Alerte intermittents : régime général = piège sans fond

10500329_316373801859487_6100326930267235403_n

 

A compter du 1er octobre 2014, la demande de recalcul express des droits est supprimée au régime général, car il faut aller au bout des droitspour « profiter » de la fameuse clause des droits rechargeables. Et ceci est obligatoire !

Conséquence : si l’ouverture de droits au régime général s’est faite à partir d’une période où l’on a très peu travaillé, été peu rémunéré ou si on a bénéficié de la Clause de Sauvegarde, l’allocation au régime général peut s’écouler sur une durée infinie, et retarder d’autant l’ouverture des droits au régime spectacle !

 

Etape 1 : le piège

Nous l’avions dit dans la précédente alerte : un intermittent du spectacle qui n’arrive pas à avoir ses 507 heures avant sa fin de droit uniquement au régime spectacle ou avec les 55 heures de cours acceptées par Pôle Emploi, et qui a eu le malheur de travailler au régime général (ex : donner des cours en CDD, vendeur en grande surface, ou exercice d’activités annexes, même à raison de 8 heures par semaine) peut tomber dans le régime général sans avoir droit à aucun « rattrapage » APS ou AFD, pour peu qu’il ait cumulé, soit au régime général, soit tous régimes confondus 610 heures ou 122 jours de contrat avant sa fin de droits.

Sachant que

· les jours de contrat se comptabilisent du début à la fin du contrat quel que soit le nombre de jours travaillés à l’intérieur du contrat, et quel que soit le nombre d’heures effectuées.

Exemple : contrat du 2 au 22 du mois, jours travaillés les 2, 10, 16 et 22,  4 heures travaillées par jour = 20 jours de contrat.

· Pour mesurer la durée de contrat sur des forfaits (par exemple des cachets), Pôle Emploi se base sur la semaine de 35 heures.

Or 35 heures / semaine = 5h par jour pendant 7 jours.

Donc Pôle Emploi déterminera l’équivalence en jours de contrat d’un cachet en divisant le nombre d’heure par 5.

Résultat :

un cachet isolé = 12 / 5 =  2,4 jours de contrat,

un cachet groupé = 8 / 5 = 1,6 jours de contrat.

Conséquence :

 40 cachets au spectacle = 40 x 12 = 480 heures soit 480 / 5 = 96 jours de contrat.

122 jours -96 jours = 26.

Il suffit d’un contrat au régime général de 26 jours, quel que soit le nombre d’heures de ce contrat pour avoir une ouverture de droits au régime général et les heures ou cachets au spectacle cumulés avant cette ouverture de droits sont irrémédiablement perdus !

 

Etape 2 : Le grand plongeon !

Exemple 1 :

Quelqu’un a 33 cachets au spectacle : 33 cachets x 12 = 396 heures Nombre de jours de contrat : 396 / 5 = 79,2 = 79 jours de contrat

Parallèlement il a un contrat de deux mois (61 jours) en activités annexes à raison de 8 heures par semaine

Total du nombre de jours : 79 jours + 61 jours = 140 jours de contrat = ouverture de droits à la Clause de Sauvegarde.

Les 8 heures de travail par semaine de l’activité annexe font drastiquement baisser le SJR (Salaire Journalier de Référence) qui est la base de calcul du décalage au régime général.

Car pour trouver le SJR on divise en gros le salaire total par le nombre de jours de contrat.

Admettons que notre intermittent ait gagné 4200 euros en tout.

Son SJR sera à peu près : 4200 / 140 = 30 euros.

Notre intermittent a la possibilité de « refaire » ses heures assez rapidement, c’est à dire par exemple il cumule 480 heures, c’est à dire 40 cachets à 120 euros en 8 mois.

 Le calcul du nombre de jours non indemnisés dans la convention 2014 est trop complexe pour être expliqué ici mais à la fin de ces 8 mois il aura écoulé ses 122 jours et sera en fin de droits. 

Il n’aura ni 507 heures au spectacle, ni 122 jours de contrat (480h / 5 = 96 jours de contrat).

Il sera donc bon pour les droits rechargeables pour 96 jours.

Et à la fin des droits rechargeables il faut remplir les critères d’une ou l’autre annexe ou du régime général pour ouvrir des droits.

C’est à dire qu’il recommence à zéro pour la deuxième fois !!!

 

Exemple 2 : Autre cas de figure : un intermittent a cumulé un petit boulot pendant ses années d’études, a été licencié et  pense ouvrir des droits au régime spectacle pour la première fois après avoir cumulé les 507 heures dans les temps.

Or, il avait travaillé pendant 2 ans à temps partiel, ce qui lui a ouvert des droits au régime général pour plus de 700 jours.

Et comme son SJR est faible, il lui faudra des années pour écouler jusqu’au bout ses droits au régime général… pour ensuite  « profiter » des droits rechargeables !!!

Des années avant d’ouvrir des droits au régime spectacle, alors qu’il remplit les critères !!!

Seule solution : arrêter de travailler pour écouler les droits au régime général !!!

Pour une convention qui était censée pousser les gens à travailler elle se pose là !

 

CONTINUONS SANS RELÂCHE A EXIGER L’ABROGATION DE LA CONVENTION DU 14 MAI 2014 !

Mercredi 1er Octobre, jour d’entrée en application de cette nouvelle convention

10h : Rendez-vous au pied de la statue place de la République pour une action tractage/information/mobilisation dans différents endroits parisiens et franciliens (agences Pôle emploi, studios tv…)

14h : Manifestation et actions contre la nouvelle convention d’assurance chômage et pour de nouveaux droits, au départ du Ministère du Travail, 127 rue de Grenelle, M° Varenne

Jeudi 2 Octobre, date de la réunion plénière de la mission Valls

8h30 : Rendez-vous Cour de Rome, devant la gare Saint Lazare

 

Similar posts
  • In Girum Les leçons politiques des ro... In Girum Les leçons politiques des ronds-points from feuille de chou on [...]
  • Maxime Alexandre, au Centre culturel ... Table ronde animée par Charles Fichter, Jean-Michel Niedermeyer, Armand Peter et Jean-Paul Sorg Maxime Alexandre from feuille de chou on [...]
  • Discours d’Ismahane Chouder à l... Discours d’Ismahane Chouder à la Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Comment faut-il vous le dire ? Une nouvelle fois, la surenchère islamophobe est au rendez-vous chez nombre de politiques relayés par des médias porte-voix. Depuis la rentrée, chaque jour compte une nouvelle ignominie, une nouvelle indignité, particulièrement à [...]
  • URBEX RDA de Nicolas Offenstadt Débat au Quai des Brumes à Strasbourg le 13 novembre 2019 [...]
  • ” Nègre marron” n’e... Correspondant F2C au TGI de Strasbourg “Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique, aux Antilles ou dans les Mascareignes à l’époque coloniale. Le fuyard lui-même était appelé marron ou nègre marron, negmarron, voire cimarron (d’après le terme espagnol d’origine).“. [...]

1 Commentaire

  1. Tristoff Tristoff
    11 décembre 2014    

    C’est toujours très plaisant d’avoir ce genre de nouvelles… Je suis dans le cas de l’exemple 2, 2 ans d’apprentissage à 35h… vous imaginez la durée de mes droit. J’ai mes 507 heures à la fin du mois, mais voilà il me reste 500 jours de régime général à 27€/J a écouler… N’y a t’il pas d’autres solutions ? se faire radier par exemple ? ou prendre un cdd et démissionner ? renoncer à ses droits ? Parce que si la solution évoquée est bien la seule, ces 500 jours risquent être les plus longs de ma vie…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.