En GAV à domicile (2) Les murs de la taule se resserrent.

Mercredi 25 mars

Temps magnifique, soleil, froid, pour nous narguer.

Le confinement passe de deux à six semaines, jusqu’à fin avril, sauf prolongation.

Et ce matin, dans le Journal et sur les réseaux, le nouveau modèle d’attestation de déplacement dérogatoire.

https://assets-decodeurs.lemonde.fr/decodeurs/medias/Attestation%20de%20déplacement%20dérogatoire/453089135-Attestation-Deplacement-Fr.pdf

A partir de ce jour, on doit indiquer l’heure de sortie du domicile quand on va faire les courses de première nécessité ou se dégourdir les jambes. Et les gardés à vue n’ont droit qu’à une seule heure, comme les détenus dans la cour de prison. Et les chiens sont censés faire leurs besoins une seule fois par jour! Ils n’ont que des chats, les énarques qui nous gouvernent?

Les couples qui ne vivent pas sous le même toit risquent une amende lorsque l’un d’eux se rend chez l’autre. Ils sont censés choisir leur lieu de confinement amoureux!

Le maire de Strasbourg et le président de l’Eurométropole (au mandat prorogé faute de second tour des municipales) ont choisi la version hard en interdisant dès hier tous les marchés de plein air, autorisant seulement le marché couvert de Neudorf. Non seulement on est confinés mais on est maintenant contraints de faire ses courses dans les supérettes et les hypers. Y aura-t-il des contrôles de prix?

Confinés, mais pas le président qui se promène à Mulhouse sous prétexte d’inspecter le mini hôpital militaire sous tente.

Le Journal, pour une fois, rend compte d’une violence policière due à un membre de la BAC à Strasbourg avec photo du tabassé à l’appui. L’IGPN est saisie.

Dans la dialectique sécurité-liberté, la liberté a perdu. On peut vérifier que ce n’est pas au gouvernement ni à ses forces de l’ordre que  les gens obéissent, mais à la peur de mourir qui les gouverne. Mais en même temps, comme dit Macron, ils n’en pensent pas moins puisqu’un sondage dit que 56% d’entre eux ne font pas confiance au pouvoir.

Le Medef se frotte les mains, pas seulement avec du savon. Dans certains cas, la semaine de travail peut être portée à 60h.

Les soignants en font bien plus sans qu’on ait besoin de le leur imposer.

Une des conséquences de l’état de confinement c’est que toute action collective, syndicale ou politique est rendue impossible. Plus de manifestations de gilets jaunes ni de cortèges syndicaux. Cependant tout cela reprend peu à peu dans le monde virtuel.

Ainsi le QG Gilets Jaunes République de Strasbourg ne peut plus se rassembler le samedi matin comme depuis un an ni programmer des Opérations Spéciales. Et son lieu d’Assemblée hebdomadaire, le Café de Paris est fermé comme tous les autres. Assurons son responsable que dès le confinement fini, on reviendra boire des bières chez lui en espérant qu’il ne devra mettre la clé sous la porte.

En attendant, les Gilets Jaunes de Strasbourg se rassemblent sur Discord chaque lundi soir à 18h. Ils ont déjà produit un communiqué que les médias traditionnels se sont bien garder de publier, n’est-ce pas, Denis Tricard?

 

 

 

 

Similar posts
  • ISRAËL. BENNY GANTZ OU LA GRANDE TRAH... L’HUMANITE – Vendredi, 27 Mars, 2020 ISRAËL. BENNY GANTZ OU LA GRANDE TRAHISON AU SERVICE DE NETANYAHOU Pierre Barbancey Dans un retournement aussi spectaculaire qu’inattendu, le chef du Parti Bleu-Blanc a rallié le camp de son rival Benjamin Netanyahou. Le communiste Ayman Odeh, chef de la Liste unie, dénonce cette volte-face. Benjamin Netanyahou en rêvait. [...]
  • Gratuité des transports CTS! Schiltigheim, le 27 mars 2020, Crise du Coronavirus : Pour la gratuité des transports pour les travailleuses et travailleurs des secteurs indispensables à la Nation et la suspension des abonnements pour le mois d’avril 2020 pour l’ensemble de usager.es Monsieur le Président, Depuis le début de la crise sanitaire, vous agissez en responsabilité pour organiser [...]
  • André Barnoin victime du Covid-19 C’était dans l’ordre (ou le désordre) des choses, la mort charriée par l’épidémie en cours a fini par frapper un visage familier. Il fallait que ça tombe sur Dédé ; le sentiment d’injustice n’en est que plus vif, bien qu’il soit absurde de penser qu’une mort soit plus ou moins juste qu’une autre. André BARNOIN [...]
  • Communiqué de presse Gilets Jaunes [...]
  • On est là… [...]