Finkielkraut n’est qu’un symptôme

par Collectif Les mots sont importants
10 avril 2014

Paru initialement en 2005, à la suite d’une déjà longue série de provocations odieuses, le texte qui suit nous parait toujours actuel aujourd’hui, après huit années de surenchère et de dérive vers l’extrême droite, alors que notre fast-thinker vient d’être élu à l’Académie Française.

SYMPTOME-a34fd

Les récents propos racistes d’Alain Finkielkraut sur le caractère ethnico-religieux des émeutes urbaines, les bons côtés de la colonisation et de l’esclavage, la France qui « n’a fait que du bien aux Africains », l’équipe de football « Black-Black-Black », etc. [1], sont certes choquants, mais ils n’ont rien de surprenant ni d’exceptionnel…

Dès 1988, cet auteur décrétait la « défaite de la pensée », et désignait comme principal responsable « la pensée anticolonialiste » [2]. Quelques années plus tard, il apportait, devant la Commission Marceau Long, une justification « philosophique » au projet de loi Pasqua-Méhaignerie portant atteinte au droit du sol [3]. Puis, en 1997, il soutenait les lois Chevènement, et légitimait l’idée que des avantages sociaux soient réservés « à ceux que le hasard a fait naître de parents français » [4].

Après avoir apporté son soutien aux écrits anti-juifs et anti-immigrés de l’écrivain Renaud Camus [5], il fit l’éloge du pamphlet islamophobe d’Oriana Fallacci (selon lequel les musulmans « ne sont bons qu’à lever le cul en l’air cinq fois par jour » et à se « multiplier comme des rats ») en expliquant qu’elle avait « l’insigne mérite de regarder la réalité en face » [6].

Après avoir déclaré en 2002 que c’était « la réalité » (toujours elle !) qui avait « fait campagne pour Le Pen », il a accusé l’extrême gauche et les « jeunes de banlieue » arabes ou musulmans d’être les principaux vecteurs de l’antisémitisme. Il a naturellement milité pour l’exclusion des élèves portant le « voile-keffieh » (sic !), en déclarant que « l’Islam pose un problème particulier » [7].

La suite : http://lmsi.net/Finkielkraut-n-est-qu-un-symptome

Similar posts
  • 2000 manifestant.e.s à Strasbourg pou... Deux mille personnes ont participé à la manifestation pour le pouvoir d’achat et la défende des retraites à Strasbourg. Les jeunes tenaient la tête du cortège et scandaient de nombreux slogans. La CGT était en force comme d’habitude, suivie de Solidaires, de la FSU, de quelques militants FO ainsi que du PCF, du NPA, de [...]
  • D’Ailleurs Nous Sommes d’... Pendant que la ville de Strasbourg et la préfecture se renvoient la balle depuis des semaines pour accueillir dignement la centaine d’exilés de la place de l’Etoile, des militants solidaires de D’Ailleurs Nous Sommes d’Ici sont intervenus depuis la tribune du Conseil municipal de Strasbourg décentralisé au Palais des Fêtes. A noter que les Dernières [...]
  • Manifestations à à Strasbourg: antinu... Plusieurs rassemblements ce samedi à Strasbourg. Place Kléber une association pro-nucléaire tenait un stand sur un coin de la place, les antinucléaires leur faisaient face de l’autre côté, pour répondre à leurs mensonges. France 3 Alsace n’a vu que les pro-nucléaires, malgré la présence auprès des antinucléaires du député de Strasbourg Fernandez! Place Gutenberg 300 [...]
  • Manifestation solidaire des migrants ... Une centaine de manifestants.e.s ont défilé hier de la place de l’Etoile au centre ville de Strasbourg avant de retourner au point de départ, le campement précaire toujours plus grand des migrant.e.s situé face au bâtiment de la mairie de Strasbourg et de l’Eurométropole. La préfète avait interdit l’accès à la place Broglie où se [...]
  • Raymond-Emile Waydelich: Lydia Jacob ... Vernissage à la Galerie L’Estampe hier à Strasbourg. Beaucoup de monde dans la petite galerie pour voir et revoir les oeuvres de Waydelich anciennes, récentes et nouvelles. Le peintre avec ses 84 ans bien sonnés poursuit l’aventure de sa Lydia Jacob Story. Longue vie à R.E. [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.