Marche blanche pour Hocine Bouras à Colmar

P1520279

Il y a un an, Hocine Bouras était abattu menotté par un gendarme. Ce jour, à l’appel de plusieurs organisations, une centaine de personnes ont défilé silencieusement aux côté de membres de sa famille dans les rues de Colmar. Des membres du collectif Urgence notre police assassine venus de Lille et de Clermont-Ferrand, eux-mêmes frères de victimes de bavures policières, étaient également présents dans le cortège. Une trentaine de manifestants étaient venus de Strasbourg.

Voir les mises à jour du 2 et 3 septembre à la fin du billet

Vidéos montées 8’56

P1520225

P1520231

P1520232

P1520236

P1520239

P1520241

P1520243

P1520244

P1520245

 

A noter qu’un incident est venu interrompre momentanément la Marche blanche peu après son départ : à peine le cortège s’était-il élancé qu’une voiture déboulant en trombe est venue se placer en travers de la route, bloquant la progression de la Marche. Malgré la demande de la police de garer la voiture sur le bas-côté, trois hommes en sont sortis dont un imam (réel ou auto-proclamé ?) qui est venu se planter devant la banderole de tête tenue par la mère, la sœur et la cousine de Hocine Bouras leur demandant de manifester dans le calme, comme si les organisatrices avaient besoin de cette consigne que la maman avait fait passer avant le départ. L’imam a conclu son intervention peu respectueuse par une prière dont on voyait bien qu’elle n’était pas du goût de l’ensemble du cortège. Ainsi, on a assisté en direct à un exercice de pression sur la famille et à un véritable travail de police des esprits. Des jeunes qui avaient participé à un précédent cortège ont manifestement été dissuadés de venir. L’un des proches de la famille nous confiera ensuite que ces pressions sont constantes depuis une quinzaine de jours, espérant faire taire toute contestation familiale. On aura noté aussi que seules les femmes de la familles étaient présentes, les hommes auraient-ils plus docilement suivi le prêche…?

P1520249

P1520254

P1520256

P1520258

P1520259

P1520261

P1520262

P1520263

P1520264

P1520265

P1520266

P1520267

P1520270

P1520274

P1520275

P1520289

P1520291

P1520293

P1520296

P1520297

 

Symboliquement, des militants se menottent devant le Tribunal.

P1520299

P1520301

P1520303

P1520304

P1520305

P1520306

P1520308

P1520310

P1520312

P1520317

P1520318

P1520321

P1520323

P1520332

Vidéos montées 10’38
Avec les témoignages de la famille

Après la Marche, les participants réunis dans une salle, ont écouté les témoignages de la famille et de proches d’autres victimes de bavures policières.

P1520335

P1520337

P1520344

Le témoignage de la mère de Hocine

P1520362

P1520349

P1520364

P1520329

Mise à jour 2 septembre 2015

L’avocat du gendarme parle:

Le gendarme a fait de son mieux pour éviter une issue tragique mais il devait nécessairement agir de manière énergique et graduée pour protéger sa collègue dont la vie était en danger évident et immédiat du fait des agissements intolérables du Sieur Bouras. Le gendarme n’avait pas le choix.

Lu dans les DNA

Colmar – Mort de Hocine Bouras
Suite à la 3e marche blanche

Concernant l’affaire Hocine Bouras, l’avocat du gendarme auteur du coup de feu mortel et placé sous statut de témoin assisté dans cette procédure judiciaire, Me Thierry Moser, tient à préciser certains points : « J’ai pris connaissance des articles dans la presse régionale des 27 et 31 août 2015 relatant la marche blanche organisée à la mémoire d’Hocine Bouras. Je comprends bien la peine ressentie par la famille de celui-ci du fait de son décès dramatique. Le gendarme dont je suis l’avocat, témoin assisté et non pas mis en examen dans le cadre de la procédure en cours, est lui-même très affecté par le drame. Le gendarme a fait de son mieux pour éviter une issue tragique mais il devait nécessairement agir de manière énergique et graduée pour protéger sa collègue dont la vie était en danger évident et immédiat du fait des agissements intolérables du Sieur Bouras. Le gendarme n’avait pas le choix.

Je suis, de ce fait, très choqué par les mots d’ordre injustifiés et outranciers choisis par les organisateurs de la manifestation, « Stop aux bavures », « stop aux violences policières », « vérité et justice ».

Il s’agit d’une évidente déformation de la vérité visant à tromper l’opinion publique, ce que le gendarme, témoin assisté, ne peut tolérer. J’attends dans la sérénité l’issue de l’information pénale. »

Mise à jour du 3 septembre

colmar – Marche blanche pour Hocine Bouras
Me Bettcher réagit

Après Me Moser, avocat du gendarme, c’est au tour de son confrère Me Bettcher, représentant la famille de Hocine Bouras, de réagir après la marche blanche organisée dimanche à Colmar.

Pour l’avocat strasbourgeois, « il ne saurait être prétendu que le gendarme “ait fait de son mieux pour éviter une issue tragique”, alors que les investigations ont démontré qu’il a délibérément visé avec son arme de service une zone létale. Il est inadmissible de présenter cette intervention comme “énergique et graduée” s’agissant d’une arme à feu sur une personne menottée, non armée.

Le gendarme avait bien d’autres “choix” d’interventions à sa disposition et les a négligés, contrairement à la présentation qu’a faite son avocat dans sa prise de position publique ».

Similar posts
  • Au moment où Macron combat un prétend... Concordat Michel Seelig Référence électronique Michel Seelig, Concordat. Publictionnaire. Dictionnaire encyclopédique et critique des publics. Mis en ligne le 24 juillet 2020. Accès : [...]
  • Relaxe à Strasbourg pour deux décroch... Décrocheurs de portrait de Macron relaxés à Strasbourg from feuille de chou on [...]
  • Strasbourg marche aux flambeaux contr... https://www.facebook.com/heinkef/posts/10222471275148188 On était 150 manifestant.e.s résolu.e.s à partir de 18h30 place de la République à l’appel des Gilets Jaunes pour protester contre la loi “sécurité globale”. Malgré les embûches de la préfète qui avait raccourci d’une heure trente la durée et interdit les flambeaux sous prétexte que ce sont des “armes par destination“, (les cotons-tiges [...]
  • La préfète du Bas-Rhin met des bâtons... Le saviez-vous? Les flambeaux sont des “armes par destination“… Les cotons-tiges aussi: on peut crever des yeux ou des tympans avec cette arme de destruction massive! Après les attaques par des fasciste de la dernière manifestation, qui ont trouvé refuge du côté de la police, c’est la préfète qui multiplie les obstacles. Les Lumières ne [...]
  • Toutes et tous devant le Tribunal de ... Toutes et tous devant le Tribunal de Strasbourg 1 quai Finkmatt le mardi 8 décembre à partir de 8h. Face à la répression à Strasbourg, la solidarité est pour notre classe une arme formidable. Utilisons-là. Le mardi 08/12/2020 à 8h30, comparaîtra devant le Tribunal judiciaire de Strasbourg – quai Finkmatt- notre camarade Alain H militant [...]

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.