UN SEUL HÉROS LE PEUPLE, par Mathieu Rigouste

cropped-couv-un-seul-heros-1

Lire : Décembre 1960. Quand le peuple algérien se soulevait contre le colonialisme. Un épisode oublié de la guerre d’indépendance

Appel à soutien pour mener une enquête indépendante sur cette histoire. Pour faire un site, un documentaire et un livre

Un Seul Heros Le Peuple. Bande Annonce – Appel à Soutien from Lepeuple Unseulheros on Vimeo.

 

De janvier à septembre 1957, sous l’autorité du général Massu et pour écraser la révolution Algérienne, l’armée française a mené une opération de pacification terrible qu’on a appelé « la bataille d’Alger ». Ce Dispositif de Protection Urbain a consisté entre autres à quadriller militairement la Casbah et à mener une forme de guerre policière dans et contre la population colonisée. Ce protocole de terreur d’Etat a réussi à démanteler largement l’appareil politique du FLN dans Alger, en arrêtant, torturant, emprisonnant ou assassinant un grand nombre de colonisé.es. Considérant que le fellagha était « dans la population comme un poisson dans l’eau », il s’agissait bien de terroriser cette « population ». Et depuis, l’armée française a construit le mythe mondial de son excellence dans l’éradication des ennemis intérieurs. La soit-disant « bataille d’Alger », a servi de modèle pour une application en ville de cette doctrine de la guerre contre-révolutionnaire mise en œuvre en Algérie. Mais elle est devenue aussi le support publicitaire d’une nouvelle industrie militaro-sécuritaire, qui n’a eu de cesse de se développer jusqu’aujourd’hui, et qu’on nomme contre-insurrection. Sur ce marché mondial, l’industrie française se vante d’être spécialisé dans le domaine du maintien de l’ordre… depuis la « bataille d’Alger ».

Mais on oublie généralement qu’en décembre 1960, à peine trois ans plus tard, les colonisé.e.s se sont soulevé.e.s massivement dans de nombreuses grandes villes d’Algérie. Ils ont débordé cette machine de guerre policière censée avoir écrasé « l’organisation rebelle ».

Alors que le Général de Gaulle entamait un voyage en Algérie pour promouvoir son projet néocolonial de « 3e voie », alors que les pieds-noirs Ultras s’étaient organisés pour un coup d’État fasciste instaurant l’apartheid militaire dans une Algérie Française, ce sont les damnés de la terre qui ont surgi. Les colons et l’armée ont tiré, ils ont tué, mais des bidonvilles vers les centres et les quartiers privilégiés, le peuple algérien a continué à se reconnaître en submergeant la contre-insurrection, la ville et l’ordre colonial. Avec les femmes, les enfants, les adolescents et les vieillards sur le champ de bataille, les indigènes d’Algérie devenaient un peuple uni et déterminé. Ils prenaient en main la révolution. Et alors que le versant militaire semblait, effectivement, perdu, c’est eux qui ont permis d’emporter le versant politique de la guerre de libération. C’est l’histoire de ce « Diên-Biên-Phu politique de la guerre d’Algérie » que nous allons raconter.

Nous avons besoin de mieux connaître ce moment. Et nous manquons d’une histoire populaire qui restitue la place et le rôle de toutes et tous ces anonymes qui se sont auto-organisé.e.s pour braver la domination impériale et arracher collectivement leur libération.

Pour notre mémoire commune et pour nourrir les luttes actuelles, j’ai commencé à enquêter sur cette victoire des opprimé.e.s. Je recherche encore des personnes, notamment des femmes, ayant été présentes en décembre 1960 à Oran, Alger ou dans une autre ville d’Algérie et qui voudraient raconter pour nous laisser leurs souvenirs des soulèvements.

Il s’agit d’en faire un livre.

Et j’espère réaliser aussi un documentaire et un site web qui restituent la masse des sources et des entretiens.

Pour financer ces trois projets, les séjours en Algérie et pouvoir travailler de manière indépendante, il faut aussi de l’argent. Si vous pensez que ce projet est important et qu’il mérite d’être soutenu, merci de le diffuser et de nous aider à alimenter cette caisse d’auto-financement.

Donnons-nous les moyens d’une enquête et d’une écriture autonomes de cette histoire dont la puissance résonne encore jusqu’à nous à travers ces quelques mots.

Un seul héros le peuple !

Mathieu Rigouste, octobre 2016

 

contact mail : unseulheroslepeuple@riseup.net

La collecte d’auto-financement est là.

 

Appel à soutien pour mener une enquête indépendante sur cette histoire. Pour faire un site, un documentaire et un livre

Similar posts
  • Roland Gori: La nudité du pouvoir Com... [...]
  • Après la profanation du cimetière isr... 14? https://fr.m.wikipedia.org/wiki/Fourteen_Words?wprov=sfla1 Une petite foule ce matin dans le froid du cimetière israélite de Herrlisheim, dans le Bas-Rhin, récemment profané. Le ministre de l’Intérieur, Castaner, après son intervention hier soir suite à la mort du terroriste de Strasbourg, le préfet Marx, le DDSP du Bas-Rhin, des officiers de l’armée, le Grand-Rabbin du Bas-Rhin, le maire [...]
  • Non au GCO, oui à l’archéologie... Des visites étaient organisées ce matin sur le chantier archéologique de Duttlenheim, pas loin du (futur, mais encore potentiel) embranchement du Contournement Ouest de Strasbourg avec l’A 35 entre Duppigheim et Duttlenheim. Pour l’occasion, Vinci avait déroulé le tapis rouge, même aux opposants à cette autoroute inutile et obsolète, pour accéder au chantier. Merci aux [...]
  • Chasse aux lycéens de Rudloff aux Pot... Pendant près de trois heures, la police a pratiqué la chasse aux lycéens du lycée polyvalent Marcel Rudloff dans le quartier des Poteries. Vers 10, à la récréation, des lycéens sont sortis sur le parvis. Une petite poubelle a été brûlée ainsi qu’un vieux canapé près de l’entrée des profs. Les pompiers ont rapidement éteint [...]
  • Pourquoi je pars à Paris ce soir ? Vincent Guillot https://www.histoiresordinaires.fr/Intersexe-Vincent-Guillot-sort-de-la-nuit_a1330.html Pourquoi je pars à Paris ce soir ? Je ne vais pas manifester, je vais participer à la révolution. Je n’ai rien, rien à perdre, je ne possède rien et je vis dans la misère depuis des années, cassé par le travail d’ouvrier, torturé, mutilé par la médecine, même ma vie fut [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.