Nous sommes tous des Grecs! par Michael Warschawski

11060282_861947343841440_4658490448650543593_n

 

Nous sommes tous des Grecs !

Je suis de ceux qui n’ont pas du tout eu envie de manifester en criant “Je suis Charlie”, et je reconnais avoir plutôt été de ceux qui ont ressenti une certaine nausée face à ce déferlement plus qu’ambigu, ou se retrouvaient tout le monde et sa cousine (Le Pen, en l’occurrence, même si elle avait été gentiment priée de se mettre de coté). Aujourd’hui, par contre, j’ai envie de crier haut et fort “Nous sommes tous et toutes des citoyen/nes grecques!” Merci les Grecs, merci Syriza, merci Alexis Tsipras, vous êtes notre dignité, une dignité sérieusement entamée depuis deux ou trois décennies par l’arrogance des nantis et la violence de leurs hauts fonctionnaires à Bruxelles et à New York.

Une fois de plus le peuple grec est victime de la brutalité des Etats, ce peuple qui a du subir l’occupation sanglante des Allemands, la confiscation de sa révolution par l’URSS stalinienne, la dictature brutale des colonels mise en place par Washington, mais chaque fois à trouver l’énergie pour se remettre debout.

Alors que Tsipras demande, à juste titre, que l’Allemagne dédommage la Grèce pour ses crimes et ses rapines pendant la seconde guerre mondiale (il s’agit de centaines de milliards d’Euros), voilà que la Chancelière du Quatrième Reich veut, une fois de plus, mettre le peuple grec à genoux et lui imposer la misère. Avec, il faut le rappeler, la collaboration du Président socialiste, François Hollande qui ne manque jamais l’occasion de bander les muscles… quand il est face à plus faible que lui.

Tout ce qu’il y a de conservateur et de réactionnaire sur notre planète crache son mépris, voire sa haine, envers le peuple grec et ses dirigeants. Y compris dans les médias israéliens.

L’éditorialiste économique du Haaretz, Nehemia Schtrassler, par exemple, à qui il faut reconnaître le mérite de la cohérence et de la suite dans les idées, lui qui depuis des décennies crache son venin sur tout ce qui a ne serait-ce qu’une vague odeur de progrès social, en Israël ou ailleurs, au nom du “réalisme économique”, c’est-à-dire de la loi de la jungle du marche.

Vendredi 3 juin il s’était déjà lâché contre Tsipras et son “populisme socialiste”, responsable de l’état désastreux de l’économie grecque. Ce mardi, après la victoire du non au référendum, il récidive en pire, mélangeant philosophie sociale réactionnaire, haine des pauvres et racisme anti-grec (au sud de l’Europe, ils semblent contaminés par les défauts des Arabes, en particulier la paresse). A quoi on peut rajouter, au choix, des mensonges délibérés ou une ignorance crasse. En voici quelques extraits, sans commentaires:

“Nous avons de la dignité, a déclaré le ministre des finances grec, avant de démissionner. Et de quoi est faite cette dignité? De ne pas rendre ses dettes.”

“Quelqu’un doit prendre son plaisir, non? Quelque doit pouvoir continuer à danser le sirtaki et boire de l’Ouzo sur le compte des autres, selon la vieille éthique néo-socialiste.”

“[la gauche] nous dit: ‘Tsipras n’est pas responsable de la situation, il n’est au pouvoir que depuis six mois, et qu’est-ce qu’on peut faire en six mois?’ En fait on peut faire beaucoup, c’est-à-dire détruire beaucoup.”

“Selon la vieille tradition néo-socialiste [sic] on fait monter sans fin les dépenses, il promet d’augmenter le salaire minimum de 30%, de ré-employer les fonctionnaires licenciés, augmenter les retraites, donner une assurance maladie à tous et des réductions sur l’eau et l’électricité pour les plus pauvres, etc etc.” Un fou, quoi!

“Mais le pire, c’est qu’il refuse de mettre en œuvre le programme d’assainissement exigé par l’UE […] car il est contraire à son idéologie socialiste qui consiste à élargir [les dépenses], à dépenser, à gaspiller – et que l’Allemagne et la France paient la note.”

[On nous dit] que c’est la droite qui est responsable de la dette et du terrible chômage, elle qui a été au pouvoir ces 20 dernières années: encore une erreur. Pendant 17 ans ce n’est pas la droite mais la gauche qui a été au pouvoir..,” Il semble que quand il dit “gauche.” l’éditorialiste vieillissant du Haaretz parle du Pasok, un des plus sociaux-libéraux des ex-partis de gauche… et des plus gangrenés par la corruption. Auquel cas, on comprend que Tsipras le fasse paniquer: si Papandreou c’est la gauche, Alexis Tsipras c’est pour le moins Bakounine et Syriza les troupes de Makhno.

Michael Warschawski

Similar posts
  • 3e semaine de grève chez Kéolis-Strie... La Feuille de chou a accompagné des syndicalistes et des Gilets Jaunes venus soutenir les conducteurs grévistes de Kéolis-Stiebig. Nous avons été successivement sur deux des quatre sites de l’entreprise, à Illkirch-Graffenstaden, puis à Strasbourg. Les grévistes sont présents par roulement H24. Contrairement à l’affirmation du patron, ils ne bloquent pas systématiquement tous les véhicules. [...]
  • L’islamo-gauchisme selon Olivie... Intéressant éclairage d’Olivier Roy sur le terme islamo-gauchisme et plus généralement sur cette offensive réactionnaire, séparatisme … “D’où vient le terme ? Quels rapports entretiennent progressistes et islamistes ? Que révèlent ces polémiques, de nos dirigeants et du monde universitaire ? Le politologue Olivier Roy, professeur à l’Institut européen de Florence, analyse la polémique et [...]
  • La grève des conducteurs de Striebig ... La direction de Striebig a assigné les grévistes au tribunal. La séance s’est déroulée cet après-midi à 14h. Deux conducteurs CFDT et un conducteur CGT étaient présents, ainsi qu’une responsable CGT de l’UL-Molsheim et le correspondant de la Feuille de chou, gilet jaune par ailleurs. Deux autres soutiens étaient sur le parvis pendant le procès. [...]
  • Avant et après la manifestation du 20... Chaque manifestation à Strasbourg est suivie, et parfois précédée de répression policière ciblée donnant lieu à des inculpations pour des motifs divers, souvent très légers. Et des gardes à vue, GAV, en série. Plusieurs manifestants ont ainsi été interceptés, par la BAC en général, au centre ville, après la manifestation près de l’Hôtel de ville [...]
  • 400 manifestants à Strasbourg Le rassemblement lancé par Alsace Révoltéeet soutenu ici par le QG République Strasbourg commençait à 11h30 place de l’Etoile à Strasbourg. Peu à peu arrivaient des gilets jaunes d’Alsace, de Lorraine, de Franche-Comté, de Bourgogne, d’Allemagne aussi. Les Kurdes étaient aussi présents comme à chaque manifestation. Une première déclaration en préfecture prévoyait de démarrer place [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.