Injustice au Palais de justice de Strasbourg

DSC09254
DSC09257
DSC09255
DSC09256
DSC09259
DSC09262

Situation dramatique et extravagante des femmes de ménage du Palais de justice de Strasbourg

Depuis le 13 février dernier, les femmes de ménage qui assuraient la propreté des locaux du tribunal de Strasbourg se retrouvent sans travail sans salaire, mais incapables de s’inscrire à Pôle Emploi.

Elles étaient missionnées par la société  Arcade Or il y a eu un changement de prestataire de service, la société Samsic Propreté assurant maintenant le nettoyage des lieux. Certaines travaillaient dans les préfabriqués provisoires que la justice vient d’abandonner pour le bâtiment historique rénové. D’autres travaillaient du côté de l’Esplanade.

Du jour au lendemain elles ont été privées de travail sans avoir été licenciées ni bien entendu, avoir été payées ou pouvoir toucher la prime d’ancienneté due. Or selon le cas, elles travaillaient depuis plus de 10 ans pour certaines. Et elles ont des charges de famille ici ou au pays en Afrique.

Depuis plus de 15 jours, elles se présentent à l’heure de leur prise de travail à 17 h et y restent jusqu’à la fin de leur temps. Hier, nous les avons facilement trouvées: elles étaient assises dans la belle salle des pas perdus du tribunal récemment rénové.

Leur avocate, Me Rauch, explique dans une vidéo l’absurdité de leur situation et les mesures qu’elle a entamées. Les prudhommes seront rapidement saisis suite à un courrier recommandé à la société responsable de cet imbroglio. Certaine salariées ont saisi la CGT. Pendant que nous étions au tribunal, nous avons successivement vu l’Inspectrice du travail venue faire le sien avec un adjoint, puis le procureur en personne s’est entretenu avec l’avocate, mais ce n’est pas lui qui a embauché les salariées. Enfin, une adjointe au maire, Édith Peirotes est aussi venue afin de s’informer et de les soutenir.

C’est la société Samsic Propreté (11, rue Pierre et Marie Curie, 67540 Ostwald) qui s’occupe maintenant du nettoyage des lieux. Les deux sociétés se débinent l’une et l’autre, laissant tomber les salariées, soit en ne les reprenant pas pour l’une, soit en ne les embauchant pas pour l’autre. Toutes deux fuient les responsabilités, laissant tomber ces femmes comme des choses usagées selon le credo du libéralisme le plus sauvage. Le secteur du nettoyage et de la sécurité profitent de failles de la loi. Il est temps que ce scandale, évoqué, une fois dans le Journal, il y a quelques jours, éclate et que les salariées trouvent une issue favorable.

JCM

Arcade Strasbourg

Similar posts
  • Jeunes mineurs étrangers isolés [...]
  • Le collectif GCO NON MERCI fait sa re... Le collectif GCO NON MERCI fait sa rentrée : CARAVANE « POUR UN AVENIR SANS GCO » les 25 et 26 AOUT 2017 « Notre plus grand ennemi c’est la résignation ! » a dit Maurice Wintz, co-animateur du collectif, en mars dernier lors d’une des marches des cabanes (décembre 2016 à mars 2017). Depuis, [...]
  • Persécutions quotidiennes des exilé-e... Persécutions quotidiennes des exilé-e-s: un parc parisien leur est interdit · 20 AOÛT 2017 – PAR LA CHAPELLE EN LUTTE https://blogs.mediapart.fr/la-chapelle-en-lutte/blog/200817/persecutions-quotidiennes-des-exile-e-s-un-parc-parisien-leur-est-interdit Une scène quotidienne pour les exilé-e-s : police, violence, racisme. Une scène parmi d’autres dans le quotidien insupportable des exilé-e-s à la rue en France. Ce témoignage d’une intervention policière au Jardin d’Eole dans [...]
  • Front Social n° 83 [...]
  • Témoignages sur le massacre de Deir Y... http://www.haaretz.com/israel-news/1.801307 Témoignages sur le massacre censuré de Deir Yassin: « ils ont empilé les corps et les ont brûlés » Ofer Aderet – 16 juillet 2017 Un jeune attaché à un arbre et mis en feu. Une femme et un vieil homme touchés par des tirs dans le dos. Des filles alignées le long d’un [...]

4 Commentaires

  1. SCHMITT SCHMITT
    6 mars 2017    

    c’est une fois de plus ce libéralisme effrené qui met les gens en situation de précarité c’est une honte pour ces deux sociétés qui se renvoient la balle et la meilleure pour du nettoyage dans un batiment qui s’appelle le plais de justice!et pas un mot dans les journaux locaux franchement il y a deux poids et deux mesures dans notre pays bravo à celles qui luttent pour leurs droits et si je peux contribuer meme modestement merçi d’indiquer la marche à suivre.

  2. 5 mars 2017    

    C’est un scandale !!… les stes nationales se prennent tous les droits
    La Ste entrante à l’obligation de reprendre tous les salariés de plus de 6 mois d’ancienneté
    Je suis en procédure avec Samsic depuis 2 ans pour les mêmes raisons
    Les stes régionales vont mourir par les prix cassés et les pratiques des gros qui se croient tout permis

    Il serait temps d’y mettre fin !!…

    Martine Weibel
    La Performante

  3. PICARELLA PICARELLA
    2 mars 2017    

    Réglementairement, c’est à la nouvelle société tributaire du marché de reprendre le contrat des salariés!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Actions de résistance à la politique anti-Rom de la ville de Strasbourg 2012-2014

« Espace Hoche », un camp pour Roms, grillagé et surveillé, à Strasbourg, siège de la Cour européenne des Droits de l’Homme

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !