Danger: épargne populaire et banques privées

Communiqué

ALERTE !

Les banques privées veulent faire main basse sur la moitié de l’épargne populaire au détriment du logement social et de l’intérêt public. Ne les laissons pas faire et exigeons du gouvernement la recentralisation intégrale des fonds du livret A à la Caisse des dépôts.

Communiqué de l’Union des syndicats CGT du Groupe Caisse des dépôts

Curieusement, alors que le gouvernement avait fixé lui-même l’échéance de septembre 2011 pour définir par décret les règles de centralisation partielle des fonds issus de la collecte des livrets A et LDD , Mme Lagarde, qui s’était oralement engagée en 2008 sur un taux global de centralisation de 70%, vient de précipiter le débat en liant maladroitement cette question à celle de la baisse éventuelle de la commission de rémunération de la collecte qui, suivant les recommandations de la Cour des comptes, pourrait légitimement diminuer de 0,6 % à 0,5 % de l’encours.

Les dirigeants des grandes banques (BNP, Société générale, Crédit Agricole, Caisses d’épargne…) se sont immédiatement engouffrés dans la brèche en revendiquant une diminution du taux de centralisation à 50 % voire en mettant en cause le mécanisme même de financement du logement social par l’épargne populaire. Plutôt que d’exiger de ces banquiers, le simple respect de la loi, le gouvernement, par la voix de Luc CHATEL, interpellé par une question du député BALLIGAND, a scandaleusement opposé les besoins de financement du logement social à celui des PME ! Face à cette situation “abracadabrantesque”, il nous semble nécessaire de rappeler un certain nombre de faits :

  1. D’un point de vue historique (depuis plus de 100 ans) comme d’un point de vue légal, les fonds d’épargne centralisés et sécurisés à la Caisse des dépôts sont très principalement consacrés au financement de la construction et de la réhabilitation de logements sociaux. Même si c’est encore très insuffisant au regard des besoins, l’encours de prêts au logement social consenti par la CDC sur fonds d’épargne centralisée a sensiblement augmenté ces dernières années et devrait vraisemblablement continuer de croître pour dépasser d’ici 2013 les 150 milliards d’euros, correspondant à un besoin d’encours d’épargne centralisée évalué à 200 milliards d’euros, compte tenu du nécessaire respect des règles de liquidité et de solvabilité. Or actuellement, c’est un peu plus de 160 milliards qui sont centralisés à la CDC correspondant à un taux de centralisation d’environ 62 %. En revendiquant une baisse du taux de centralisation à 50 % voire moins, les banques compromettent donc clairement l’avenir du logement social puisque même les prêts en cours seraient menacés.
  2. Alors que ce n’est pas leur mission essentielle, les fonds d’épargne centralisés à la CDC ont également contribué au financement de l’économie et des PME à hauteur de plus de 40 milliards d’euros depuis 2008 … comme l’a évalué la Cour des comptes dans son rapport (financement d’OSEO, renflouement de DEXIA, prêts aux collectivités locales, transfert de 16,5 milliards de liquidités issus du LDD et du LEP vers les banques …)… nous allons y revenir plus précisément, mais il n’est pas évident que les banques commerciales puissent en dire autant malgré les rodomontades impudiques de MM OUDEA, PEROL OU PROT !
  3. Au terme de la loi : « les ressources collectées par les établissements distribuant le livret A et le LDD non centralisées … sont employées par ces établissements au financement des PME ainsi qu’au financement des travaux d’économie d’énergie dans les bâtiments anciens. En outre, chaque année, lorsque le montant total des sommes déposées sur les livrets et non centralisées par la CDC augmente, l’établissement de crédit doit consacrer au moins les trois quarts de l’augmentation à l’attribution de nouveaux prêts aux PME ». Or, toutes les études et évaluations dont nous pouvons disposer (Cour des comptes, rapport de l’observatoire de l’épargne réglementée…) démontrent que contrairement aux affirmations gratuites des banquiers, l’épargne populaire ainsi collectée et conservée par les banques privées est loin d’être principalement employée à cette fin et est plutôt majoritairement investie dans des opérations de marché à vocation spéculative. Il en est de même d’ailleurs des quelques 60 milliards d’encours de LDD dont ces mêmes banques disposaient déjà avant la généralisation de la collecte en janvier 2009 ou encore des 16 milliards de liquidités issus des LDD et LEP transférés par la CDC aux banques à l’automne 2008.

