Adresse de la CGT-Spectacle à la ministre de la Culture, et autres textes

lacgtlogo

Download/Télécharger (ADRESSE-DE-LA-CGT-SPECTACLE-A-LA-MINISTRE-DE-LA-CULTURE-ET-DE-LA-COMMUNICATION-LORS-DU-CNPS-DU-19-DECEMBRE.doc,DOC, 221KB)

Download/Télécharger (POUR-UNE-AUTRE-POLITIQUE-SOCIALE-ET-CULTURELLE-19122014.doc,DOC, 212KB)

Download/Télécharger (POUR-UNE-AUTRE-POLITIQUE-SOCIALE-ET-CULTURELLE-19122014.pdf,PDF, 356KB)

Orléans : baisse des aides à la scène nationale, étude en vue d’une réorganisation du Théâtre d’Orléans
MUS, SPEC – Paris – mardi 16 décembre 2014 – Actualité n° 30002
Supprimer sa subvention de 86 000 euros annuels à la scène nationale d’Orléans (Loiret), telle est la décision du conseil général annoncée lors du conseil d’administration de la structure le 10/12/2014. À cette coupe s’ajoute une baisse de 165 000 euros de la subvention apportée par la Ville d’Orléans à la scène nationale, décision validée en conseil municipal le 15/12/2014. L’apport de la Ville d’Orléans s’élève ainsi à 1 731 500 euros pour l’année 2015. « Nous étions au courant de la volonté de la Ville de réduire sa dotation et avons donc présenté un budget en tenant compte lors du conseil d’administration. En revanche, nous ignorions le retrait de la subvention du Département », indique François-Xavier Hauville, directeur de la scène nationale, à News Tank le 16/12/2014. « Nous allons donc reproposer un projet de budget au CA, sans doute après le 15/01/2015 », précise-t-il. Par ailleurs, une étude portant sur la réorganisation du Théâtre d’Orléans, géré par la scène nationale mais qui héberge d’autres structures comme le CDN (Centre dramatique national) et le CCN (Centre chorégraphique national), sera lancée par la Région, le Département et la Ville.
Les subventions votées pour l’année 2015 lors du conseil municipal du 15/01/2014
1/1
· Scène nationale d’Orléans : 1 731 500 euros, dont
o une subvention compensatrice de loyer de 129 500 euros
o et une subvention correspondant au montant des services utilisés par la mairie de 95 000 euros
o soit une baisse de 165 000 euros par rapport à 2014
· CDNO (Centre dramatique national d’Orléans Loiret) : 237 582 euros
· CCNO (Centre chorégraphique national d’Orléans) : 230 326 euros
· CADO (Centre national de création Orléans Loiret) : 416 373 euros.
« Nous puiserons dans le fonds de roulement pour assurer la programmation de la rentrée de septembre 2015 »

· « Ce n’est pas la première fois que le budget sera voté tardivement. Cela ne change rien sur la programmation jusqu’à juin 2015, mais ensuite il va sans doute falloir faire des aménagements. Au sein du budget présenté en CA le 10/12/2014, nous avions déjà réduit les coûts de communication et prévu de ne pas remplacer deux postes qui devaient initialement l’être afin de faire des économies sur la structure. Nous avons un petit fonds de roulement dans lequel nous puiserons pour assurer un minimum de programmation à la rentrée, mais il faudra le réabonder au fur et à mesure.
· Ce n’est évidemment pas une bonne nouvelle mais c’est hélas la tendance un peu partout. On peut s’offusquer, se plaindre, cela n’empêche pas de travailler. Il faut faire, intelligemment, avec ce qu’il y a. Nous allons perdre en nombre, c’est certain, mais ne devons pas perdre en qualité ou en objectifs. »
« Une étude va être mise en place sur le dispositif du Théâtre d’Orléans qui héberge la scène nationale, le CDN, le CCN et le CADO »

