Incidents centrale nucléaire Fessenheim (novembre 2009 à avril 2010)

N° 513 – 26 novembre 2009

3 incidents

Unité de production n° 2

Le 10 novembre, lors du redémarrage de l’unité de production n° 2,

l’absence de fusibles dans une armoire électrique a conduit à l’activation

d’une protection de sécurité et d’un signal d’alerte qui a été acquitté par la

remise en place de ces fusibles.

Le 17 novembre, à l’occasion d’essais physiques sur l’unité de

production n° 2, des alarmes ont été inhibées conformément aux

procédures en vigueur. A l’occasion de l’interruption de ces essais, les

alarmes toujours inhibées ont alors été indisponibles durant quelques

minutes, contrairement à la prescription particulière applicable dans cette

configuration.

Le 20 novembre, dans le cadre du redémarrage de l’unité de

production n° 2 et à l’occasion d’un essai de requalification d’une

pompe, la température minimale du circuit primaire a été dépassée de 1,4°C

par rapport à la prescription. L’essai a alors été interrompu.

Ces 3 évènements, sans aucune conséquence sur la sûreté des installations,

ont été déclarés à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 0, soit en

dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 514 – 3 décembre 2009

2 incidents

Unité de production n° 2

Mardi 1er décembre, vers 20h45, une soupape s’est ouverte fortuitement et a

généré un panache de vapeur d’eau et un bruit important audible dans un rayon

d’environ 5 km. La soupape a été refermée à 21h45 par les équipes de la

centrale. Cet événement n’a aucune conséquence sur la sûreté de l’installation,

ni sur l’environnement à l’exception du bruit émis.

Lundi 30 novembre, des robinets ont été remplacés suite à la détection de

corrosion qui n’avait pas été détectée lors d’une première expertise de ces

robinets. Cet événement, sans conséquence sur la sûreté des installations, a été

déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au niveau 0, soit en-dessous de l’échelle

INES graduée de 1 à 7.

N° 515 – 10 décembre 2009

1 incident

Unité de production n° 2

Le 4 décembre, une analyse d’un essai périodique permettant de tester

la manœuvrabilité de vannes a permis de détecter un dépassement de la

périodicité de réalisation de cet essai. Cet événement, sans conséquence

sur la sûreté de l’installation, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté

Nucléaire au niveau 0, soit en dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 516 – 17 décembre 2009

1 incident

Unité de production n° 1

Mardi 8 décembre, un contrôle inopiné d’un balisage mis en place

pour un tir radiographique (technique comparable à celle de la

radiographie médicale) a permis de détecter un défaut de balisage.

Cet événement radioprotection, sans conséquence sur les

intervenants, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au

niveau 0, soit en dessous de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 515 – 31 décembre 2009

2 incidents

Unité de production n° 2

Dimanche 27 décembre, alors que l’unité de production n° 2

redémarrait à la suite d’un arrêt programmé de courte durée, des débris

végétaux sont venus diminuer partiellement le débit d’eau alimentant le

système de refroidissement de l’unité n° 2.

A titre préventif, la direction de la centrale a décidé de suspendre les

opérations de redémarrage et a mis en œuvre à 5h25, le dispositif de

mobilisation des équipes pour gérer la situation.

La mobilisation des équipes et la mise en œuvre des procédures adéquates

ont permis de retrouver une situation d’ensemble satisfaisante et de lever le

dispositif de mobilisation à 18h00, dimanche 27 décembre.

Les opérations de contrôles et de maintenance se poursuivent, en particulier

au niveau de la station de pompage de l’eau du Grand Canal d’Alsace.

Cet événement a été classé au niveau 1 de l’échelle INES qui compte

7 échelons.

Lundi 28 décembre, des vérifications menées sur un groupe frigorifique

chargé de la climatisation des locaux en zone non nucléaire ont permis de

constater la perte de 280 kg de fluide frigorigène, sans conséquence pour la

santé des personnes. Cette valeur étant supérieure au seuil annuel autorisé,

cet événement a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

N° 520 – 14 janvier 2010

1 incident

Unité de production n° 2

L’unité de production n° 2 a été raccordée au réseau

électrique national dimanche 10 janvier à 17h52.

Mardi 5 janvier, la réparation de chaînes neutroniques chargées

de la mesure de la puissance du réacteur, a été réalisée.

Toutefois, le délai prescrit par les Spécifications Techniques

d’Exploitation a été dépassé. Cet événement, sans conséquence

sur la sûreté des installations, a été déclaré le 7 janvier 2010 à

l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 0 de l’échelle INES

graduée de 1 à 7.

N° 522 – 28 janvier 2010

3 incidents

Unité de production n° 1

L’unité de production n° 1 est à l’arrêt dans le cadre de la

3ème visite décennale. Des interventions de maintenance sont en cours

sur le stator de l’alternateur.

