“Excellence des relations franco-allemandes”, “campus européen”, et baisse des moyens en Allemand à l’Université de Strasbourg

Pendant qu’est vantée “l’excellence des relations franco-allemande” et que le président de l’UdS lance l’idée, reprise par Hollande, d’un “campus européen”, – voir les articles des DNA ci-après-, les moyens pour l’enseignement de l’allemand diminuent de manière drastique comme le dit cette enseignante lors de la conférence de presse intersyndicale le 30 janvier à la fac de droit.

DNA

L’idée d’un « campus européen » à Strasbourg

Le conseil des ministres franco-allemand, le 19 février à Paris, pourrait débattre de la création d’un « campus européen » à Strasbourg. L’annonce en a été faite par François Hollande hier midi.

Ils sont douze. Douze des 420 étudiants qui, pour moitié français, pour moitié allemands, sont inscrits à l’université de Strasbourg dans des cursus franco-allemands, la plupart labellisés par l’université franco-allemande (UFA). Au président de la République, ils racontent, brièvement, leurs motivations, leurs surprises, leur enthousiasme, leurs espoirs.

« Sur le plan administratif, ce n’était pas simple », se souvient Céline, qui étudie le management international à cheval entre Strasbourg et Fribourg. « Je suis les cours, mais j’ai encore du mal avec le français courant », pointe Sven, élève ingénieur en chimie entre Strasbourg et Dresde. « Quand on voit les chasseurs de têtes allemands sur les forums étudiants français, on comprend que l’Allemagne manque d’ingénieurs », analyse Guillaume, qui se forme en plasturgie.

Tous, Français et Allemands, disent le sentiment d’avoir une formation plus riche, parce que binationale et biculturelle. « On travaillera de plus en plus ensemble, et un étudiant qui a connu deux pays, deux universités, deux labos sera plus à l’aise », note Raphaël, biologiste entre Sarrebruck et Strasbourg.

Alain Beretz, président de l’université de Strasbourg, intervient sobrement : « Il nous faut un cadre politique et opérationnel, pourquoi pas un campus européen ? Par exemple, recruter un professeur pour deux universités, une française et une allemande, on ne sait pas faire ! »

François Hollande reprend l’idée : « Les chiffres aujourd’hui sont modestes : 8 000 étudiants allemands en France, 6 000 français en Allemagne. Il faut aller beaucoup plus loin. L’idée possible serait de créer un « campus européen » à Strasbourg. Nos deux gouvernements, réunis à Paris le 19 février, pourraient en traiter ».

Le président de la République rappelle aussi que « la France est l’un des pays qui accueillent le plus d’étudiants étrangers ». Désormais, leurs titres de séjour couvriront le cycle universitaire entier et « permettront même le redoublement ». Quant au programme ERASMUS, amplifié par le budget de l’Union européenne, qui concerne actuellement 30 000 Européens en France, 35 000 Français en Europe, il va s’étendre aux apprentis, ajoute-t-il.
par Jacques Fortier, publiée le 31/01/2014 à 05:00

Strasbourg
Visite du chef de l’État
Dans l’embryon de campus européen

François Hollande a fait un passage remarqué au milieu des étudiants franco-allemands dans une aula du palais U chargée d’histoire. De quoi lui donner des ailes et l’envie de mettre le concept du « campus européen de Strasbourg » au menu du sommet franco-allemand.

« Je ne sais plus très bien lesquels d’entre vous sont français et lesquels sont allemands, tellement vous maîtrisez la langue », a démarré François Hollande, après avoir écouté studieusement – pendant près d’une demi-heure – les étudiants réunis autour de la grande table, au milieu de l’aula du palais U.
« L’amour de la bière… »

Quelque 200 personnes ont assisté à cette rencontre, dans un climat assez bon enfant. Au premier rang desquels figuraient, outre la ministre de la Santé Marisol Touraine, le maire sortant Roland Ries, mais aussi celui de Kehl, Günther Petry, le préfet de Région et du Bas-Rhin Stéphane Bouillon, le président de la CUS Jacques Bigot ainsi que les parlementaires Catherine Trautmann, Philippe Bies, Armand Jung ou encore la sénatrice Fabienne Keller, des adjoints au maire et des élus municipaux. Tout ce petit monde n’a pas perdu une miette des expériences des étudiants français et allemands, qui constituent en quelque sorte l’embryon du « campus européen » – de l’expression d’Alain Beretz, président de l’Université, reprise à son compte par François Hollande. Le président de la République indiquant que ce concept pourrait être mis au calendrier du prochain sommet franco-allemand, le 19 février prochain.

