Commémoration du pogrome des Juifs du 14 février 1349 à Strasbourg

commémoration 14 février 1349 Strasbourg feuille2chouphoto

Une quinzaine de participants, dont trois des médias, à la brève commémoration organisée cette année encore le jour anniversaire du massacre des Juifs de Strasbourg le jour de la Saint Valentin 1349.
Georges Yoram Federmann, du cercle Menachem Taffel présidait à la cérémonie, à laquelle participaient des représentants de différentes communautés ayant subi des violences au cours de l’histoire, protestants, Juifs, sourds-muets, tziganes, etc. Un seul élu présent, le maire de Schiltigheim, Raphaël Nisand. Aussi présent, M.Toledano, médecin, auteur d’une thèse sur les “expériences médicales” du professeur nazi Hirt à la faculté de médecine nazifiée de Strasbourg. Federmann a rappelé que sous la place de la République se trouvait un cimetière juif du Moyen-Age. Des cailloux mémoriels ont été déposés comme le veut la tradition.

L’article des DNA a été mis en commentaires par G Y Federmann

Audio
G Y Federmann 14 02 1349
G Y Federmann 2 Sarkosï

commémoration 14 février 1349 Strasbourg feuille2chouphoto

Audio
Claire Auzias

commémoration 14 février 1349 Strasbourg feuille2chouphotos

Audio
de Marc Bloch à l’Université de Strasbourg
Mme Lévy écrivain
Psychiatrisés victimes du nazisme

commémoration 14 février 1349 Strasbourg feuille2chouphotocailloux mémoriels sous la place de la républqiue à Strasbourg le cimetière juif ancien feuille2chouphoto

Archives
http://la-feuille-de-chou.fr/archives/45163

Similar posts
  • Les élèves du TNS place Corbeau le 17... [...]
  • Gilets Jaunes Strasbourg et TNS [...]
  • Santé-Social en lutte à Strasbourg Une centaine de salariées du secteur Santé-Social s’est rassemblée à 14h30 place Broglie à Strasbourg à l’appel de leurs syndicats CGT, FO, Solidaires avant de défiler au centre [...]
  • Echec total de la mobilisation Foncti... Ce n’est pas la première fois qu’une échéance syndicale nationale se traduit par un bide, mais ce 6 avril 2021, au lendemain du week-end pascal, et après les nouvelles mesures de confinement pour un mois, on a atteint le fond du fond. A 12h, place Broglie à Strasbourg, 3 policiers du Renseignement territorial et un [...]
  • La culture dans la rue à Strasbourg Forum et spectacle des élèves du TNS Place de la République Devant le TNS Papageno Sur les quais Alsace révoltée sur les quais Un policier municipal qui croit encore qu’il est interdit de filmer la police Culture en danger, jeunesse [...]

2 Commentaires

  1. Dr Georges Yoram Federmann Dr Georges Yoram Federmann
    16 février 2013    

    De Catherine Levy:

    “Je t”adresse en un poème que j’ai écrit il y a quelques années “Hygiénisme politique”, qui avait été publié dans la revue Texture de mon ami l’écrivain et poète Michel BAGLIN.

    lien : http://revue-texture.fr/spip.php?article243

    Hygiénisme politique

    Les robes présidentielles ne suffisent pas à donner l’heure
    Le glas sonnera la cloche de dix heures

    L’étranger sera chassé et la cloche
    Fantôme d’un Moyen Age ressuscité
    Pointera son squelette revivifié

    L’exclusion heurte les portes de la raison
    La raison des hygiènes imposées
    Emporte au loin les raisons de nos valeurs

    L’horloge bien que décalée donnera à la cloche
    l’ordre de sonner
    la cloche sonnera

    Il sera bientôt dix heures

    Et les nouveaux feujs devront se volatiliser
    Et la ville sera nettoyée des reubs
    Et les spectres du passé reproduit librement pourront s’y promener

    L’exclusion ouvre les portes des prisons
    La guerre est à nos portes
    Attisée par les haines venues de tous côtés

    Pour que ne soit pas dit
    La cloche a sonné
    Il a été dix heures

    Femmes
    réveillez-vous
    ne laissez plus la haine emplir les cœurs

    Jamais plus ne laissez résonner les cloches de dix heures

    Catherine Lévy-Hirsch
    2010/01/10

  2. Dr Georges Yoram Federmann Dr Georges Yoram Federmann
    15 février 2013    

    Strasbourg Commémoration sur la place de la République

    L’autre Saint-Valentin
    Des pierres et un coquillage ont été déposés, symboliquement, place de la République.
    Le cercle Menachem Taffel invitait hier à célébrer la mémoire des victimes du massacre du 14 février 1349 . Des centaines, voire des milliers de juifs strasbourgeois avaient alors péri sur le bûcher.
    Rendez-vous était donné place de la République, où une douzaine de personnes se sont réunies. « La date de 1349 peut nous sembler archaïque, mais elle a une dimension moderne », a justifié Georges Yoram Federmann, président du cercle Menachem Taffel.

    Les juifs qu’on accuse d’être à l’origine de la peste
    En effet, le massacre de la Saint-Valentin s’est produit dans un contexte particulier pour l’époque : Strasbourg est une ville libre, indépendante du pouvoir du Saint-Empire romain germanique, et dotée d’une constitution. « C’est l’une des premières démocraties », insiste l’orateur, en faisant le parallèle avec une époque plus récente : « Ce sont les plus belles civilisations occidentales qui ont la potentialité d’organiser la mise à mort. »

    En 1349, la ville libre de Strasbourg brûle ses juifs en les accusant d’être à l’origine de la peste. Bien plus tard, les nazis exterminent les juifs « au seul fait qu’ils sont juifs ». « La menace est-elle éculée ? », interroge Georges Yoram Federmann. Il évoque ainsi le sort « des sans-papiers, des clandestins, des Roms que la République continue à malmener ».

    Honorer Peter Schwarber
    Symboliquement, des pierres du Struthof et un coquillage de Cargèse, en Corse (où trouvèrent refuge 600 Grecs fuyant l’occupation turque en 1676) ont été déposés au pied du ginkgo de la place de la République.

    Le cercle Menachem Taffel espère aussi que le nom de Peter Schwarber sera donné à une rue de Strasbourg. Celui qui était l’équivalent du maire de la ville, en cette Saint-Valentin 1349, avait tenté de sauver les juifs, en vain. Il avait été ensuite condamné à l’exil… à Benfeld.

    Ju.M.
    © Dna, Vendredi le 15 Février 2013 – Tous droits de reproduction réservés

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.