Le 24 janvier, un système de sauvegarde s’est déclenché au cours d’un

essai périodique qui devait permettre de tester l’apparition d’une

alarme. Le système a été déclenché suite à un écart dans la

documentation. Celle-ci a été rectifiée et cet événement, sans

conséquence sur la sûreté des installations, a été déclaré à l’Autorité

de Sûreté Nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

Dans le cadre des contrôles réalisés lors de la visite décennale n° 3, des

techniciens ont constaté que le mélange de graisses utilisé pour

lubrifier les servomoteurs*, n’était pas conforme aux prescriptions en

vigueur. Le nettoyage du matériel est en cours et le mélange utilisé

sera remplacé dans les matériels concernés. Le fonctionnement des

servomoteurs n’a pas été mis en défaut. Cet événement avait été

déclaré au niveau 0 l’an passé dans le cadre des vérifications pour

l’unité 2 (voir Sit’Infos n° 494 de juillet 2009). Comme cet écart

générique** à la réglementation, sans conséquence sur la sûreté des

installations, a été constaté sur plusieurs matériels et dans le cadre

d’un contrôle national, il est déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire

au niveau 1 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

* Servomoteurs : une vanne dotée d’un servomoteur est actionnable à

distance grâce à un moteur électrique

** générique : commun à plusieurs centrales nucléaires

Unité de production n° 2

L’unité de production n° 2 était, lors de la semaine écoulée, à la

disposition du réseau national électrique.

Dans le cadre de l’essai périodique d’un capteur permettant d’avoir

une image de la puissance du circuit secondaire, l’indisponibilité

concomitante de deux systèmes de protection a été mise en évidence.

La remise en conformité de ces systèmes a été réalisée dans un délai

légèrement supérieur à celui prescrit par les Spécifications Techniques

d’Exploitation. Cette anomalie, sans conséquence sur la sûreté des

installations, a été déclarée le 27 janvier à l’Autorité de Sûreté

Nucléaire, au niveau 1 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 523 – 4 février 2010

2 incidents

Unité de production n° 1

L’unité de production n° 1 est à

l’arrêt dans le cadre de la 3ème visite

décennale. Les opérations de

rechargement des 157 assemblages

combustible du cœur du réacteur ont

débuté cette semaine.

Le 26 janvier, un dépassement d’activité a

été constaté dans un local de stockage de

sources radioactives utilisées pour la

vérification des appareils de mesure de la

radioprotection. Ce seuil, fixé par la

Centrale Nucléaire de Fessenheim, a été

dépassé pour une seule famille de

sources.

Cet écart radioprotection sans conséquence sur la santé des

intervenants et sur l’environnement a été déclaré à l’Autorité de

Sûreté Nucléaire au niveau 0 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

Unité de production n° 2

L’unité de production n° 2 était, lors de la semaine écoulée, à la

disposition du réseau national électrique.

Le 28 janvier, contrairement à la prescription des Spécifications

Techniques d’Exploitation, des organes (tuyaux) utilisés par l’un des

systèmes d’appoint d’eau de secours des générateurs de vapeur ont

été fermés dans le cadre de travaux. Le système a immédiatement été

remis en conformité. Cet événement, sans conséquence sur la sûreté

des installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au

niveau 0 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

e

N° 524 – 11 février 2010

1 incident

Le 28 janvier, lors d’investigations menées sur un circuit de

refroidissement, une perte de fluide frigorigène de type HFC

(hydrofluorocarbone) a été constatée. La pièce en défaut a

été changée et le circuit remis en conformité. Ce fluide est

sans conséquence sur la santé des personnes. La quantité

rejetée étant supérieure à la limite réglementaire, cet

événement non classé sur l’échelle INES, a été déclaré à

l’Autorité de Sûreté Nucléaire le 4 février.

N° 525 – 18 février 2010

1 incident

Unité de production n° 1

Le 12 février, une erreur d’étiquetage a conduit à la fermeture d’une

vanne à la place d’une autre. L’information donnée par un capteur a

permis de rectifier la manœuvre et l’étiquetage a été remis en

conformité. Cet événement, sans conséquence sur la sûreté des

installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au

niveau 0 de l’échelle INES, graduée de 1 à 7.

N° 526 – 26 février 2010

3 incidents

Unité de production n° 1

Le 18 février, une intervention sur un module électrique a

entraîné une légère baisse de la pression du circuit primaire en

dessous de la pression requise par les règles d’exploitation dans

cette configuration. L’intervention a été immédiatement

interrompue et la pression a été remontée au niveau requis.

Le 18 février, une analyse a permis de constater que plusieurs

indisponibilités temporaires de matériels auraient dû conduire à

modifier sous 1 heure le domaine d’exploitation tel que requis

par les Spécifications Techniques d’Exploitation.

Ces deux événements, sans conséquence sur la sûreté des

installations, ont été déclarés à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au

niveau 0 de l’échelle INES, graduée de 1 à 7.

