LE PRÉFET ET L’EXTRÊME-DROITE

Calais_fachos_devant_le_squat_Rue_Emile_Dumont_Coulogne

Pendant une semaine entière à Coulogne, à Côté de Calais, des militants d’extrême-droite ont manifesté jour et nuit devant un squat, ont injurié, menacé de viol et de mort les habitants et les personnes venues en soutien, sur place et sur internet, ont caillassé la maison et parfois les personnes se trouvant dans la court, ont lancé des cocktails molotov, ont essayé de forcer la porte pendant la nuit.

Tout cela sous les yeux de policiers qui laissaient faire, et qui répondaient si on les interpelait sur ce point qu’il n’y avait pas de trouble à l’ordre public.

Tout ceci intervient dans un contexte où les habitants d’un autre squat à Calais poursuivent l’État en justice pour voie de fait, suite à leur expulsion sans jugement par la police le 10 janvier. Le préfet a fait par deux fois reporter le procès par des artifices de procédure.

Tout se passe donc comme si le préfet adressait aux habitants de squats le message : “si vous contestez les expulsions illégales par la police, l’extrême-droite se chargera du boulot.” La violence d’extrême-droite comme continuation du harcèlement policier par d’autres moyens.

Aujourd’hui Sauvons Calais a obtenu une victoire : les habitants du squat de Coulogne ont quitté les lieux, parce qu’ils étaient en danger. Ses militants ont pu constater qu’elle pouvaient agir en toute impunité. Ils sont disponibles pour une nouvelle action.

Il est temps d’interpeler Manuel Valls, ministre de l’intérieur, qui est venu à Calais en décembre et qui affiche faire campagne contre l’extrême-droite : approuve-t-il cette utilisation de militants d’extrême-droite pour expulser des occupants de squats quand la police ne peut pas intervenir ?

Il est temps d’interpeler Yann Capet, député socialiste et candidat à la mairie de Calais, pour savoir s’il s’agit là de la politique du gouvernement pour chasser les contestataires – comme en Grèce où un chanteur engagé peut être assassiné en pleine rue par des militants de l’Aube dorée sous les yeux de policiers qui n’interviennent pas.

S’il s’agit d’une politique du gouvernement, nous sommes à la veille d’élections, et nous saurons nous en souvenir.

S’il s’agit d’une déviance d’un préfet, celui-ci doit être sanctionné.

http://passeursdhospitalites.wordpress.com/2014/02/25/le-prefet-et-lextreme-droite/

Similar posts
  • Dixième manifestation anti passe sani... Deux mille manifestants environ ce samedi toujours aussi déterminés. Et un dispositif policier très important au début place Kléber; pas moins de 16 cars de CRS surarmés, bouclier en main et casques à la ceinture. Dixième manifestationanti passe sanitaire à e from feuille de chou on Vimeo. [...]
  • Plobsheim: Chaudron des Alternatives ... 120 manifestants à Plobsheim à l’appel du Chaudron des Alternatives qui rassemble plusieurs associations toutes opposées au projet de M. Mack, propriétaire d’Europa Park qui souhaite transformer des prés, des champs et des terres en y construisant des bâtiments pour starts up. Il a choisi ce site pour sa proximité avec un golf. Le plus [...]
  • Des pompiers d’Alsace déposent ... [...]
  • Hospitaliers contre l’obligatio... Une soixantaine de personnes ont manifesté devant l’entrée des Hospices civils de Strasbourg à la veille de l’application de l’obligation vaccinale imposée aux soignant.e.s dès demain 15 septembre. C’était organisé par Sud Santé Social, Collectif libre des soignants 67, la CNT et soutenu par des pompiers, des enseignants. Pour le moment les soignants ont reçu [...]
  • D e 1200 à 1500 manifestants à Strasb... Pompiers et soignantes en tête Place Kléber Strasbourg Gilets jaunes Liberté Cette vidéo m’appartient !! Un cortège musical Arrivée des manifestants place de la République Interview de deux organisateurs du pôle [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.