Café solidaire pour les migrants de Strasbourg

Ce dimanche 11 septembre, un café solidaire s’est installé près du campement des migrants situé sous les fenêtres de la mairie et de l’Eurométropole de Strasbourg.

Dès 10 h les familles qui dorment sous tente depuis des mois sont venues boire le café, manger des pains au chocolat et pour les enfants boire du chocolat ou du jus d’orange. Les bonbons et autres friandises apportés par une femme solidaire de l’association D’ailleurs Nous Sommes d’Ici (DNSI) ont eu beaucoup de succès aussi.

Alors que la mairie et la préfecture rejouent la mauvaise pièce de se renvoyer la balle pour s’occuper des migrants, heureusement que la solidarité sans frontières existe.

Similar posts
  • Un criminel de guerre à l’Elysé... L’ambassadrice d’Israël en France a boycotté le criminel de guerre Netanyahu A son arrivée à Paris, Netanyahou a été reçu par la garde d’honneur. L’ambassadrice d’Israël en France, Yaël German, était la grande absente. Les services du Premier ministre ont refusé sa présence après qu’elle a annoncé, il y a quelques semaines, qu’elle démissionnait car [...]
  • Camille DAHLET, à nouveau pharmacien ... La Feuille de chou publie un article historique de Jean-Claude Streicher sur Camille [...]
  • Strasbourg 15000 dans la rue contre l... https://www.facebook.com/557053598/videos/844495146640234/ https://www.facebook.com/557053598/videos/734646144943821/ Prochaine manifestation samedi 4 février 2023 14 h place Kléber [...]
  • Les retraités contre la contre-réform... Actifs dans les mobilisations, les retraités ne lâchent rien. Non, les retraités ne sont ni favorables ni indifférents à la réforme des retraites. Ils en sont tout aussi victimes que les actifs. Ils sont déjà victimes des réformes passées. Les projections du COR montrent l’appauvrissement des retraité·es actuel·les et futur·es par la désindexation des pensions [...]
  • Rafle à Marseille en 1943 Quatre-vingts ans après, la ville de Marseille, dans le sud de la France, organise dimanche des commémorations exceptionnelles autour des rafles de 1943 et des destructions des vieux quartiers pendant la Seconde Guerre mondiale, qualifiées par le maire de la deuxième ville de France de « crime contre l’humanité ». « Ce qui s’est passé [...]