Aux Etats-Unis, le “néoracisme” nourri par la recherche génétique

De Kerry SHERIDAN (AFP)

Chicago — Les avancées enregistrées ces dernières années dans la génétique ont permis, malgré elles, à de vieilles théories racistes de connaître un nouvel avènement, avertissent des scientifiques américains.

Plus inquiétant, selon eux, ce “néoracisme” est parfois le fait de chercheurs pour lesquels l’existence de races humaines ne fait aucun doute et permettrait même de dresser des profils biologiques, comportementaux et culturels.

“La génétique nous aide beaucoup à apporter une aide médicale au cas par cas”, souligne Nina Jablonski, professeur d’anthropologie à l’université de Penn State, en Pennsylvanie, qui participe à la conférence annuelle de l’Association américaine pour les progrès scientifiques, à Chicago.

Mais, nuance-t-elle, la science peut aussi être “malmenée” et servir de caisse de résonance à la croyance selon laquelle la couleur de peau et l’origine ethnique prédisposent chacun de nous à accomplir plus ou moins bien telle ou telle tâche.

A titre d’exemple, la chercheuse cite de nouvelles études qui se prononcent pour que les enfants soient classés selon les capacités conférées par leur patrimoine génétique et placés dans des écoles spécialisées dans l’un ou l’autre domaine d’apprentissage.

“C’est quelque chose que nous avons connu par le passé et c’est extrêmement inquiétant”, s’indigne-t-elle, citant la ségrégation raciale dans les écoles du Sud des Etats-Unis qui avait cours jusqu’à ce que la Cour suprême l’interdise en 1954.

“Les professionnels de l’éducation qui proposent cela se veulent bien intentionnés, mais c’est quelque chose qui pourrait facilement être déformé si c’était mis en place”, met-elle en garde.

– Ségrégation dans les écoles

De nombreux chercheurs estiment que la couleur de peau n’est pas en soi un déterminant biologique, même si le patrimoine génétique influe sur la prédisposition à telle ou telle maladie, explique Joseph Graves, responsable de recherches à l’université de Caroline du Nord.

La recherche a ainsi montré que les noirs étaient ainsi plus enclins que les blancs à avoir un type sanguin qui les prédispose à la drépanocytose, une forme d’anémie qui protège contre le paludisme.

Bien qu’il ne remette pas en cause ces recherches, Joseph Graves pense qu’il serait faux de mettre les vastes différences entre blancs et noirs en matière de santé uniquement sur le compte des gènes.

“L’idée derrière cela c’est qu’avoir des ancêtres africains prédispose à plus de problèmes de santé et une mortalité plus élevée”, a relevé M. Graves durant la conférence de Chicago. “C’est ce que j’appelle le +mythe de l’Africain génétiquement malade+”.

En fait, pour expliquer pourquoi les noirs américains jouissent d’une moins bonne santé que leurs compatriotes blancs, les facteurs sociaux, comme les revenus par exemple, sont prépondérants, selon lui.

“L’opinion que se font les Américains de l’origine ethnique provient d’un amalgame entre les facteurs sociaux et biologiques”, a-t-il ajouté. “Le néoracisme est en partie le résultat de cette confusion”.

Autre motif de préoccupation: les arbres généalogiques vendus sur internet.

Ils alimentent l’idée, fausse, que connaître l’origine ethnique de ses ancêtres permet de se faire une idée sur sa propre santé, explique Yolanda Moses, anthropologue à l’université de Californie. Et de s’inquiéter de la formidable expansion des banques de données d’ADN qui comprennent le profil génétique des personnes arrêtées par la police.

“La génétique a un énorme impact sur les relations entre les différentes communautés ethniques et le système pénal”, pense-t-elle.

Copyright © AFP 2014. Tous droits réservés.

Similar posts
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]
  • Grève et manifestation des soignant.e... Grâce à la nouvelle mobilisation des salariées de Rhéna venue de la base, une nouvelle manifestation s’est tenue de la clinique privée au Nouvel Hôpital Civil au service des urgences. Pendant que les directions syndicales perdent leur temps au prétendu “Ségur de la Santé” du gouvernement, et gaspillent la combativité qui s’était traduite à Strasbourg [...]
  • Manifestations pour le droit au logem... Hier, les Dernières Nouvelles d’Alsace n’ont rien vu des quatre manifestations place Kléber! 150 à 200 manifestants pour le droit au logement avec des SDF, des squatters, des Gilets jaunes qui ont défilé ensuite, un rassemblement pour la Palestine au pied de la statue Kléber, un autre d’Alsace-Syrie à 17h et Extinction Rébellion contre la [...]
  • Albert Memmi: pensée anticoloniale et... [ألبير ممّي : تناقض بين فكر مناهض للاستعمار والتزام بالصّهيونية] Albert Memmi : la contradiction entre une pensée anti-coloniale et un engagement sioniste http://tacbi.org/node/167 Albert Memmi, figure importante du mouvement anti-colonial, est décédé à Paris, le 22 mai dernier à l’âge de 99 ans. Il était né en 1920 à Tunis qu’il quitta définitivement après [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.