Préfecture du Bas-Rhin: la machine à expulser s’emballe

Quatre membres de RESF 67 étaient présents au Tribunal administratif de Strasbourg cet après-midi à partir de 14h.

Quatre affaires étaient inscrites concernant des étrangers ayant reçu une Obligation de Quitter le Territoire français.

Un Marocain, un Tunisien et deux Russes, dont une femme.

L’épouse du Tunisien, de la même nationalité, mais disposant d’une carte de séjour “étudiant” s’était déplacée de la région parisienne avec une amie, deux enfants en bas âge, et une autre amie.

Malgré la plaidoirie de l’avocate, Me Juras, le recours a été refusé, de même que celui du Marocain.

Tous deux avaient été interpellés jeudi à la gare de Strasbourg.

Ils avaient été embauchés par une entreprise sous-traitante d’une autre boite, pour monter les stands du salon de vin qui a eu lieu au Wacken le week-end dernier.

Le gouvernement qui prétend faire la chasse aux passeurs et aux patrons qui emploient des travailleurs étrangers sans-papiers, est pris une nouvelle fois en flagrant délit de mensonge. Il s’attaque aux salariés, et épargne les patrons, ses amis.

Après la décision négative du TA, les gendarmes ont ramené les deux personnes au Centre de Rétention Administrative de Geispolsheim, non sans les avoir menottées, illégalement, et sous les yeux des enfants. L’aîné des deux, l’autre est un bébé, n’a cessé de pleurer son “tonton” comme il l’appelle.

Nous avons accompagné l’épouse au CRA où elle a rendu visite à son mari à qui elle a apporté des vêtements de rechange.

Elle a bien voulu, avec son amie, raconter les choses à la Feuille de Chou.

interview de l’épouse et d’une amie d’un travailleur tunisien recours OQTF Strasbourg rejeté

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.