· « La scène nationale d’Orléans gère l’ensemble “Théâtre d’Orléans” qui comporte d’autres structures dont deux labels nationaux (CCN et CDN). Ce dispositif sera remis à plat. Il a un peu de mal à vivre, il est à bout de course, on le voit aux décisions de financement de la scène nationale. Une réflexion va être mise en place. La Région, la Ville et le Département ont lancé un appel d’offres pour la réalisation d’une étude sur cette question. Le ministère de la Culture doit, lui, diligenter une étude de l’IGAC (Inspection générale des affaires culturelles) sur le sujet. »

François-Xavier Hauville, directeur de la scène nationale d’Orléans, à News Tank le 16/12/2014
À lire également
– Orléans : six pièces issues de résidences au CCN présentées lors de la 15e édition du festival Traverses
http://culture.newstank.fr/fr/article/view/29040/orleans-six-pieces-issues-residences-ccn-presentees-15e-edition-festival.html?a=29120&p=3669&d=1,2
– Orléans : abandon du projet Astrolabe 2 par la municipalité
http://culture.newstank.fr/fr/article/view/27357/orleans-abandon-projet-astrolabe-2-municipalite.html?a=29120&p=3669&d=1,2
– CRD d’Orléans : baisse des subventions, 3 postes non remplacés et hausse du droit d’entrée
http://culture.newstank.fr/fr/article/view/20492/crd-orleans-baisse-subventions-3-postes-non-remplaces-hausse-droit-entree.html?a=29120&p=3669&d=1,2
– Marius Stieghorst directeur de l’Orchestre symphonique d’Orléans en septembre 2014
http://culture.newstank.fr/fr/article/view/13150/marius-stieghorst-directeur-orchestre-symphonique-orleans-septembre-2014.html?a=29120&p=3669&d=1,2
– La Ville d’Orléans renonce à son projet d’Arena
http://culture.newstank.fr/fr/article/view/11696/ville-orleans-renonce-projet-arena.html?a=29120&p=3669&d=1,2
– « L’outil CDN n’est pas obsolète » (Arthur Nauzyciel, CDN d’Orléans)
http://culture.newstank.fr/fr/article/view/3745/outil-cdn-pas-obsolete-arthur-nauzyciel-cdn-orleans.html?a=29120&p=3669&d=1,2

Agenda des réformes de Manuel Valls : loi “Liberté Création” au 2e trimestre 2015 parmi 6 échéances culturelles
MUS, SPEC, MUMOP – Paris – lundi 15 décembre 2014 – Essentiel n° 30019
Le projet de loi relatif à la liberté de la création, à l’architecture et au patrimoine, annoncé par la ministre de la Culture et de la Communication Fleur Pellerin pour examen au Conseil des ministres « au premier trimestre 2015 », figure au deuxième trimestre 2015 parmi les 155 réformes du Gouvernement de Manuel Valls communiqué le 12/12/2014. « Le texte demeure au calendrier pour le premier trimestre 2015 », indique une porte-parole de Fleur Pellerin à News Tank le 15/12/2015. Cinq autres échéances culturelles figurent parmi ces réformes.
1er trimestre 2015

· Décision du Gouvernement faisant suite aux propositions de la mission tripartite pour la pérennisation et la gouvernance du régime, la nouvelle convention d’assurance-chômage Unédic entrant en vigueur au 01/07/2016.
· Un agenda numérique européen pour retrouver un leadership mondial et promouvoir la diversité culturelle :
o Développer des filières de pointe, notamment l’informatique en nuage (cloud computing) et les mégadonnées (big data)
o Rendre plus équitables les conditions de concurrence et les règles fiscales entre acteurs européens et extra européens du numérique, notamment culturels.
Septembre 2015

· Nouveau parcours d’éducation artistique et culturelle visant à développer la formation et les actions dans les territoires prioritaires et à ouvrir davantage aux jeunes les institutions culturelles, en lien avec la « Réduction des inégaités d’accès à la culture » prévue pour le 3e trimestre 2015 avec l’objectif d’intensifier la politique d’éducation artistique et culturelle et de développer les pratiques amateurs.
1er trimestre 2016