Unité de production n° 2

Le 20 février, l’ouverture d’un disjoncteur a entraîné le

démarrage intempestif d’un système de sauvegarde. L’installation

a été immédiatement remise en conformité. Cet événement, sans

conséquence sur la sûreté des installations, a été déclaré à

l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES,

graduée de 1 à 7

N° 527 – 4 mars 2010

3 incidents

Unité de production n° 1

Le 1er mars, dans le cadre des opérations préalables au redémarrage de

l’unité de production et lors de la réalisation de mesures à l’occasion d’un

essai périodique de matériels, une erreur de manipulation a engendré un

défaut sur une armoire électrique. Les opérations ont été interrompues pour

remettre l’installation en conformité. Cet événement, sans conséquence sur

la sûreté des installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au

niveau 0 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

Unité de production n° 2

Le 20 février, une analyse effectuée dans le cadre du report d’une

intervention a mis en évidence le dépassement du délai de périodicité d’un

essai sur des armoires incendie fixé à 9 mois. L’essai a été réalisé dans les

jours qui ont suivi et les résultats ont été satisfaisants. Cet événement, sans

conséquence sur la sûreté des installations, a été déclaré à l’Autorité de

Sûreté Nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

Le 23 février, à la suite d’une intervention sur un réservoir de stockage

d’effluents liquides, le contrôle en sortie de site (portique C3) a détecté des

valeurs de contamination sur le T-shirt de l’intervenant. Les contrôles et

dispositions prévues ont immédiatement été mis en place. Cet événement

radioprotection, sans conséquence sur la santé de l’intervenant, a été

déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES

graduée de 1 à 7.

N° 528 – 11 mars 2010

1 incident

Unité de production n° 1

Lors de la mise en place d’un nouveau référentiel national

définissant les règles à respecter lors des essais périodiques

d’un système de protection du réacteur, les techniciens ont

identifié l’impossibilité d’appliquer certaines prescriptions en

raison d’une différence de configuration de certains éléments

de ce dispositif. Cet événement, sans conséquence sur la

sûreté des installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté

Nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

N° 529 – 18 mars 2010

1 incident

Unité de production n° 1

La réparation d’une légère fuite de vapeur détectée sur un bouchon

de purge d’un circuit a rendu indisponibles plusieurs matériels. Cette

opération a conduit à interrompre le processus en cours, préalable au

redémarrage de l’unité de production. Cet événement, sans

conséquence sur la sûreté des installations, a été déclaré à l’Autorité

de Sûreté Nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES graduée de 1 à 7.

c un

N° 530 – 25 mars 2010

1 incident

Unité de production n° 1ssemblage combustible

Le 13 mars, une défaillance sur un circuit de chauffage situé en zone

nucléaire a été prise en compte tardivement, entraînant la baisse de la

température du circuit chauffé sous le seuil réglementaire des Spécifications

Techniques d’Exploitation. Le circuit a immédiatement été remis en

conformité. Cet événement, sans conséquence sur la sûreté des installations,

a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire, au niveau 0 de l’échelle INES

graduée de 1 à 7.

Requalification au niveau 1

Le 18 février, la centrale nucléaire de Fessenheim a déclaré un événement au

niveau 0 de l’échelle INES. Cet événement concerne l’indisponibilité

temporaire de plusieurs matériels qui auraient dû conduire à modifier sous

1 heure le domaine d’exploitation de l’unité de production n°1, tel que requis

par les Spécifications Techniques d’Exploitation. Le 24 mars 2010, après

analyses, cet événement a été reclassé au niveau 1. Cet événement n’a eu

aucune conséquence sur le fonctionnement et la sûreté des installations

N° 532 – 8 avril 2010

1 incident

Le 3 avril, lors de la prise de mesures réalisée sur la régulation de la turbine, un

léger dépassement de l’augmentation de la puissance autorisée a été détecté par

les techniciens. L’analyse technique a mis en évidence le mauvais fonctionnement

d’un système de régulation de pression. Cet événement, sans conséquence sur la

sûreté des installations, a été déclaré à l’Autorité de Sûreté Nucléaire au niveau 0

de l’échelle INES, graduée de 1 à 7.

Similar posts
  • Il y a 80 ans, la rafle du Vel d̵... Commémoration à Strasbourg Traditionnelle commémoration à Strasbourg, sur le site de l’ancienne synagogue, de la rafle du Vel d’Hiv des 16/17 juillet [...]
  • La Commune de Paris et l’Alsace... Conférence donnée par Jean-Claude Richez au Centre culturel alsacien à [...]
  • Strasbourg antifasciste: 500 dans la ... Ils-elles s’étaient donné rendez-vous à 14h30 place de la gare à Strasbourg en cette veille de second tour de la présidentielle opposant la peste au choléra. Associations antifa, syndicats, partis se sont rassemblés avec force banderoles, pancartes et drapeaux. Peu après l’heure prévue, le cortège s’est ébranlé vers la rue du Maire-Kuss, précédé d’une magnifique [...]
  • Fédéralisme et autonomie vus par R... Une conférence s’est tenue hier 31 mars au FEC sur le thème du fédéralisme. Il y avait moins de 10 personnes dans le public, dont le sénateur EELV Jacques Fernique qui est aussi intervenu depuis la tribune. En dépit de ce très petit nombre d’assistants, les exposés et le débat ont été très intéressants- les [...]
  • Littérature et révolution en Alsace a... Charles Fichter au Centre culturel alsacien, présenté par Jean-Marie [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.