attendent avec un courage à toute épreuve, une sérénité exemplaire et une volonté remarquable. Mais surtout avec un message simple et clair : « Non, nous n’oublierons pas », et une seule question : « Jusqu’à quand l’impunité d’Israël ? »

En attendant, ils tiennent bon, persistent, patientent, résistent, mais surtout, ils continuent d’espérer en un lendemain meilleur, un
lendemain de liberté, de paix, mais, avant tout et surtout, en un lendemain de justice.

Similar posts
  • Gaza sous double confinement [...]
  • Des élus français au secours de l’apa... Des élus français au secours de l’apartheid samedi 16 mai 2020par Coordination nationale de l’UJFP Il y a 72 ans aujourd’hui, c’était la Nakba, le nettoyage ethnique prémédité de la majorité des Palestiniens de leur propre pays en 1948. En Israël, le nouveau gouvernement prépare, sans masquer ses intentions, l’annexion de la Cisjordanie au mépris [...]
  • Meyer-Habib s’en prend encore m... Mardi, 14 Avril, 2020 POUR LE DÉPUTÉ HABIB, TOUTES LES FAKE NEWS SONT BONNES POUR S’EN PRENDRE AUX GAZAOUIS Pierre Barbancey Le député Meyer Habib accuse les habitants de Gaza de ne pas respecter les gestes barrières en publiant une photo de 2017. Meyer Habib, député de la 8e circonscription des Français établis hors de France, [...]
  • Soirée littéraire à Gaza Soirée littéraire à Gaza Iyad Alasttal, le cinéaste publie chaque semaine un film qui raconte la résistance des Palestiniens de la Band e de Gaza. Celle-ci s’exprime par la volonté des habitants de mener une vie “normale” malgré les 13 ans de blocus, les privations, les tireurs d’élite israéliens et les bombardements de Tsahal. Chaque [...]
  • En période de pandémie, embargo, bloc... Lu dans l’Humanité EN PÉRIODE DE PANDÉMIE. EMBARGO ET BLOCUS, ATTEINTES À L’INTÉGRITÉ DES PEUPLES La tribune de Mireille Fanon-Mendès France Fondation Frantz-Fanon Adda Bekkouche Ancien enseignant à l’université Paris-I, Panthéon-Sorbonne une violence illégitime Mireille Fanon-Mendès France Fondation Frantz-Fanon  et  Adda Bekkouche Ancien enseignant à l’université Paris-I, Panthéon-Sorbonne Les embargos et blocus sont aujourd’hui, plus qu’hier, des agressions [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.