Gilets Jaunes Acte XXII Strasbourg Violences policières

QG République Strasbourg

Les gilets jaunes en tête de gondole sur FR3 Alsace le 13 avril à 19 h. Et un bout d’interview de J C Meyer par Sylvie Malal. Et Jacky Wagner, secrétaire de l’UD-CGT 67, qui lâche les Gilets Jaunes…Ouh, les méchants, ils ne respectent pas le parcours…

https://france3-regions.francetvinfo.fr/grand-est/emissions/jt-1920-alsace

Le 13 avril c’était l’Acte XXII des Gilets Jaunes. A Strasbourg, l’assemblée générale s’est tenue comme d’habitude place de la République. Les QG du Bas-Rhin nous ont rejoints, et vers 13 h, notre manifestation s’est mise en marche, à 300, en direction de la place Kléber, non sans quelques détours improvisés, avant de rejoindre les 50 associations qui, avec la CGT du Bas-Rhin, avaient appelé à la marche déclarée pour défendre le droit de manifester remis en cause par la nouvelle loi anti-casseurs de Macron-Philippe-Castaner. Les manifestants se sont rassemblés puis ont défilé d’abord sur le parcours officiel, jusqu’au pont Saint-Nicolas, puis sur un parcours off, car les Gilets Jaunes, forts de leur nombre, et regroupés, avaient pris la tête. Les DNA prétendent qu’en tout nous aurions été 500! En réalité, selon le comptage très sérieux d’un participant qui compte à chaque manifestation, nous étions 1500 en face du Montmartre et de la brocante du samedi, rue du Vieux-Marché-aux-Poissons. DNA, retournez à l’école, apprendre à compter!

La manifestation, encore unitaire, est arrivée au pont du maire Kuss. Là on a entendu le responsable départemental CGT dire aux policiers que pour eux, c’était la fin du parcours; et ils sont partis avec les organisations traditionnelles. Peu après, les Gilets Jaunes se sont engagés rue du Maire-Kuss. Et au bout, ont été stoppés par un double barrage de policiers et de gendarmes. Sans qu’il y aucune provocation ni jet de quelque objet que ce soit, nous avons été gazés,matraqués puis repoussés progressivement jusqu’au milieu de la rue. Bilan provisoire, une femme asphyxiée par le gaz, un homme matraqué sur la tête, une interpellation par la BAC d’un homme isolé. Les street-medics sont intervenus. Merci pour les premiers secours!

Les manifestants toujours déter sont repartis vers le centre-ville. On a pris des petites rues fréquentées, enfin on est arrivés place de la Cathédrale. Les cars de police sont venus se garer d’abord devant la poste. Puis les flics sont descendus harnachés. Ils ont entrepris de déblayer les lieux avec brutalité, renversant un couple de touristes, fracassant le poignet d’une camarade qui portait un drapeau tricolore. Ceux qui pensaient pouvoir se réfugier dans l’église en ont été pour leurs rêves de premiers communiants, croyant encore à l’asile offert! Le portail avait été fermé, merci Mgr. Ravel, l’archevêque d’extrême-droite que nous subissons. Les charges de police ont continué jusqu’au portail Saint-Laurent. Puis rue des Juifs et dans les ruelles adjacentes, une chasse à l’homme (et à la femme) s’est prolongée rappelant la vieille époque des ratonnades, mais là tout le monde dégustait, sous les yeux ahuris des touristes d’outre-Rhin, éberlués car chez eux la police est en général, plus civilisée. Le prétexte des brutalités diverses et des interpellations était “manifestation non déclarée” quant au parcours. Merci les organisations démissionnaires! Si vous croyez échapper à la démocrature macronienne, vous vous trompez grave!

vidéos à suivre…

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.