Talibans juifs en Israël

La police religieuse sévit dans les bus

par Serge Dumont

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/d7074bbc-40f2-11df-9212-43b8b8430160/La_police_religieuse_sévit_dans_les_bus
Des «escadrons de la modestie» séparent les sexes et contrôlent la tenue ou le comportement des passagers. Des députés dénoncent un procédé illégal qui prend de l’ampleur

A la sortie Est de Tel-Aviv, l’arrêt de la ligne d’autobus No 322 à destination d’Ashdod ressemble à une station comme toutes les autres. Sauf que les publicités commerciales ont été lacérées à coups de couteau et que des affichettes imprimées en caractères gras promettent la damnation éternelle à ceux qui ne respecteraient pas les préceptes de la «halakha» (la tradition religieuse juive).

«Nous sommes ici devant une ligne d’autobus «estampillée kasher». Elle est majoritairement fréquentée par des religieux, lâche rageusement la présidente du Conseil municipal de Tel-Aviv Yaël Dayan. Cela signifie que la ségrégation des sexes y est pratiquée, avec l’accord des autorités. Les femmes entrent par l’arrière du véhicule et les hommes par l’avant. Ils ne se frôlent pas, ne s’assoient pas l’un à côté de l’autre. Dans certains véhicules, une épaisse couverture tendue au milieu du bus sépare les deux sexes. C’est le retour du Moyen Age.»

Soutenue par le Meretz (son parti) et par quelques députés d’autres formations, Yaël Dayan a pris la tête d’une campagne contre «les autobus de l’apartheid». Outre des tours de veille organisés par des laïcs devant les abribus litigieux, des affichettes dénoncent «l’obscurantisme de rabbins fanatiques», tandis que des interpellations seront déposées à la Knesset.

Une quarantaine de lignes dans tout l’Etat hébreu

La ligne 322 est opérée par Connex, une filiale du groupe français Veolia spécialisée dans la desserte de réseaux routiers urbains et interurbains. Mais on en compte une quarantaine d’autres sur l’ensemble de l’Etat hébreu et la plupart sont gérées par Egged, la grande compagnie nationale d’autobus.

C’est à Jérusalem et dans la ville ultra-orthodoxe de Bnei-Brak (banlieue de Tel-Aviv) que les autobus «kasher» sont les plus nombreux. Mais l’on en trouve presque partout ailleurs en Israël. A l’intérieur des véhicules, des membres des «escadrons de la modestie» (une milice ultra-orthodoxe) «protègent la pureté» du transport.

Recrutés dans les «yeshivot» (écoles talmudiques), ces sbires veillent à ce que les chauffeurs soient mariés et portent la calotte traditionnelle. Parfois, ils autorisent des laïcs à monter à bord, mais ils les tiennent à l’œil.

Quant aux femmes, celles dont les vêtements sont jugés «impudiques» et l’attitude «immodeste» sont refoulées. Voire battues. Pour l’heure, une dizaine de dossiers ont d’ailleurs été ouverts par la justice, mais deux condamnations seulement ont été prononcées.

Selon le droit israélien, les autobus «kasher» sont totalement illégaux. Mais le ministre des Transports Israël Katz (Likoud) refuse d’intervenir. Il temporise en attendant les conclusions d’une commission d’étude.

Pourtant, la ségrégation se répand également sous d’autres formes. Après les trottoirs séparés pour les hommes et pour les femmes apparus en 2008, des supermarchés disposant de portes et de caisses réservées à chaque sexe ont ainsi été inaugurés à la fin de 2009. Un glacier disposant de tables pour hommes et de tables pour femmes a également ouvert ses portes en mars dernier.

«Les fondamentalistes juifs grignotent nos libertés»

«Les fondamentalistes juifs – qui représentent environ 20% de la population – grignotent progressivement nos libertés, fulmine la députée travailliste Shelli Yehimovitz. Il ne se passe pas une semaine sans qu’ils n’obtiennent la fermeture de rues à la circulation durant le shabbat, voire l’interdiction d’émissions de télévision sous le prétexte qu’elles promeuvent l’impureté. Si nous ne réagissons pas maintenant, nous ne vivrons bientôt plus à Tel-Aviv mais à Téhéran. Et ce jour-là, il sera trop tard pour faire marche arrière».

Similar posts
  • Selon le CRIF-Alsace, la Ville de Str... La Feuille de chou a pris connaissance de la lettre du CRIF-Alsace adressée à la maire de Strasbourg, Mme Barseghian: Madame la Maire, Le CRIF constate depuis longtemps une montée de l’antisémitisme en lien avec le conflit Israélo-palestinien. Nous en avons eu récemment, à Strasbourg, un triste exemple avec l’agression d’un graffeur missionné par la [...]
  • A propos de la prétendue “impor... Lu dans les DNA du 7 septembre 2020 Géopolitique municipale Le conseil municipal de Strasbourg a approuvé lundi dernier une motion à la suite de l’agression antisémite d’un graffeur dans un quartier de la ville. La finalisation de ce texte a donné lieu à un vif échange entre des représentants de la majorité municipale, dont [...]
  • Michel Warschawski Les militants qui quittent la bataille : pas les faibles, mais aussi pas les héros Pour être clair : je ne juge personne qui décide de quitter le pays et réside à l’étranger. C’est une décision personnelle, tout comme la décision de garder des commandements religieux, d’être végétarien ou, aussi étrange que cela puisse paraître, [...]
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]
  • Gaza sous double confinement [...]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.