Xénophobie française

Xénophobie française

Depuis que la France est un pays d’immigration, une tradition xénophobe s’est mise en place, tradition qui perdure jusqu’à aujourd’hui, tradition à laquelle le pouvoir ne dédaigne pas d’avoir recours lorsque besoin est, l’exemple canonique étant celui du gouvernement de Vichy arrivé au pouvoir avec la débâcle française devant l’armée allemande en 1940, gouvernement qui propose de mettre en place ce qu’il appelle la Révolution Nationale.

On se rassure alors en renvoyant soit à l’extrême droite considérée comme la dépositaire de cette tradition xénophobe, soit en renvoyant à une parenthèse malheureuse liée à l’invasion puis à l’occupation allemande, les chefs de la Révolution Nationale n’étant, suivant l’expression consacrée, que des collaborateurs au service de l’occupant.

A défaut de représenter la réalité, cette façon de renvoyer la xénophobie française à l’extrême droite ou à la collaboration avec le nazisme permet d’opposer une France républicaine ouverte et un France frileuse qui aurait peur de tout contact avec l’étranger; Jaurès d’un côté, Maurras de l’autre. Mais la République française ne se réduit pas à Jaurès et la xénophobie française n’est pas l’apanage de Maurras et de ses disciples.

Si l’on se borne à l’histoire récente, il faut constater combien les mesures contre les sans-papiers à travers les lois Pasqua, Debré, Chevènement (un homme de gauche dans un gouvernement de gauche) et Sarkozy ont contribué à la mise en place d’une xénophobie d’Etat qui n’est pas sans rappeler certains aspects des gouvernements de la Révolution Nationale que l’on pourrait résumer en parlant de “chasse aux métèques”. Depuis les années quatre-vingt-dix du siècle dernier, cette politique s’est amplifiée et la chasse aux métèques est devenue l’une des tâches principales de la police française.

Une telle politique ne pouvait que renforcer la tradition xénophobe, y compris le renforcement d’icelle dans les services de l’Etat, autant l’administration que la police.

Les espoirs qu’avait fait naître, à tort ou à raison, la “marche pour l’égalité” de 1983 se sont évanouis pour laisser la place à une société de plus en plus discriminante envers les populations d’origine étrangère, fussent-elles françaises. C’est ainsi que l’on a vu fleurir les expressions d’immigrés de la deuxième, voire de la troisième génération, comme s’il fallait rappeler à des citoyens français le caractère insolite de leur appartenance à la nation française. La xénophobie remonte aujourd’hui au passé des individus. La Révolution Nationale de 1940 nous avait appris qu’on pouvait dénaturaliser des Français, l’idée revient aujourd’hui par la parole d’un président de la République qui s’imagine ainsi lutter contre la délinquance et imposer la sécurité.

On retrouve ici un autre poncif de la xénophobie française, l’amalgame “étranger = délinquant” et pour les adeptes de la xénophobie française, la naturalisation ne supprime pas la qualité d’étranger ; les naturalisés, voire leurs enfants ou leurs petits-enfants, restent des étrangers et par conséquent des délinquants potentiels. On comprend alors qu’un président soucieux de la sécurité des “vrais” Français propose de retirer la nationalité à ceux des délinquants qui n’ont pas assez de francité ancestrale. On comprend aussi que ses ministres et ses divers sbires en rajoutent pour montrer leur attachement à la xénophobie.

Renvoyer la xénophobie à la seule extrême-droite est une erreur. Si l’extrême-droite tient des discours extrêmes comme c’est son rôle, elle n’est pas au gouvernement et elle n’est en rien responsable des lois contre l’immigration mises au point par les ministres cités ci-dessus (Pasqua, Debré, Chevènement, Sarkozy) et votées par des parlementaires soumis.

Il est vrai qu’il ne faut pas comparer la politique des ministres cités et la politique de la Révolution Nationale sous peine de poursuites judiciaires. Ainsi s’ajoute à une politique xénophobe une atteinte à la liberté d’expression. Mais à cela s’ajoute un mensonge : celui de faire accroire au bon peuple que la Révolution Nationale s’est vu imposée sa politique par l’occupant, une façon d’exorciser les dérives xénophobes de la politique française. S’il n’y a pas Auschwitz, c’est acceptable. Une affirmation à la fois grotesque et scandaleuse.

Et puis, pour revenir au présent, n’est-ce pas le gouvernement actuel qui a inventé un ministère de l’identité nationale et de l’immigration, faisant de l’identité nationale une affaire d’Etat et de l’immigration une affaire d’identité nationale. C’est dans ce cadre qu’un ministre de l’identité nationale et de l’immigration a cru devoir lancer un débat sur l’identité nationale, renforçant l’idée que cette identité nationale doit faire l’objet d’une définition officielle. On ne peut mieux mettre en avant la volonté xénophobe qui agite le gouvernement actuel. Les déclarations du président de la République et celles de son ministre de l’intérieur qui se croit obligé d’en rajouter s’inscrivent dans cette politique.

Une telle volonté politique de la part du président de la République et de ses sbires, ministres, députés et autres, appelle une réaction pour, sinon mettre fin à la tradition xénophobe française, du moins l’empêcher de nuire. D’autant que l’on sait que la mise au pas des étrangers, y compris les Français dont on dit qu’ils ne méritent pas la qualité de Français, permet d’autres mises au pas, celle de tous ceux qui sont considérés comme indésirables par l’autorité politique.

C’est cela que nous rappelle ce poème d’un pasteur allemand, Martin Neimoller, opposant au nazisme.

Lorsqu’ils sont venus chercher les communistes

Je me suis tu, je n’étais pas communiste.

Lorsqu’ils sont venus chercher les syndicalistes

Je me suis tu, je n’étais pas syndicaliste.

Lorsqu’ils sont venus chercher les juifs

Je me suis tu, je n’étais pas juif.

Puis ils sont venus me chercher

Et il ne restait plus personne pour protester

Rudolf Bkouche

Membre de UJFP et IJAN

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.