Une victoire juridique de trois anti GCO au TGI de Strasbourg

Quarante anti-GCO dans la salle d’audience, dont le maire de Kolbsheim et celui de Pfettisheim, et une trentaine sur le parvis du TGI de Strasbourg ce matin en solidarité avec trois personnes prévenues d’avoir manifesté illégalement sur un pont au-dessus de l’A35 munies d’une banderole dénonçant le Grand Contournement Ouest, autoroute à péage de 24 km destinée au trafic de camions européens du nord au sud et inversement.

En zone gendarmerie, la déclaration de manifestation se fait en mairie. L’un des prévenus avait reçu notification de l’interdiction de la manifestation la veille à 19 h 37. Les deux autres n’avaient pas été informés. La gendarmerie prétendait que cette banderole constituait un danger pour la circulation automobile!

De fait, il y a eu des dizaines de manifestations de ce genre du nord au sud du Bas-Rhin, déclarées ou pas, et c’est bien la première fois que cela a occasionné des poursuites judiciaires. Comme si la justice n’avait pas autre chose à faire, alors qu’elle manque de moyens, que de poursuivre, comme a dit Me Dole, des “papis et des mamies” opposés, comme de nombreux Alsaciens, à l’écocide qui se produit dans le Kochersberg!

Mais, patatras, faute d’avoir informé les prétendus contrevenants et pour avoir omis de signifier le recours possible, les poursuites ont été réduites à néant. Même la procureure a dû plaider partiellement en défense des prévenus! Et Me Dole a été brillante comme d’habitude dans son plaidoyer.

A la fin, comme de coutume, la parole a été donnée aux prévenus, mais ils n’ont guère pu en profiter, interrompus après quelques mots dès lors qu’ils ont voulu aller au fond, politique, du dossier.

La justice qui poursuit les anti-GCO, voyez-vous, ne fait pas de politique (!), mais seulement du droit…

Germaine, de Kolbsheim, était là, fidèle au poste et au combat pour l’Alsace, ainsi que plusieurs anciens grévistes de la faim, ignorés de Macron lors d’une visite à Strasbourg.

On a prolongé longtemps sur le parvis les discussions et le Kafee-Kuhre offerts par des ami.e.s.

Contre le GCO, Vinci et les responsables politiques de l’écocide, le préfet, Ries, Herrmann, la CCI, le combat continue!

Et s’ils mettent du goudron, on apportera les plumes!

GCO, Bienwald , par Luc Huber, maire de Pfettisheim from feuille de chou on Vimeo.

Témoignage
Christian Bonardi
16 h ·
On a été relaxés nananère! Pas moi, j’étais sur le pont avec mes amis militants qui étaient poursuivis pour manifestation interdite par le maire de Mundolsheim. Nous étions quelque-uns dont les organisateurs et moi je tenais avec eux les banderoles au-dessus du pont de l’autoroute à Souffelweyersheim.
Seulement l’interdiction est arrivée par mail à 19h37 la veille de l’opération ponts qui débutait à 7 heures le lendemain matin. Aucune des dispositions légales d’affichage et de remise en mains propres de l’arrêté, ainsi que la transmission à la préfecture n’ont été respectées. Les gendarmes nous avaient interpellés et intimé l’ordre de quitter les lieux et nous nous étions exécutés. Le temps de remballer le matériel, ces messiers étaient de retour pour signifier aux trois signataires de l’avis de manifestation leur infraction pour manifestation interdite. Avec mes camarades des collectifs, j’ai du en faire entre 6 et 10, des opérations ponts. Déclarées ou pas, les gendarmes ou la police, hormis des contrôles d’identité, ne nous ont jamais inquiétés et sont toujours restés courtois. Pour ce coup, il est clair que des ordres ont été donnés aux gendarmes de poursuivre pour dissuader les militants de recommencer. Donc les poursuites étaient politiques, ce que n’a pas manquer de rappeler Florence Dole, avocate des prévenus.
Dans les vidéos et interview’s du reporter de “La Feuille De Chou”, Jean-Claude Meyer, Florence décrit parfaitement la nature politique des poursuites.
Vinci est devenu le maître de l’Alsace. Honte à cette municipalité qui a retourné sa veste et qui a permis la réalisation de cette horreur. Dire que des élus EELV font partie de ce conseil municipal et n’ont pas démissionné m’indigne absolument. OK, pas tous. Mais il ne devrait y en avoir aucun.

Similar posts
  • ” Nègre marron” n’e... Correspondant F2C au TGI de Strasbourg “Le marronnage était le nom donné à la fuite d’un esclave hors de la propriété de son maître en Amérique, aux Antilles ou dans les Mascareignes à l’époque coloniale. Le fuyard lui-même était appelé marron ou nègre marron, negmarron, voire cimarron (d’après le terme espagnol d’origine).“. [...]
  • Conférence de Laurent Jeanpierre sur ... In girum-les leçons politiques des ronds-points (La découverte, [...]
  • Pour Bartek, aux Savons d’Hélèn... https://www.facebook.com/schlomo44/videos/10157714639548599/ https://video-cdt1-1.xx.fbcdn.net/v/t42.26565-2/10000000_172731703873800_1867354097771901042_n.mp4?_nc_cat=108&efg=eyJ2ZW5jb2RlX3RhZyI6Im9lcF9zZCJ9&_nc_oc=AQlia5fLKVYgyNWN8GijOMTcXEAFPQ4wlhcjqYUwFHXkozLf1LmtGx19SEpuJEt7cnKBiTQkfQGotbK5gWYFk5QD&_nc_ht=video-cdt1-1.xx&oh=d42aab1cb0fe216b2e972b7d3e022b07&oe=5DCC4D1E à [...]
  • 16-17 novembre toutes et tous dans la... Dans le privé et le public, un syndicalisme de lutte pour la transformation sociale Mobilisations et actualités > Actualités > Ensemble les 16 et 17 novembre La mobilisation des Gilets jaunes dès le 17 novembre 2018 a mis sur la place publique les exigences de justice sociale, de justice fiscale et de démocratie. La force [...]
  • Des milliers de manifestants contre l... On était des milliers de femmes et d’hommes, de familles avec des enfants de tout âge pour défiler contre l’islamophobie insupportable en France, le jour même où Le Monde publiait deux pages d’interview de Renaud Camus, un des intellectuels dévoyé responsable de la prétendue théorie du grand remplacement. Il y avait des musulmans et des [...]