Notons que cette même loi stipule également que « les établissements distribuant le livret A ou le LDD sont tenus de fournir une fois par trimestre au ministre chargé de l’économie, une information écrite sur les concours financiers accordés à l’aide des ressources non centralisées » et que « les dépôts dont l’utilisation, au cours du trimestre écoulé, ne satisfait pas aux conditions d’emploi susmentionnées » doivent être centralisés au fonds d’épargne de la Caisse des dépôts … ». Ainsi plutôt que de s’interroger sur une éventuelle baisse du niveau de centralisation des ressources d’épargne populaire à la CDC, MME LAGARDE serait bien inspirée de vérifier que les banques respectent effectivement la loi et le cas probable et échéant, d’exiger la recentralisation à la CDC d’une partie de l’encours concerné.

Enfin notons que lorsque ces mêmes banques (Société générale, BNP, Crédit Agricole…) engagèrent en 2005 une procédure de remise en cause du monopole de distribution du livret A au titre du droit européen de la concurrence, elles précisèrent alors, qu’en revanche, elles ne remettaient pas en cause le principe de la centralisation intégrale à la CDC. Quant à la Commission européenne, si elle a bien exigé du gouvernement français en 2007, l’ouverture de la distribution du livret A à tous les établissements de crédit, elle n’a pas remis en cause le principe de centralisation à la Caisse des dépôts et a même confirmé que ce système de financement du logement social constituait un service d’intérêt économique général (SIEG). Ainsi aux yeux de la Commission européenne, la remise en cause tant de la centralisation intégrale du livret A que de son emploi principal dans le financement du logement social constituerait immanquablement un détournement de ce SIEG.

Paris, le 17 novembre 2010

Contact : JP GASPAROTTO (06 07 94 11 20)




Similar posts
  • Procès en appel de deux gilets jaunes Procès en appel de 2 Gilets Jaunes lourdement condamnés en décembre 2018 à Valence Communiqué de Tom et Stéphane jeudi 28 mai 2020, par Stéphano. https://ricochets.cc/Proces-en-appel-de-2-Gilets-Jaunes-lourdement-condamnes-en-decembre-2018-a-Valence.html Communiqué du collectif de soutien des « 4 de Valence » Un an et demi après le premier procès, la solidarité est toujours notre meilleure arme samedi 30 mai [...]
  • DNA, gilets jaunes et préfète Courriel aux DNA Une fois de plus ce lundi 1er juin, les DNA se font l’écho de la préfecture en écrivant « Le samedi 16 mai les gilets jaunes puis le NPA s’étaient rassemblés à Strasbourg, sans respect de la fameuse règle des dix personnes. » Le 16 mai, j’étais place de la République à [...]
  • Répression tous azimuts à Strasbourg,... Ceux qui croyaient que le déconfinement contrôlé signifiait le retour des libertés se trompent gravement. Par déconfinement, il faut entendre, commerces accessibles, parcs réouverts, ouvriers au travail, sauf les licenciés de Renault et d’ailleurs, bars et restaus réouverst mardi, campagne électorale municipale en vue du vote dans un mois, écoles, collèges, lycées ouverts à commencer [...]
  • Décès de Raymond Gurème Archives Feuille de chou https://la-feuille-de-chou.fr/archives/89755 https://la-feuille-de-chou.fr/archives/89877 [...]
  • Décès d’Anise Postel-Vinay, rés... https://fr.timesofisrael.com/deces-de-la-resistante-francaise-anise-postel-vinay/ [...]

1 Commentaire

  1. 15 décembre 2010    

    COMME ONT NOUS L’AS demandé à la Télévision retirer tous votre argent avant qu’on ne nous le vole

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.