« Parmi les choses qui nous rassemblent [avec l’Allemagne], il y a l’amour de la bière, mais pas que… », a souri un élève ingénieur, qui a détendu l’atmosphère. Autant dire que Roland Ries a bu du petit-lait, lorsque cette idée de campus européen à Strasbourg a germé dans la bouche du locataire de l’Élysée. Cette visite thématique, consacrée à la recherche et à l’enseignement supérieur, a pris une saveur tout européenne. Et pour tout dire, a donné avec cette promesse pour Strasbourg un bonus au candidat socialiste sortant et a réchauffé l’ambiance.
Bonus au bilan de Ries

« Pour son deuxième déplacement à Strasbourg comme président de la République, François Hollande a une nouvelle fois marqué son attachement à la dimension européenne de la ville », a souligné Roland Ries, dans un communiqué commun avec Jacques Bigot. Avant de conclure : « Une bonne journée pour Strasbourg ! »

Cette annonce, après l’Eurométropole en mars 2013, a en revanche douché quelque peu les ardeurs de son adversaire, la candidate UMP Fabienne Keller – qui avait profité de l’attente au début pour serrer beaucoup de mains. Et qui se désolait, il y a peu de temps encore, du manque d’engagements et de considération du gouvernement pour la capitale européenne. Autant dire que la visite d’hier a réduit à néant cet angle d’attaque politique potentiel.
par Philippe Dossmann, publiée le 31/01/2014 à 05:00

Strasbourg / Récit de l’émergence d’un (futur) projet. Le jour où le président Beretz a réussi à glisser l’idée d’un “campus européen” au président Hollande…

Personne ne l’avait vraiment prévu : mais une idée est née de la table ronde du Palais universitaire, réunissant le président Hollande, de jeunes étudiants français et allemands et des universitaires : la création d’un “campus européen” à Strasbourg. Le sujet devrait être évoqué au plus haut niveau, à Paris, le 19 février…

A quoi peut bien servir une table ronde ? A faire émerger des idées pardi ! Et de ce point de vue la rencontre du Palais universitaire entre François Hollande, des universitaires et de jeunes étudiants est une réussite.

Bien sûr, tout cela sentait le protocole jusqu’à l’ennui, avec des photographes placés trop loin à l’arrivée du président (qui leur a tourné le dos en rentrant dans l’aula -vive les pools), avec un déroulement millimétré et des témoignages d’étudiants très convenus. Souvent. Mais le résultat est là : Alain Beretz a lancé une belle idée, reprise par François Hollande et qu’il s’agit de concrétiser maintenant : la création d’un “campus européen”.

A l’issue de la table ronde, l’expert ès universités de l’Elysée, acouru en salle de presse pour débriefer avec les journalistes, avait l’air un peu ennuyé de cette idée tombée dans l’aula sans prévenir, par la bouche du président de l’Université de Strasbourg. Ne prenez pas ce qu’a dit le président (de la République) au mot, a-t-il suggéré en substance, avant de se raviser. “Mais c’est le président qui a parlé”. Entendez : “je ne vais pas le contredire”.

Donc, cette idée du “campus européen de Strasbourg” est née dans l’aula. Voyons de plus près de quoi il retourne.

Alain Beretz, président de l’Université de Strasbourg, est intervenu pendant le témoignage d’une étudiante qui relayait elle-même un souhait d’un mandarin allemand : plus de facilités pour un travail en commun entre universités allemandes et françaises. “Nous voulons travailler sur du concret, il faut des aménagements techniques pour pouvoir recruter des enseignants simultanément dans une université française et allemande. Cela ne coûtera pas plus cher. Il faut un ‘campus européen'” (dixit Beretz).

L’idée est lancée. Geneviève Fioraso, ministre de l’enseignement supérieur, invitée à s’exprimer par le président Hollande (je raconte ça de mémoire) rebondit : “L’administration s’adaptera aux projets des universités”. Premier point pour Beretz.

Puis quelques minutes plus tard, François Hollande, qui a bien écouté, prend la parole, pendant une bonne vingtaine de minutes. Il reprend l’idée de la création d’un “campus européen” à Strasbourg. Et ajoute même que le sujet pourra être évoqué lors d’une réunion des deux gouvernements français et allemand, à Paris, le 19 février.

Voilà, l’idée est lancée, reste à lui donner corps et existence. Si cela se fait, la table ronde de l’aula du Palais universitaire n’aura pas été un simple exercice de comm’ sans grand intérêt.
Christian Bach

Similar posts
  • Lu dans les DNA: football, préfète et... Football, préfète et carte vitale Après le match de football du Stade Paco Matéo aux Poteries, à Strasbourg, les autorités demandent aux participants de se présenter pour un dépistage au Parlement européen. “Il ne s’agit pas d’un piège pour que la police récupère ensuite ces personnes...” précise la préfète de choc, Josiane Chevalier. Cependant, pour [...]
  • La démocratie et les libertés bafouée... Communiqué de presse Etat d’urgence sanitaire : La démocratie et les libertés bafouées Depuis deux mois que nous subissons les flux d’informations en direct (qui laissent peu de place à l’esprit critique et à la réflexion), nous sommes tous devenus des  épidémiologistes, des virologues et nous discutons des effets comparés de la chloroquine ou du [...]
  • Communiqué de presse des Gilets Jaune... [...]
  • CGT Eurométropole Strasbourg La CGT EMS constate que les conditions pour la reprise des cours, mais aussi des autres services dès le 11 voire le 14 mai ne sont pas réunies. De façon générale : · Tout d’abord, nous restons dans une zone ROUGE, où les services hospitaliers sont encore sous tension (et nos contacts sur place nous [...]
  • On est là Magazine Avril 2020 [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.