Une vie entière sans papiers

Le prochain cercle de silence de Strasbourg aura lieu mardi 30 novembre 2010, Place Kléber à 18 heures, afin de protester comme chaque mois, contre la criminalisation des personnes démunies de papiers, tel Lernik arrêté à Strasbourg et enfermé au centre de rétention de Geispolsheim à quatre reprises… pour l’instant.

Lernik a 8 ans lorsqu’il est évacué par les troupes soviétiques lors des pogroms ensanglantant l’Azerbaïdjan, son pays d’origine. « Je me souviens et je m’en souviendrai jusqu’à ma mort : mes parents, mon petit frère et moi étions cachés sous l’escalier. Ma mère tenait fermée la bouche de mon frère et mon père la mienne pendant qu’ils tuaient mon oncle à l’arme blanche, juste à côté. Ce cri pétrifié reste toujours enfermé au fond de moi car je crains qu’il ne me brise si jamais je le libère…

Aujourd’hui j’ai 31 ans et depuis je vis sans papiers. Car le statut qui nous avait été accordé en Russie s’est effondré en même temps que celui de l’Union soviétique. Il y a trois ans, j’ai décidé de venir en France pour demander l’asile car je n’en pouvais plus des arrestations, rackets et violences de la police au seul motif de ne pas avoir de papiers, je n’en pouvais plus des agressions des skinheads au seul motif d’être Caucasien.

Mais, en dépit de mon acte de naissance prouvant mon origine arménienne et ma provenance d’Azerbaïdjan, en dépit des traces de violences marquant mon corps, j’ai été débouté de ma demande d’asile et obligé de quitter le territoire français. Je suis donc retourné en Russie où j’ai retrouvé l’ambiance délétère qui pèse sur la communauté des « sans papiers caucasiens ». Simplement, cela avait encore empiré.

J’ai décidé de revenir en France. Même si je connaissais déjà les difficultés à faire reconnaître mon besoin de protection, au moins je ne risquerai pas une agression dans la rue en plein jour. Mais j’ai tout de suite compris qu’ici aussi cela avait empiré car la chasse aux sans papiers est désormais similaire à celle qui a cours en Russie. En mai 2010, dès le jour de mon arrivée à Strasbourg, je me suis fait arrêter et enfermer au Centre de rétention. Depuis, en l’espace de six mois, j’ai été arrêté et enfermé à quatre reprises. Pour rien, car ni la Russie, ni l’Arménie où je n’ai jamais mis les pieds, ni à fortiori l’Azerbaïdjan qui a voulu nous exterminer, ne veulent de moi.

La dernière fois, au cours de ce mois de novembre, je me suis fait arrêter en face de l’association où je voulais chercher mon courrier. Nous étions plusieurs passants à traverser le passage piéton au rouge et je fus le seul à être interpellé. Les policiers m’ont dit que j’avais une amende de 4 euros. Je voulais payer tout de suite lorsqu’ils m’ont dit qu’ils ne voulaient pas de mon argent mais seulement voir mes papiers. Bien sûr, je n’en avais pas et ils le savaient. J’ai quand même montré le papier prouvant l’enregistrement de mon recours à la Cour Nationale du Droit d’Asile, je savais que c’était insuffisant. J’ai donc à nouveau été enfermé au centre de rétention. Pour moi, le centre de rétention, ça devient presque ma maison car lorsque je suis libre, je passe des nuits et des nuits dehors, les abris de nuit étant saturés. Le Juge des libertés puis le Juge administratif ont à nouveau décidé que mon enfermement et mon expulsion étaient légitimes. Puis le Juge de la cour d’appel de Colmar a estimé que le prétexte du bonhomme rouge du passage piéton était déloyal. Je suis à donc de nouveau libre, et toujours à la rue, et surtout toujours sans papiers.

Je compte 4 arrestations en l’espace de six mois, en tout 57 jours enfermé au centre de rétention, 7 audiences devant le Juge des libertés, 4 devant le Juge administratif, 1 devant le Juge de la Cour d’appel, à chaque fois escorté par la police et menotté comme un criminel. Je ne comprends pas comment la France a les moyens financiers de mobiliser autant de forces contre un pauvre hère sans défense dont aucun pays ne voudra jamais. Les juges, les policiers, les avocats, je finirai par tous les connaître. Mon dossier s’épaissit de tellement de papiers que l’enveloppe se déchire et il en sera ainsi jusqu’à ce qu’un jour, peut-être jamais, j’obtienne le bon papier. En attendant, j’ai décidé de ne pas payer les 4 euros, ils n’avaient qu’à les prendre tout de suite. Ainsi, ils auront peut-être un nouveau prétexte pour enclencher cette froide machine à enfermer et expulser. L’hiver approche, je vais finir par mourir de froid, au moins au Centre de rétention, je serai au chaud et au sec. »

A Lernik et à toutes les autres personnes démunies de papiers, nous voudrions dire que le prix exorbitant de cette politique d’enfermement et d’expulsion * n’est cependant rien, comparé à celui des valeurs de notre démocratie qui s’effondrent.

* Dans un rapport publié en janvier 2010, la CIMADE indique que le coût annuel s’élève à 533 millions d’euros, soit 27 000 euros par expulsion. Et à côté de cela, les personnes privées de domicile, et parmi eux Lernik, dorment dans la rue en plein hiver.

Courriels : cercle de silence.strasbourg@gmail.com

Site : humilite.fr

Similar posts
  • L’affaire Dreyfus vue d’A... Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées hier au FEC pour une séance organisée conjointement par le Centre culturel alsacien et le Foyer de l’étudiant catholique consacrée à l’Affaire Dreyfus vue d’Alsace. C’est l’historien Jean-Claude Richez qui présentait le résultat de son travail de recherche en particulier dans la presse alsacienne (fort abondante!) des dernières [...]
  • 500 manifestants à Strasbourg et une ... 500 manifestants pour cette rentrée sociale de lutte avec CGT, Sud, CNT,FSU, etc et PCF, PCOF, NPA, Sans Papiers d’Alsace… Cortège tranquille animé par un pôle radical formé en chemin. Il a fallu que les policiers emmerdent quelques gilets jaunes à l’issue de la manifestation. Totalement injustifié! Comme si la nouvelle préfète déjà rétoquée 3 [...]
  • Rentrée des luttes en Alsace Gilets jaunes, Marche pour le climat, Vélorution contre la Start up Nation Israël, femmes contre les violences machistes, on avait le choix des bonnes causes ce samedi 10 septembre. Le 11 septembre anniversaire du putsch de Pinochet au Chili Colmar Statue de la liberté à Colmar   Intervention UJFP-Alsace Vidéo de Christan Bonardi Publiée par [...]
  • Les sans-papiers d’Alsace LSPA [...]
  • Hamza, sans-papier algérien, expulsé ... CALVAIRE ET SOUFFRANCE DE NOTRE FRÈRE HAMZA UN SANS-PAPIERS ALGÉRIEN ET DE TOUS LES SANS-PAPIERS VICTIMES DE LA MACHINE À EXPULSER ! Le jeudi 27 août 2020, notre camarade Hamza, membre du collectif des sans-papiers d’Alsace et marcheur de la Marche des Solidarités, a été arrêté par la police aux frontières (PAF) à Entzheim et [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.