Le Hamas n’est pas le problème, par Miko Peled, traduit partiellement par J C Meyer

Miko-Peled

Le Hamas n’est pas le problème

Aujourd’hui les gens attribuent la violence à Gaza au Hamas, mais Israël n’a pas commencé ses attaques contre la bande de Gaza quand le Hamas s’y est installé à la fin des années 80. Israël a commencé ses attaques quand la Bande de Gaza a été créée et peuplée de réfugiés au début des années 50. Les Palestiniens, en particulier à Gaza, n’ont pas à choisir entre résister et être tués ou vivre en paix. Leur option c’est être tués debout en combattant ou en dormant dans leurs lits.

Gaza est puni parce qu’il rappelle en permanence à Israël et au monde le péché originel du nettoyage ethnique de la Palestine et la création d’un État appelé juif. Quand bien même la résistance palestinienne n’a jamais été présentée comme une menace militaire pour Israël, elle a toujours été décrite comme une menace existentielle. Moshe Dayan, le célèbre général israélien au bandeau sur l’œil, a décrit cela dans un discours en avril 1956. Il s’exprimait dans le Kibboutz Nahal Oz, terrain où les chars israéliens stationnaient à chaque invasion de Gaza.
«  Derrière cette frontière il y a un océan de haine et un puissant désir de vengeance », disait Dayan. Ironiquement, quand six mois après, Israël a occupé Gaza, et que mon père a été nommé gouverneur militaire, il a dit qu’il n’a vu « aucune haine ni désir de vengeance » mais un peuple désireux de vivre et travailler ensemble pour un meilleur avenir ».

Encore aujourd’hui, les généraux et les politiciens israéliens disent à peu près la même chose : Israël est condamné à vivre par le glaive et doit combattre Gaza chaque fois que possible. Peu importe le fait que les Palestiniens n’aient jamais constitué un défi militaire, encore moins une menace. Après tout, les Palestiniens n’ont jamais eu un tank, un bateau de guerre ou un bombardier, pour ne rien dire d’une armée régulière.

Une menace pour la légitimité d’Israël

Alors pourquoi la crainte ? Pourquoi la campagne constante depuis six dizaines d’années contre Gaza ? Parce que les Palestiniens à Gaza, plus que partout ailleurs, sont une menace pour la légitimité d’Israël.

Israël est une création illégitime, né de l’union malheureuse entre racisme et colonialisme, et les réfugiés qui constituent la majorité de la population dans la Bande de Gaza, sont un constant rappel de cela. Ils rappellent le crime du nettoyage ethnique sur lequel Israël s’est construit. La pauvreté, le manque de ressources et de liberté qui sont le propre des Palestiniens font un fort contraste avec l’abondance, la liberté et la puissance d’Israël.

De retour à l’aéroport Ben-Gourion cette nuit, on m’a dit que si je coopérais et suppliais le chef de quart, cela accélérerait le contrôle. Quand j’ai décliné cette offre généreuse, ils me dirent qu’ils « n’aimaient pas mon attitude » et ils ont entrepris de coller sur mes bagages un autocollant avec un code-barre semblable à celui que recevaient les Palestiniens.
« Plus jamais ça ? »

Source Miko Peled
http://mikopeled.com/

Traduction : J C Meyer

http://mikopeled.com/

Similar posts
  • ISRAËL. BENNY GANTZ OU LA GRANDE TRAH... L’HUMANITE – Vendredi, 27 Mars, 2020 ISRAËL. BENNY GANTZ OU LA GRANDE TRAHISON AU SERVICE DE NETANYAHOU Pierre Barbancey Dans un retournement aussi spectaculaire qu’inattendu, le chef du Parti Bleu-Blanc a rallié le camp de son rival Benjamin Netanyahou. Le communiste Ayman Odeh, chef de la Liste unie, dénonce cette volte-face. Benjamin Netanyahou en rêvait. [...]
  • Gratuité des transports CTS! Schiltigheim, le 27 mars 2020, Crise du Coronavirus : Pour la gratuité des transports pour les travailleuses et travailleurs des secteurs indispensables à la Nation et la suspension des abonnements pour le mois d’avril 2020 pour l’ensemble de usager.es Monsieur le Président, Depuis le début de la crise sanitaire, vous agissez en responsabilité pour organiser [...]
  • André Barnoin victime du Covid-19 C’était dans l’ordre (ou le désordre) des choses, la mort charriée par l’épidémie en cours a fini par frapper un visage familier. Il fallait que ça tombe sur Dédé ; le sentiment d’injustice n’en est que plus vif, bien qu’il soit absurde de penser qu’une mort soit plus ou moins juste qu’une autre. André BARNOIN [...]
  • Communiqué de presse Gilets Jaunes [...]
  • On est là… [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.