Pas de trêve hivernale pour les Rroms !

bidonville rroms paris la croix

Correspondant:

“Je vous ai parlé de la situation des bidonvilles du Nord de Paris où 600 personnes dont environ 150 enfants risquent de se retrouver à la rue (la justice ne connait même pas de trêve hivernale pour les Rroms !).

Les familles Rroms ne sont pas des assistés : ils vivent des petits boulots et de la mendicité puisque, bien que citoyens européens ils n’ont pas le droit de travailler en France.

Ils se battent aussi pour défendre les pauvres cabanes de leur bidonville comme le montre aussi cette lettre qu’ils ont écrite à destination des pouvoirs publics et des habitants du quartier.

En page 2 une traduction en roumain est destinée aux habitants des bidonvilles et leur demande leur accord pour publier la lettre sur internet et l’envoyer à la mairie, la préfecture et la SNCF.

Vous pouvez aussi les soutenir en signant éventuellement cette pétition de collectifs du 93  : “Non au démantèlement des campements sans solution décente”

A suivre…

Similar posts
  • In Girum Les leçons politiques des ro... In Girum Les leçons politiques des ronds-points from feuille de chou on [...]
  • Maxime Alexandre, au Centre culturel ... Table ronde animée par Charles Fichter, Jean-Michel Niedermeyer, Armand Peter et Jean-Paul Sorg Maxime Alexandre from feuille de chou on [...]
  • Discours d’Ismahane Chouder à l... Discours d’Ismahane Chouder à la Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Marche contre l’islamophobie 10 novembre 2019 Comment faut-il vous le dire ? Une nouvelle fois, la surenchère islamophobe est au rendez-vous chez nombre de politiques relayés par des médias porte-voix. Depuis la rentrée, chaque jour compte une nouvelle ignominie, une nouvelle indignité, particulièrement à [...]
  • URBEX RDA de Nicolas Offenstadt Débat au Quai des Brumes à Strasbourg le 13 novembre 2019 [...]
  • ” Nègre marron” n’e... Correspondant F2C au TGI de Strasbourg “Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique, aux Antilles ou dans les Mascareignes à l’époque coloniale. Le fuyard lui-même était appelé marron ou nègre marron, negmarron, voire cimarron (d’après le terme espagnol d’origine).“. [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.