Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir : Sur l’art municipal de détruire un bidonville

vol_consideranthd

 

Editeur : Post-éditions
Prix : 17,00 €
Nombre de pages : 320 pages
Date de parution : 14 mars 2014
ISBN : 979-10-92616-02-6
EAN : 9791092616026

Textes réunis et présentés par Sébastien Thiéry

Contributeurs: Jean-Christophe BaillyÉtienne Balibar,Stéphane BérardChloé BodartPatrick Bouchain,Robert CantarellaCharlotte CauwerJulien Choppin,Hélène CixousGilles ClémentMargot CrayssacJean-Paul CurnierFrançois CussetNicola DelonJac Fol,Jean-Michel FrodonDidier GalasÉdith HallauerCyrille HanappeLoïc JulienneIsabelle LassignardieFranck LeiboviciRonan LetourneurFrancis Marmande,Béatrice MésiniMarina NicusorOlivier Quintyn,Strachinaru RamonaValérie de Saint-DoMerril Sinéus,Michel SuryaSébastien ThiéryAude TincelinJean Torrent

Le 29 mars 2013, un arrêté signé du maire de Ris-Orangis met en demeure les habitants du bidonville dit « de la Nationale 7 » de quitter les lieux. Trois jours plus tard, les forces de polices, accompagnées de pelleteuses, détruisent les habitations et dispersent leurs occupants. C’est à l’examen méticuleux et à la « traduction » de l’arrêté municipal que se livrent les écrivains, philosophes, architectes et juristes dont les textes sont ici réunis, à l’invitation de Sébastien Thiéry, directeur du Pôle d’exploration des ressources urbaines (PEROU).

Le 1er avril à midi, une patrouille placarde les huit pages de l’arrêté municipal n°2013/147 à l’entrée du bidonville dit « de la Nationale 7 », autrement nommé « Place de l’Ambassade » par le Pôle d’exploration des ressources urbaines (PEROU) qui, depuis quatre mois, inlas­sablement y construit, aménage, consolide et améliore les habitations. Le 3 avril à 6heures du matin, des dizaines de CRS sont déployés, trois pelleteuses prennent position. En quelques minutes les 150 personnes qui habitaient là sont dispersées. En quelques heures, le bidonville disparaît. La Place de l’Ambassade redevient un terrain vague, ainsi que l’exige cet arrêté publié pour cause de « péril imminent ».

Les huit pages constituant l’arrêté municipal (que nous reproduisons in extenso) portent la frappe de l’expertise et l’estampe d’une institution de la République. Sous couvert de raison, s’y invente un certain « art de détruire un bidonville », municipal et d’avant-garde tout autant, qui consiste à prétendre que c’est pour leur bien que les occupants de ces habitations « indignes » doivent être évacués.

Visionner le film de Sébastien Thiéry (PEROU) : “Considérant qu’il est plausible que de tels événements puissent à nouveau survenir”

 

C’est au décryptage de ce dispositif, qui se caractérise par une distorsion administrative de la langue et de la citoyenneté, qu’ont été invités les trente auteurs ici réunis. De l’arrêté municipal n°2013/147, dans lequel certains reconnaissent un chef-d’œuvre d’hypocrisie, ils proposent ici une interprétation libre, fidèle, partielle ou systématique. Nous faisons l’hypothèse qu’avant telle entreprise de traduction, nous n’étions pas en mesure de comprendre ce qui a effectivement lieu sur les territoires que nous habitons et rendons inhabitables à d’autres.

Association loi 1901 fondée en octobre 2012 et présidée par le paysagiste et écrivain Gilles Clément,, le Pôle d’exploration des ressources urbaines (PEROU) est un laboratoire de recherche-action sur la ville hostile, conçu pour faire s’articuler action sociale et action architecturale en réponse au péril alentour, et renouveler ainsi savoirs et savoir-faire sur la question. S’en référant aux droits fondamentaux européens de la personne et au « droit à la ville » qui en découle, le PEROU se veut un outil au service de la multitude d’indésirables, communément comptabilisés comme cas sociaux voire ethniques, mais jamais considérés comme habitants à part entière. Fondateur et directeur du PEROU, Sébastien Thiéry enseigne à l’EnsdadLab (Ensad Paris) et à l’École Nationale Supérieure d’Architecture de Paris Malaquais et à celle de Versailles ; il est membre du comité pédagogique de l’École des Arts Politiques (Sciences Po Paris), et cofondateur de l’Université Foraine.

Recension par Didier Epsztajn sur Entre les lignes entre les Mots (mars 2014).

http://www.post-editions.fr/considerant.html 

Similar posts
  • GCO: vélos un jour, camions toujours! De nombreux cyclistes se sont embauchés dimanche, ce ouiquende pour assurer une publicité gratuite pour le Grand Contournement Ouest de Strasbourg. Cette randonnée cycliste a, hélas, été un succès pour Socos, filiale de Vinci qui a réalisé l’autoroute à péage de 24 km pas encore ouverte, mais qui devrait l’être vers mi-décembre, malgré les irrégularités [...]
  • Soupe associative pour les gens de la... [...]
  • 3 ans de Gilets Jaunes Strasbourg, Ha... Strasbourg Gilets jaunes, Antipasse et personnes Transgenre Haguenau [...]
  • Le GCO fait sa pub: VincYnique Pour une fois, le slogan “Météo nationale, météo du Capital” n’était pas d’actualité (temps pluvieux dissuasif) au futur péage du Grand Contournement Ouest presque achevé malgré le fait qu’on attende encore la décision, mardi, du Tribunal administratif de Nancy en appel. Il faut savoir que depuis le début, Vinci-Socos a fait des travaux sans en [...]
  • Rencontre militante franco-turco-kurd... Une petite quarantaine de militants turcs, kurdes et Gilets Jaunes de Strasbourg République se sont rencontrés cet après-midi pour débattre de la situation respective de la France et de la Turquie du point de vue des luttes sociales et politiques. D’autres échanges seront programmés. Des échanges intéressants ont suivi les exposés [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.