Bibliothèques idéales: Que peut la littérature?

Si certains s’attendaient à un débat chaud, ou le craignaient, ils en ont été pour leurs frais. C’est plutôt l’ennui qui flottait au dessus de la salle de l’Aubette comble lors du débat de lundi soir.

Cliquer pour agrandir les vignettes.

Wolfermann , de la librairie Kléber, qui souhaitait de l’animation, a dû être déçu.

Après son introduction très littéraro-littéraire, c’est le sénateur-maire Roland Ries qui, se souvenant qu’il avait été jadis professeur de lettres, nous a infligé son pensum. Il n’a pas manqué d’étaler à nouveau son caractère très consensuel, très éloigné de toute guerre civile, serait-elle littéraire.

D’ailleurs, comme pour le confirmer, il était assis à côté de l’ex-président de la CUS, Robert Grossmann, qui avait eu l’initiative autrefois de cette Bibliothèque idéale.

Ces prémices consommés, on eu droit à l’image de Philippe Murray, impertinent clope fumant aux lèvres, et à son poème Sans moi, mis en musique probablement par Burgalat.

Les intervenants prirent place à l’invitation de François Miclo, du Causeur, qui lança le débat.

Alain Finkielkraut, fidèle à sa caricature, pensait fortement, en live, évoquant Sartre, Camus (Albert), Kundera, Flaubert, Barthes, Goethe et quelques autres. Il rappela le rôle de la littérature et de l’art dans les conditions extrêmes du camp de Theresienstadt.

Nul ne le suivit à ces hauteurs là. Il se préoccupa surtout du sens, contrairement à Renaud Camus, plus porté sur le signe et la lettre, selon lequel “ l’oeil est bête“.

En réponse à la question du pouvoir de la littérature, il remarqua que “quand la littérature pouvait, on ne se posait pas la question.

Une façon de ne pas être là“, voilà la littérature.

Elisabeth Lévy, sourire aux lèvres, la seule femme, de la tribune, parla peu; elle joua le rôle de l’élève dissipée, susurrant à l’oreille de Finkielkraut, faisant passer des petits papiers à Miclo. La littérature livrait selon ses dires la vérité du monde au dessus du “brouhaha médiatique“, auquel cette journaliste contribue quelque peu cependant…

Elle se fit l’écho de Gombrowicz selon lequel “la littérature manque de pantalons et de téléphones“. On comprend pourquoi elle fait l’éloge de Houellebecq qui ne nous épargne ni les catalogues de vacances ni les notices de fonctionnement des machines.

Renaud Camus rappela avec humour, mais dans la salle, seuls les lecteurs de Tricks pouvaient saisir, qu’il avait touché beaucoup de pantalons

Il exprima non moins humoristiquement “ un léger désaccord profond” avec Finkielkraut. Il cita deux vers de Yves Bonnefoy qu’il aimait, en prétendant qu’il ne les comprenait pas et, pour le même motif, la sentence de Héraclite “ le temps est un enfant qui joue au tric-trac“. La “jouissance fétichiste“, voilà le sens de la littérature.

On se demande, en le voyant et l’écoutant, comment le même homme, créateur d’un Parti de l’in-nocence, peut traiter de l’islam comme d’une nuisance dans le paysage français.

Finkielkraut, s’appuyant sur Flaubert et ses phrases qui devaient être toutes belles, finit par concéder que “la passion de comprendre n’est pas tout.” Très classique, il défendit l’alliance du vrai et du beau.

On entendit peu les deux autres compères, Jérome Leroy et Basile de Koch-qu’il faut prononcer comme coq-, n’est ce pas Roland Ries, qui était déjà parti.

Le Coq en question fut le seul, avec Ries, à évoquer comme en passant la polémique qui avait entouré ce débat. Il qualifia, par antiphrase, d'”applaudissements réactionnaires”, les fréquents battements de mains venus d’une salle captive, peu avide de questions, à l’exception de quelques habitués de la Salle Blanche.

Dans la salle, Laurent Husser, de la droite strasbourgeoise, après avoir animé un débat avec Claro et Mathieu Enard, s’était assis à côté de Bourhis, ex d’Alsace d’Abord, désormais recentré.

Avec plusieurs de la tribune, cela ajoutait au poids d’une droite très à droite, pour ne pas dire plus.

Similar posts

6 Commentaires

  1. Berrenard Berrenard
    26 décembre 2016    

    La photo montre Philippe Muray, pas « Murray ». Et ce n’est pas un clope mais un cigarillo. Enfin, la musique qui accompagne ses poèmes n’est pas de Burgalat mais de Théo Josso.

  2. PC PC
    23 septembre 2010    

    «On se demande en le voyant et l’écoutant»… ou Comment juger un écrivain sans le lire… Pour connaître, comprendre la pensée complexe de Renaud Camus, il faut lire Du sens, 552 pages.

  3. robin robin
    21 septembre 2010    

    bien,c’est un évenement dont à juste titre, je,on,s’enfout…………..feille de chou

  4. SB SB
    21 septembre 2010    

    Je souris, il y avait deux fautes dans cette version
    Ancètres ne prend pas de s

    J’avoue pour ma pat, il manque un “r”
    J’ai corrigé dans la seconde version.

  5. Schlomo Schlomo
    21 septembre 2010    

    j’ai ôté le post de 10h28, identique à celui de 10h27; une fois suffit!
    je n’étais pas assis derrière Ries mais derrière un illustrateur connu sur la place

  6. SB SB
    21 septembre 2010    

    J’adore cette journée. Deux personnes me mentionnent sur la toile. D’un côté un site proche du FN qui me suppose désormais complice du développement de l’Islam dans les Facultés de Strasbourg (par inaction contre) et de l’autre vous.

    Social-traitre pour les uns, je reste suspect de “droitisme”.

    Avec humour, vous parlez de poids. J’ose imaginer qu’il ne s’agit pas de votre part d’une discrimination en raison du physique de l’un ou l’autre participant ?

    Vous tirez aussi enseignements du fait que je sois assis à côté de Laurent Husser ? Dois je en tirer qu’assis derrière Roland Ries, vous en seriez un lieutenant ? Non, bien sûr.

    J’avoue pour ma pat avoir passé une bonne soirée et je l’évoque sur mon site : http://www.hoenheim.com ! Peut-être nous croiserons nous avec la descendante de Kroutchev pour évoquer Nabokov et non les purges de son ancètres.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.