Le coup d’Etat permanent, de Charles de Gaulle à Manuel Valls

coup d'état

Avec la venue de Manuel Valls au poste de premier ministre, le coup d’Etat permanent ce livre de François Mitterrand paru en 1964 et critiquant la Constitution de la Ve République, reprend de son actualité, jamais démentie depuis que le président de la République est élu au suffrage universel.

Et Manuel Valls est le dernier bénéficiaire de ce coup d’Etat.

En effet, à quoi vient on d’assister, sinon un putsch “autorisé” par les institutions quasi monarchiques de ce pays.

Les élections municipales ont envoyé un message clair au président de la République, François Hollande, qu’on en finisse avec la politique qu’il mène depuis deux ans, opposée à ses engagements pré-électoraux.

Comme le dit Edwy Plenel, dans tout autre pays démocratique , le président aurait démissionné puisque c’est lui qui est responsable de la politique menée et de son échec.

En France cela se passe autrement, dans une mise en scène grotesque et des “éléments de langage” qui ne trompent cependant pas les citoyens.

Ce pauvre Ayrault qui n’en peut mais sert de fusible, renvoyé à son aéroport qui ne verra pas le jour.

Un quarteron de comploteurs mené par le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, avec ses conseillers de l’ombre Stéphane Fouks, Alain Bauer et Aquilino Morelle et ses alliés d’une prétendue aile gauche du PS, Montebourg, Hamon, force la main du président pour accéder au “gouvernement de combat“, contre les travailleurs, en conservant, en plus dur, la politique que les électeurs ont sanctionnée. 50 milliards au patronat, austérité pour les salariés, européisme béat, etc.

Ce tour de passe-passe, destiné, de plus, à mettre en selle le futur candidat à la présidentielle de 2017, critiqué vivement par quelques uns, dont EELV et Henri Emmanuelli, n’aura qu’un effet prévisible, renforcer le dégoût de la politique et donc les ennemis marinesques de la démocratie.

A moins que le peuple ne s’en mêle, et ça commence par les lycéens indépendants qui, se souvenant du Valls qui a expulsé Leonarda, ou les militants de la vraie gauche qui appellent au 12 avril à Paris ne soient que les premiers bataillons du mouvement social d’ampleur qui balaiera tout ça pour rendre le pouvoir au peuple.

Similar posts
  • Les hospitaliers des HUS devant lR... 80 manifestants devant l’Agence Régionale de Santé à Strasbourg à l’appel de trois syndicats hospitaliers, FO, la CGT et la CFTC. Après des prises de parole, ils se sont dirigés vers les quais et au passage ont “décoré” le siège du candidat macédonien Fontanel avec des tenus blanches trouées et des vielles baskets pour souligner [...]
  • La police évacue des grévistes à l... [...]
  • Commémoration du massacre des juifs d... [...]
  • Débrayage chez Punch Powerglide à Str... 70 salariés de l’équipe du matin ont débrayé chez Punch Powerglide, usine du Port du Rhin à Strasbourg contre le PSE qui comprend des départs volontaires et des suppressions d’emploi. De l’autre côté des grilles d’entrée des délégués CGT de plusieurs entreprises privées et publiques s’étaient rassemblés avec des Gilets Jaunes en soutien: cheminots, fonctionnaires [...]
  • Rassemblement devant le rectorat de S... https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157987388948599/ Une petite centaine de personnels de l’Education nationale et des gilets jaunes devant le rectorat de Strasbourg rue de la Toussaint, de la maternelle à l’Université. Tous s’opposent à la casse des retraites solidaires. Les profs de lycée s’opposent à la destruction du bac national avec des épreuves locales qui comptent pour un tiers [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.