Injustice au Palais de justice de Strasbourg

DSC09254
DSC09257
DSC09255
DSC09256
DSC09259
DSC09262

Situation dramatique et extravagante des femmes de ménage du Palais de justice de Strasbourg

Depuis le 13 février dernier, les femmes de ménage qui assuraient la propreté des locaux du tribunal de Strasbourg se retrouvent sans travail sans salaire, mais incapables de s’inscrire à Pôle Emploi.

Elles étaient missionnées par la société  Arcade Or il y a eu un changement de prestataire de service, la société Samsic Propreté assurant maintenant le nettoyage des lieux. Certaines travaillaient dans les préfabriqués provisoires que la justice vient d’abandonner pour le bâtiment historique rénové. D’autres travaillaient du côté de l’Esplanade.

Du jour au lendemain elles ont été privées de travail sans avoir été licenciées ni bien entendu, avoir été payées ou pouvoir toucher la prime d’ancienneté due. Or selon le cas, elles travaillaient depuis plus de 10 ans pour certaines. Et elles ont des charges de famille ici ou au pays en Afrique.

Depuis plus de 15 jours, elles se présentent à l’heure de leur prise de travail à 17 h et y restent jusqu’à la fin de leur temps. Hier, nous les avons facilement trouvées: elles étaient assises dans la belle salle des pas perdus du tribunal récemment rénové.

Leur avocate, Me Rauch, explique dans une vidéo l’absurdité de leur situation et les mesures qu’elle a entamées. Les prudhommes seront rapidement saisis suite à un courrier recommandé à la société responsable de cet imbroglio. Certaine salariées ont saisi la CGT. Pendant que nous étions au tribunal, nous avons successivement vu l’Inspectrice du travail venue faire le sien avec un adjoint, puis le procureur en personne s’est entretenu avec l’avocate, mais ce n’est pas lui qui a embauché les salariées. Enfin, une adjointe au maire, Édith Peirotes est aussi venue afin de s’informer et de les soutenir.

C’est la société Samsic Propreté (11, rue Pierre et Marie Curie, 67540 Ostwald) qui s’occupe maintenant du nettoyage des lieux. Les deux sociétés se débinent l’une et l’autre, laissant tomber les salariées, soit en ne les reprenant pas pour l’une, soit en ne les embauchant pas pour l’autre. Toutes deux fuient les responsabilités, laissant tomber ces femmes comme des choses usagées selon le credo du libéralisme le plus sauvage. Le secteur du nettoyage et de la sécurité profitent de failles de la loi. Il est temps que ce scandale, évoqué, une fois dans le Journal, il y a quelques jours, éclate et que les salariées trouvent une issue favorable.

JCM

Arcade Strasbourg

Similar posts
  • Masques anti-Covid-19 pour les enfant... Bonjour, Iyad m’a envoyé des photos prises au cours de son dernier tournage. Il s’agit d’une initiative prise par un artiste palestinien pour personnaliser des masques, les rendre moins “dramatiques” pour encourager les enfants à les porter. Iyad ajoute que de son côté tout va bien ainsi que pour sa famille et ses proches. Concernant [...]
  • La psychiatrie refuse d’être &#... Un article de Clémence Nayrac et Géraldine Tribault pulié par Hospimedia le 27/03/2020 Le contrôleur général des lieux de privation de liberté demande au Gouvernement des mesures d’urgence pour la psychiatrie dans le contexte de crise sanitaire. Déjà, depuis plusieurs jours, les représentants de la discipline ont lancé l’alerte. Le contrôleur général des lieux de [...]
  • Rony Brauman répond à Macron : « La m... Rony Brauman répond à Macron : « La métaphore de la guerre sert à disqualifier tout débat » Rony Brauman, ancien président de Médecins sans frontières, approuve les mesures de confinement, mais dénonce la rhétorique martiale du chef de l’Etat : « Qualifier les soignants de “héros”, c’est gommer les raisons de la crise sanitaire. [...]
  • DD Baroin et Georges Federmann Georges Yoram Federmann 5 rue du Haut Barr 67000 Strasbourg. Strasbourg , le 28 mars 2020. Chère famille, chers tous, Dédé s’en est allé. J’ai appris sa mort par internet vendredi 27, par le message de Roger Winterhalter et en lisant la Feuille de chou de J-C Meyer, le lendemain. Nous sommes restés en contact [...]
  • Journal politique du confinement : pr... Françoise Vergès (politologue) et Norman Ajari (philosophe). “La crise sanitaire actuelle annonce-t-elle la catastrophe climatique de demain ?”. Avec Aurélien Barrau (astrophysicien) et Daniel Tanuro [...]

4 Commentaires

  1. L'équipe F2C L'équipe F2C
    6 mars 2017    

    Vous pouvez envoyer un message via cette page : https://www.facebook.com/soutienauxfemmesdemenageduTGIdeStrasbourg/

  2. SCHMITT SCHMITT
    6 mars 2017    

    c’est une fois de plus ce libéralisme effrené qui met les gens en situation de précarité c’est une honte pour ces deux sociétés qui se renvoient la balle et la meilleure pour du nettoyage dans un batiment qui s’appelle le plais de justice!et pas un mot dans les journaux locaux franchement il y a deux poids et deux mesures dans notre pays bravo à celles qui luttent pour leurs droits et si je peux contribuer meme modestement merçi d’indiquer la marche à suivre.

  3. 5 mars 2017    

    C’est un scandale !!… les stes nationales se prennent tous les droits
    La Ste entrante à l’obligation de reprendre tous les salariés de plus de 6 mois d’ancienneté
    Je suis en procédure avec Samsic depuis 2 ans pour les mêmes raisons
    Les stes régionales vont mourir par les prix cassés et les pratiques des gros qui se croient tout permis

    Il serait temps d’y mettre fin !!…

    Martine Weibel
    La Performante

  4. PICARELLA PICARELLA
    2 mars 2017    

    Réglementairement, c’est à la nouvelle société tributaire du marché de reprendre le contrat des salariés!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.