Le mouvement des Casqué(e)s

1510497_299631366910026_5508062370002745731_n

 

En vue des rassemblements en réaction à la mort de Rémi Fraisse sur la ZAD du Testet, des collectifs appellent à s’y rendre casqué-e-s. Ce texte à visée plus large que ce seul rassemblement explique cette stratégie à la fois symbolique et pratique.

Pour reprendre ce qui avait été écrit par des ami-e-s de Montreuil en 2009, nous portons des casques parce que « nous prenons la mesure des dangers que l’on encourt quand on manifeste sa colère dans la rue ».

Parce que pour nous le casque n’exprime pas la violence, mais le besoin impératif de se protéger. Et parce que nous avons compris que la police ne nous protège pas, mais qu’elle incarne et exerce la violence du système.

Parce que dans d’autres pays, cela va de soi qu’une manifestation ne se fait pas sans protection, et pour que le port du casque devienne ou redevienne un réflexe dans un contexte de répression policière permanente.

Parce que Rémi Fraisse est mort d’un tir policier. Parce que nombre d’autres avant lui sont morts de tirs policiers et continuent de mourir chaque année des conséquences de violences policières.

Parce que nous ne voulons plus perdre nos yeux pour avoir porté sur l’espace public notre colère face au système et à la violence sociale qu’il engendre.

Parce que nous voulons exprimer la nécessité d’un rapport de force et parce que nous en avons assez d’accepter la violence hégémonique de l’État.

Parce que nous voulons abolir les clivages entre « bon-ne-s »
et « mauvai-se-s » manifestant-e-s, entre « violent-e-s » et « non violent-e-s », et parce que pour l’Etat tout-e manifestant-e est de toute façon réprimable.
Parce que la violence n’est pas de notre côté.

Suite à l’assassinat de Rémi, suite à l’assassinat et aux mutilations de nombreux autres des mains de la police, nous n’appellerons pas au calme, nous ne laisserons pas le silence retomber, nous n’oublierons rien !

https://www.facebook.com/MouvementCasque


Download/Télécharger (pourquoi_casques-2.pdf,PDF, 322KB)

Similar posts
  • Maxime Alexandre, au Centre culturel ... Table ronde animée par Charles Fichter, Jean-Michel Niedermeyer, Armand Peter et Jean-Paul Sorg Maxime Alexandre from feuille de chou on [...]
  • Discours d’Ismahane Chouder à l... Discours d’Ismahane Chouder à la Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Comment faut-il vous le dire ? Une nouvelle fois, la surenchère islamophobe est au rendez-vous chez nombre de politiques relayés par des médias porte-voix. Depuis la rentrée, chaque jour compte une nouvelle ignominie, une nouvelle indignité, particulièrement à [...]
  • URBEX RDA de Nicolas Offenstadt Débat au Quai des Brumes à Strasbourg le 13 novembre 2019 [...]
  • ” Nègre marron” n’e... Correspondant F2C au TGI de Strasbourg “Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique, aux Antilles ou dans les Mascareignes à l’époque coloniale. Le fuyard lui-même était appelé marron ou nègre marron, negmarron, voire cimarron (d’après le terme espagnol d’origine).“. [...]
  • Conférence de Laurent Jeanpierre sur ... In girum-les leçons politiques des ronds-points (La découverte, [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.