Les professions libérales sont dans la rue contre le libéralisme !

P1370610

Fait symptomatique de la politique austéritaire à l’oeuvre, les professions libérales réglementées de santé (pharmaciens, dentistes, labos…) et d’autres branches (huissiers, architectes…) étaient dans la rue ce mardi contre le projet de réforme du gouvernement, dont 3 000 manifestants-grévistes à Strasbourg.

Comme en Grèce et en Espagne, des professionnels dont l’emploi n’avait jamais été menacé sont -pour la première fois de leur vie pour certains- descendus dans la rue crier leur colère comme ce fut le cas de leur collègues grecs et espagnols touchés les premiers par la politique libérale de crise.

Professions peu habituées des manifestations de lutte de classes et bien souvent classées conservatrices ou réformistes de droite, c’est pourtant bien pour aller contre la marchandisation de la santé, le libéralisme et les emplois menacés que les slogans étaient scandés : « la santé n’est pas à vendre », « nos patients ne sont pas des clients », ou encore « non à la financiarisation de la biologie ».

P1370639

P1370603

Diaporamas complets:

https://www.flickr.com/photos/durgaphotos/sets/72157647804104360/show

https://www.flickr.com/photos/79179163@N06/sets/72157648212075812/show

P1370646

P1370629

Le rassemblement, massif, de 3000 personnes au moins, grossissait à vue d’œil. Lassés de rester sur place, certains ont pris l’initiative de marcher autour de la place ou en travers. Il y avait tant de monde que plusieurs cortèges circulaient en même temps et se croisaient.

Puis quelques uns-unes se sont allongé(e)s, suivi(e)s par de plus en plus de blouses blanches.

P1370671

P1370648

Mais ça n’a pas suffit à épuiser la combativité. Certains ont pris la direction de la rue des Grandes-Arcades, puis rue des Hallebardes, rue du Dôme, suivis par tout le rassemblement.

P1370694

Les responsables policiers commençaient à s’inquiéter. Ils faisaient chauffer leurs portables. Il faut dire qu’ils n’avaient pas prévu que des professions libérales s’enragent ainsi. Et le service d’ordre policier n’avait rien à voir avec celui affecté aux manifestations ouvrières ou de solidarité avec Gaza. Pas de BAC ni de Robocops en vue.

Arrivés place Broglie, plus de doute, le cortège se dirigeait vers la préfecture, non sans quelque hésitation, vite dépassée. En tête pas une banderole, et de microscopiques “mégaphones”.

A la hauteur de l’Opéra, le cortège a ignoré superbement le petit barrage policier gardant l’Hôtel du préfet, pour se diriger vers la place de la République et la préfecture gardée par seulement une vingtaine d’hommes en bleu, pas rassurés.

P1370710

P1370713

 

Comment démobiliser un mouvement…

Les premiers rangs à peine devant le bâtiment, occupant les rails du tram, s’asseyent sur l’herbe et le goudron. Ouf, se disent les flics. A ce moment on voit un ponte qui se révéla être le Président du syndicat des pharmaciens du Bas-Rhin qui, une fois muni d’un minuscule haut-parleur, s’adresse aux manifestants:

Et là, on entend un père réprimander ses enfants! Sur le thème “C’est pas bien d’avoir quitté la place Kléber. Vous manifestez sans que la manifestation soit déclarée, c’est illégal, vous auriez pu casser des choses, et du coup, à cause de vous, le préfet ne nous recevra pas!” On croit rêver! D’ailleurs, il se fait d’abord copieusement huer, avant de rétablir la situation en parlant de continuer la lutte… en janvier au moment du vote à l’Assemblée! (Le coup classique qui consiste à casser un mouvement tout en ayant l’air de motiver les troupes pour une prochaine fois ! Stratégie dont nous sommes témoins à chaque rassemblement ces temps-ci…)

La démagogie opérant, il est arrivé finalement à convaincre les manifestants de repartir vers le centre-ville. Beaucoup nous faisant part de leur dépit face à ce discours « nul ».

Et puis, le chef syndicaliste va s’entretenir avec ses nouveaux amis chefs de la police qui le félicitent pour ses loyaux services et sa stratégie efficace…

Encore un qui devrait craindre pour sa réélection et, en tout cas, à qui ses électeurs devraient demander des comptes !

P1370717

Alain BOETSCH, Président du Syndicat des pharmaciens du Bas-Rhin

P1370734

Similar posts
  • Strasbourg: un millier de manifestant... Un millier de personnes ont participé ce 15 janvier à Strasbourg à une manifestation organisée et déposée par Gilets jaunes Strasbourg République auquel s’était joint le Collectif antipapes 67. Trajet habituel imposé par la préfecture se terminât place de la République. Le cortège a mis le temps puisque parti vers 14h30 de l’hyper-centre, il est [...]
  • Sylvain Cypel et Gérard Haddad invité... Vendredi 7 janvier, la veille de l’Assemblée générale de l’Union Juive française pour la Paix, -association juive antisioniste-, annulée pour cause de pandémie, s’est tenue devant une quarantaine de personnes membres ou pas du groupe, une conférence bicéphale, déjà annulée auparavant, avec l’écrivain et journaliste Sylvain Cypel et le psychanalyste Gérard Haddad  D’autres vidéos [...]
  • Pour les libertés, contre le passe va... Cet après-midi, j’étais à Paris, pas en vue de manifester, d’ailleurs j’ignorai tout des réjouissances anti-macroniennes, . Je m’apprêtais à prendre le bus 38 pour aller voir l’exposition Baselitz. Mais l’arrêt indiquait qu’il n’y aurait pas de bus pour cause de manif. En retournant vers Denfert-Rochereau, pour le métro, j’ai pu admirer les dizaines de [...]
  • Le fascisme qui vient [...]
  • “Feuille de chou”: le pro... feuille de chou: “de peu d’intérêt“, “feuille de chou a disparu“ http://www.lumni.fr/video/pourquoi-dit-on-feuille-de-chou-pour-un-journal   Carte de la “presse pas pareille” [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.