Construction d’un président

Elysée 2017 f2c capture

Que retenir de la construction médiatique du nouveau président?

Des heures d’antenne en direct -de 8h45 à 19 h- sur la chaîne publique comme sur les privées. Macron manque à l’évidence d’épaisseur, comparé aux monstres politiques que furent, par exemple, Charles de Gaulle et François Mitterrand qui ont fait leurs armes, non à la banque, mais dans l’ Histoire. L’enjeu de cette intronisation était donc de lui faire revêtir l’habit du chef de la nation en métamorphosant le jeune homme pressé en monarque républicain. Il faut reconnaître au protocole, à ses communicants et aux médias une certaine habileté.

On rassemble d’abord la Cour dans un grand salon de l’Élysée, ceux qui pourront dire “j’y étais“. Ils poireautent des heures derrière un cordon. Le tapis rouge est déroulé, les Gardes Républicains sont à leur poste, les tireurs d’élite sur les toits. Une petite foule observe les véhicules déposant leur précieux contenu. Les photographes photographient, les huissiers s’affairent, sur les écrans, les journalistes et les “experts” expertisent. Il faut meubler le temps avant que les choses sérieuses ne commencent.

Enfin, du spectacle pour le pipeule et ses magazines, la prétendue “Première Dame“, fonctionnellement inexistante pour la Constitution de la Ve République, débarque, en tailleur bleu clair, jupe au-dessus du genou, soigneusement coiffée. Elle foule le tapis, pose un peu pour les journaux des salons de coiffure et des salles d’attente des médecins, entre, accueillie par le futur ex-locataire, pour attendre son royal époux. Il arrive, visage sérieux, esquissant un léger sourire de satisfaction sur les lèvres, foule à son tour la moquette. L’ancien et le nouveau président se saluent, posent pour les médias, puis entrent au Palais pour un entretien qui dure plus d’une heure. Mystérieuse transmission du sceptre et du pouvoir. Le roi est mort, vive le roi! Le nouveau monarque raccompagne l’ancien jusqu’à son véhicule -pas un scooter tout de même-; tous deux affables, souriants, continuité de l’État oblige. Ils se saluent de la main. La claque modeste applaudit Hollande en face de l’entrée. Rideau.

Enfin Macron reçoit les insignes de Grand Commandeur de la Gidouille. Puis, discours d’accueil de Fabius, président du Conseil constitutionnel.

Macron au pupitre, décoré de tricolore vertical, il faut bien changer, tout en assurant la continuité. Il tient son discours, rassembleur, et optimiste pour l’avenir. Attend un peu les législatives et le troisième tour social!

Il va saluer les personnalités, s’attardant auprès de chacun-e. Il ne serre pas seulement les mains du premier rang, mais s’aventure parfois jusqu’au troisième. Poignées de main, bises, tapotements sur la nuque ou les joues, effusions  et embrassades pour la famille vers la fin, les parents, les enfants de Mme, après les ralliés de la première heure. Collomb commande une larme sur sa joue droite

Séquence suivante, les Champs-Élysées en véhicule militaire, état d’urgence oblige; c’est lui, hein, le chef des armées, même si ça ne se voit pas encore vraiment; il n’a pas fait l’armée. La flamme, la Marseillaise, les Anciens Combattants, le salut à la foule, l’hommage au policier tué sur cette avenue, des barrières, des flics, des militaires, et de la pluie aussi, ouf.

A la revoyure!

Elysée 2017 f2c capture
famille Elysée 2017 f2c capture
famille Macron f2c capture
famille Macron Elysée 2017 f2c capture

 

Similar posts
  • Égoutiers en lutte Strasbourg Égoutiers en lutte !! Ils font partie de ces agents que l’on ne voit pas, parce qu’ils sont parfois sous nos pieds, ou que l’on ne voit plus, tant ils font partie du décor urbain. On ne les voit que lorsque leur travail, les oblige à empiéter sur la chaussée avec leur camion, gênant un [...]
  • Convergence des luttes à Strasbourg: ... Près de 4000 personnes ont défilé à Strasbourg ce 19 avril à l’appel de la CGT, de la FSU, de Solidaires, des étudiants, des lycéens. Ce n’est pas souvent qu’on voit réunis dans le même cortège des cheminots qui ont posé des rails place Kléber et des avocats en lutte contre une réforme néo-libérale de [...]
  • CIO et ONISEP en lutte à Strasbourg CIO en lutte au [...]
  • “Pourquoi un État juif n’... Ofra Yeshua-Lyth était hier soir au Foyer de l’Étudiant catholique de Strasbourg avec son éditeur scribest et Georges Yoram Federmann qui l’a présentée avec son humour habituel en reprenant la question : “Quelle est la couleur des Juifs” qui a fait rire toute la salle. Cette table-ronde devait avoir lieu à l’Unistra, mais les interventions [...]
  • Répression anti-syndicale au TGI de S... Une trentaine de personnes ce matin sur le nouveau parvis du TGI pour soutenir une camarade syndicaliste de SUD convoquée suite à une intervention très brutale de policiers à l’issue d’une manifestation impromptue contre l’esclavage en Libye qui s’est achevée place de la gare et où des flics n’ont pas hésité à poursuivre des gens [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

  Contact : F2C.media@gmail.com

Membre

Club de la presse - Strasbourg Europe

Club Médiapart

Reporter sans Frontières

Coordination permanente des medias libres

Nos dossiers

Catégories

Matériel

Droitisation de l'échiquier politique : 5 jeux à gratter des voix

Archives

Abonnements aux flux RSS

Abonnez-vous !