· Renforcement des filières culturelles visant à :
o améliorer l’attractivité et la compétitivité du territoire français pour les films étrangers et les films français indépendants et d’animation
o améliorer les conditions de production de l’industrie musicale.
· Soutien à la mutation numérique des industries culturelles
o Faire évoluer la régulation et le financement
o Lutter contre le piratage et la contrefaçon de masse
o Créer de nouveaux outils pour développer l’offre légale
Hôtel Matignon
Chef du Gouvernement sous la Ve République française
Manuel Valls, depuis le 31/03/2014
Régine Hatchondo, conseillère Culture à compter du 28/04/2014

Adresse du siège
57 Rue de Varenne
75007 Paris – FRANCE
Téléphone : 01 42 75 80 00
Consulter la fiche sur le site
http://culture.newstank.fr/fr/directory/organization/2147/hotel-matignon.html
Fiche n° 2147, créée le 08/06/14 à 12 :44 – MàJ le 19/06/14 à 14 :31
À lire dans les dossiers
– Intermittents du spectacle : renégociation du régime d’assurance-chômage
http://culture.newstank.fr/fr/tank/view/40/1/1/intermittents-spectacle-renegociation-regime-assurance-chomage.html?a=28957&p=3669&d=1,2,3
– Les projets de loi Culture portés par le Gouvernement
http://culture.newstank.fr/fr/tank/view/188/1/1/projets-loi-culture-portes-gouvernement.html?a=28957&p=3669&d=1,2,3
Liens web
– Ouverture d’une page dédiée sur le site du Gouvernement
http://www.gouvernement.fr/agenda-reformes

« Il n’y a pas de culture sans artistes, mais il n’y a pas d’artistes sans droits sociaux » (Fleur Pellerin)
MUS, SPEC, MUMOP – Paris – lundi 15 décembre 2014 – Veille n° 29969
« Le modèle français s’est construit autour de l’offre culturelle. Car l’offre, c’est la condition de la diversité. Les principes de Malraux, quand il inaugurait les maisons de la culture à Bourges et à Amiens sont toujours d’actualité, mais les pratiques ont beaucoup changé. Aujourd’hui, il y a certes des zones rurales ou périurbaines où demeure un problème d’accès mais, au-delà, nous sommes plutôt dans un contexte d’hyperprofusion de propositions de toutes sortes, induites entre autres par la révolution numérique. Le risque est le nivellement par le bas, or nous devons maintenir une forte exigence artistique. Cela implique de penser les politiques de démocratisation pour répondre à cette exigence tout en prenant en compte les nouvelles pratiques des Français », déclare Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, dans un entretien à Libération le 13/12/2014. Interrogée sur les baisses de budget dédiés à la cul ture, elle indique que l’État a pris ses responsabilités mais reconnaît qu’il « y a un risque de fragilisation de la création et de sa diffusion ». Elle évoque aussi un « changement de paradigme » tout en invitant à « distinguer ce qui relève du spectacle vivant et des industries culturelles ».

« La culture n’est pas un accessoire, c’est un investissement pour notre avenir à tous, et j’appelle à un sursaut des consciences. Il y a le risque réel de voir se détisser ce que l’on a mis soixante-dix ans à construire », ajoute-t-elle concernant le désengagement de certaines municipalités en matière culturelle.

Fleur Pellerin aborde également le rôle du ministère de la Culture et de la Communication, le mécénat, la refonte du système de l’intermittence, la circulation des collections des musées ou encore la liberté de création et de programmation.
« Oui, il y a un risque de fragilisation de la création »

· « Oui, c’est vrai, il y a un risque de fragilisation de la création et de sa diffusion mais en aucun cas notre héritage culturel, né du conseil national de la résistance et de soixante-dix ans de politique culturelle, ne peut être dilapidé. J’y veillerai en protégeant la création, et en défendant l’exception culturelle à l’échelle de l’Europe. Malgré la baisse des dotations budgétaires des collectivités territoriales, le maintien du budget du ministère de la Culture pour les trois ans à venir nous le permettra. Je comprends les inquiétudes, mais je récuse cette critique sur l’absence de vision et d’ambition sur l’avenir.
· Comme l’État, les collectivités locales doivent faire un important effort budgétaire. Elles sont donc aujourd’hui confrontées à un choix politique, un arbitrage entre diverses priorités. Ce n’est pas facile. Mais encore une fois, l’État a fait le sien : celui de sauvegarder la culture.
· Je suis en dialogue continu avec les collectivités locales qui, je le rappelle, assurent les deux tiers du financement de la culture. Je leur propose un pacte. Je dis aux élus locaux : si vous vous engagez sur trois ans, l’État s’engagera à vos côtés sur trois ans. »
Retrait de la subvention municipale aux Musiciens du Louvre-Grenoble

· « Encore une fois, ce n’est pas à moi de dicter aux exécutifs locaux ce qu’ils ont à faire mais effectivement, ayant été alertée, j’ai échangé avec Éric Piolle [maire de Grenoble] pour comprendre quels étaient ses choix, ses marges, et j’ai relayé les inquiétudes de certains acteurs culturels ou compagnies ou associations culturelles. Au-delà d’une situation particulière, derrière l’intention louable de vouloir gérer raisonnablement un budget, on peut se retrouver à faire des choix que l’on risque de regretter douloureusement dans quelques années. La culture n’est pas un accessoire, c’est un investissement pour notre avenir à tous, et j’appelle à un sursaut des consciences. Il y a le risque réel de voir se détisser ce que l’on a mis soixante-dix ans à construire. »
· Pour les centres déconventionnés par les collectivités où l’État est partenaire, « je travaille à un projet de label pour leur donner une forme d’assurance sur une participation de l’État dans la durée ».
« Il y a un principe fondamental de liberté de création et de programmation »

· « Depuis quelques mois, on voit en effet apparaître çà et là des tentations politiques de prendre la main sur la programmation de certains établissements culturels. Je veux être très claire : il y a un principe fondamental de liberté de création et de programmation qui nous est envié dans le monde entier. C’est ce que je vais réaffirmer dans la loi sur la liberté de création que je porterai au Parlement au printemps prochain.
· L’appel du Syndeac au théâtre de la Colline exprime certes une inquiétude sur les budgets, mais il exprime surtout une inquiétude sur le sens, une crainte de voir se refermer un cycle né au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Pour moi, c’est hors de question ! »
« Les collections publiques des musées appartiennent à la Nation »

· « Il y a toujours eu des mécènes, la culture n’est pas le monopole de la puissance publique. C’est formidable que nos concitoyens aient envie de s’investir pour favoriser la création ou préserver le patrimoine qui les entoure, y compris à travers des plateformes de financement participatif. Les collections publiques des musées appartiennent à la Nation, pas au ministère de la Culture. »
« Géants d’Internet : une évaporation fiscale totalement inadmissible »

· « Il convient de distinguer ce qui relève du spectacle vivant et les industries culturelles. (…) Si on veut soutenir ce réseau du spectacle vivant, si on veut avoir autant de festivals pour animer l’ensemble des territoires, l’intervention de l’État reste indispensable. (…) Le changement de paradigme est plutôt du côté des industries créatives et du modèle dit d’“exception culturelle” fondé sur les quotas de diversité et le modèle de financement de la création par l’ensemble de la chaîne audiovisuelle.
· Aujourd’hui, les géants de l’Internet profitent de cette richesse sans participer au financement de la création ni même des infrastructures. Le ministère de la Culture a un budget stabilisé. Et pour l’augmenter, honnêtement, notre marge de manœuvre se situe entre autres dans les comptes de Google aux Bermudes ! Aujourd’hui, l’argent qui manque et qui devrait alimenter les circuits de soutien à la création se situe dans cette évaporation fiscale qui est totalement inadmissible. »
Mission de concertation sur le régime de l’intermittence

