Des militants de la Cimade relatent leur expérience dans les CRA dans une série documentaire radiophonique

arton28837-cd89c

CRA de Rennes

Attendre. Il n’y a rien d’autre à faire pour ces immigrés dont l’administration française n’a pas reconnu le droit de séjour. Hommes, femmes et enfants sont privés de liberté dans ces Centres de rétention administrative (CRA) où ils peuvent rester jusqu’à 45 jours consécutifs, pendant que l’administration française organise leur expulsion. C’est cher payé pour ceux qui n’ont commis aucun crime, si ce n’est de ne pas avoir de papiers. La peur au ventre, ils ne savent ni quand, ni comment ils ressortiront de cet endroit. Et ça, “c’est bien pire que la prison“, affirme Maud Steuperaert, responsable régionale de la Cimade sur l’Arc Atlantique (Bretagne, Pays de la Loire, Sud-Ouest).

Soucieux de témoigner d’une réalité méconnue du grand public, des bénévoles de la Cimade sont allés à la rencontre des migrants au Centre de rétention de Rennes. Bénévole militante depuis un an, Julie Fillonneau raconte l’origine de cet engagement : “Témoigner, c’est un engagement politique, et c’est en même temps rassurant. J’ai beau avoir fait des études de sciences politiques, j’ai toujours buté sur la notion de frontières. Peut-être parce que je suis une amoureuse des voyages, et un peu idéaliste aussi. Mais j’avais envie de passer à l’action et d’écrire, surtout depuis que j’ai vu le film Vol spécial, de Fernand Melgar.

Face au durcissement de la politique d’immigration, marquée par la mise en place de la politique du chiffre et ses dérives dès 2003, la Cimade a dû se battre pour poursuivre sa mission de témoignage et d’aide aux personnes en rétention : “En 2008, la Cimade est accusée de monopole par Brice Hortefeux, ancien ministre de l’Immigration, et soumise à un appel d’offres. Un nouveau marché prévoit alors de modifier en partie la mission d’aide à l’exercice effectif des droits des personnes retenues. La liberté de témoignage est également remise en questionraconte Maud Steuperaert, juriste de formation. Après un long combat devant les tribunaux, la Cimade gagne finalement en justice le droit de continuer à exercer sa mission de témoignage et d’aide aux étrangers dans l’application de leurs droits.

Les témoignages et capsules sonores : http://www.terristoires.info/sommaires/migrants-et-militants-1595.html

 

Similar posts
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]
  • Grève et manifestation des soignant.e... Grâce à la nouvelle mobilisation des salariées de Rhéna venue de la base, une nouvelle manifestation s’est tenue de la clinique privée au Nouvel Hôpital Civil au service des urgences. Pendant que les directions syndicales perdent leur temps au prétendu “Ségur de la Santé” du gouvernement, et gaspillent la combativité qui s’était traduite à Strasbourg [...]
  • Manifestations pour le droit au logem... Hier, les Dernières Nouvelles d’Alsace n’ont rien vu des quatre manifestations place Kléber! 150 à 200 manifestants pour le droit au logement avec des SDF, des squatters, des Gilets jaunes qui ont défilé ensuite, un rassemblement pour la Palestine au pied de la statue Kléber, un autre d’Alsace-Syrie à 17h et Extinction Rébellion contre la [...]
  • Albert Memmi: pensée anticoloniale et... [ألبير ممّي : تناقض بين فكر مناهض للاستعمار والتزام بالصّهيونية] Albert Memmi : la contradiction entre une pensée anti-coloniale et un engagement sioniste http://tacbi.org/node/167 Albert Memmi, figure importante du mouvement anti-colonial, est décédé à Paris, le 22 mai dernier à l’âge de 99 ans. Il était né en 1920 à Tunis qu’il quitta définitivement après [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.