· « La mission va rendre ses travaux en fin d’année, et le Premier ministre devrait prochainement s’exprimer sur le sujet. (…) Le sujet pour moi est : comment faire en sorte de développer l’activité, et que les spectacles soient diffusés. Les spectacles dans les théâtres sont joués, en moyenne, deux à trois fois. C’est trop peu ! »
Circulation en région des collections des musées

· « La vocation des collections, c’est d’aller vers le public et de circuler en région. J’y veillerai. On a donné aux musées de l’autonomie, ce qui est évidemment une bonne chose. Ce que je souhaite en revanche, c’est réaffirmer un pilotage politique clair du ministère sur ses musées. Pas en m’ingérant dans leur gestion quotidienne, mais en les impliquant étroitement dans la mise en œuvre de mes priorités politiques. Ce sera, par exemple, le cas en matière de circulation des collections, qui appartiennent aux citoyens, et ont vocation à être vues par tous. »
« Me battre pour la création, pour les artistes, pour la défense du patrimoine, du droit d’auteur, de l’accès des Français à la culture »

· « Il n’est pas acceptable de dire “elle vient du numérique, elle ne peut pas être une bonne ministre de la Culture et défendre nos droits”. C’est tout le contraire. C’est parce que je sais comprendre ces mécanismes que je suis bien placée pour défendre la culture au XXIe siècle. Au-delà des enjeux du numérique, cela fait partie aussi du travail de ministre que de se plonger dans des problématiques parfois très concrètes et techniques. Il n’y a pas de culture sans artistes, mais il n’y a pas d’artistes sans droits sociaux.
· Celle qui va se battre pour les droits sociaux a intérêt à se plonger un peu dans le code du travail et de protection sociale de temps en temps. Celle qui va défendre le droit d’auteur à Bruxelles a tout intérêt à se plonger dans les complexités de la politique européenne si elle veut porter haut et fort la parole des artistes. »

Fleur Pellerin, ministre de la Culture et de la Communication, à Libération le 12/12/2014

Similar posts
  • Un millier contre le passe sanitaire ... Un millier de manifestants contre le passe sécuritaire à Strasbourg. Encore une censure totale de Facebook à cause de quelques notes de [...]
  • Marche lumineuse contre le passe sani... Rassemblement place Kléber Marche lumineuse rue des [...]
  • 5 octobre à Strasbourg: manifestation... Environ 1100 manifestants à Strasbourg avec CGT, FO, FSU, Solidaires, Soignantes libres 67. Place Kléber avant le défilé https://www.facebook.com/feuille2chou/posts/5018456941504106 Manifestation Grand-Rue Strasbourg et interview de François Ruffin Manifestation rue du Vieux-Marché-aux-Poissons https://www.facebook.com/feuille2chou/posts/5018612564821877 Le film de François Ruffin sur le travail invisible des femmes “Debout les femmes” a été projeté en sa présence hier soir devant [...]
  • Deux manifs sinon rien, pour le clima... Youth for climate Strasbourg 500 manifestant.e.s Antipasse sécuritaire Strasbourg 12e samedi Deux mille manifestant.e.s Le même jour des Kurdes manifestaient pour la libération d’Ocalan. Un campement devant l’église Saint-Maurice a été évacué par la police vers 19 h. Et les motards manifestaient sur l’autoroute de Brumath à [...]
  • Entre 1500 et 2000 manifestants contr... La buvette à Jojo Les discours avant la manifestation Le cortège démarre depuis la place Kléber C’est le gouvernement qu’il faut virer Cortège avenue Schoelcher vers la place de la [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.