Alliot-Marie (démission!) a voyagé dans un avion de la famille Trabelsi

Mediapart

MAM en Tunisie: le jet est celui du clan Ben Ali!

1 2 3
  • Le symbole est ravageur. Le jet privé qui a profité à Michèle Alliot-Marie et à sa famille pendant les vacances de Noël en Tunisie, à une période où la révolution commençait à être réprimée dans le sang, a été soupçonné une dizaine de jours plus tard par la police italienne d’avoir transporté le dictateur Zine el-Abidine Ben Ali dans sa fuite.

    D’après l’historique des vols de l’appareil, dont Mediapart a obtenu le détail, le jet utilisé par la ministre des affaires étrangères entre Noël et le jour de l’An, un Bombardier Challenger 604 immatriculé TS-IBT, est en effet parti de Tunis dans la soirée du 14 janvier, jour de la chute du despote Ben Ali, pour se rendre à Cagliari, en Sardaigne.

    Or, c’est là que la police italienne l’a contrôlé pour vérifier si Zine el-Abidine Ben Ali n’était pas l’un de ses hôtes, comme en témoignent des dépêches d’agences de l’époque et des photos prises le jour même.

    Exemple:

    Cagliari (Sardaigne), 14 janvier 2011.

    Cagliari (Sardaigne), 14 janvier 2011. © DR

    Officiellement, le dictateur, qui vit aujourd’hui réfugié en Arabie saoudite, ne s’y trouvait pas. Qui en revanche était dans l’appareil ? S’agissait-il d’autres membres du clan Ben Ali, ou de sa redoutable belle-famille, les Trabelsi ? Ou était-ce un leurre pour tromper les polices du monde entier sur la véritable destination du dictateur renversé ? Personne ne le sait. Du moins, personne ne le dit.

    Le dernier mouvement connu de l’avion, qui a aussi fait plusieurs allers-retours entre Tunis et Paris les 12 et 14 janvier, remonte au 15 janvier, à deux heures du matin. Sa destination finale demeure, pour l’instant, inconnue.

    © DR

    Depuis que Le Canard enchaîné a révélé cette semaine l’escapade tunisienne de Michèle Alliot-Marie, la ministre n’a de cesse de marteler que l’avion qui l’a baladée avec ses parents et son compagnon, Patrick Ollier (ministre lui aussi), ne pouvait pas être présenté comme un avoir du clan Ben Ali, aujourd’hui déchu et en proie à des poursuites judiciaires pour détournements de fonds. C’est du plus mauvais effet, on le comprend.Mais le simple fait qu’il ait été considéré par un service de police européen comme le possible instrument de la fuite du dictateur tunisien vient ruiner l’argumentaire de la chef de la diplomatie française en la matière.

    Ce n’est pas tout. Pour se défendre de toute collusion avec le régime Ben Ali, Mme Alliot-Marie a aussi affirmé ces derniers jours, à l’Assemblée nationale ou face à la presse, que le jet dont elle a profité gratuitement n’est pas la propriété du clan Ben Ali, mais celle de son «ami» Aziz Miled (ou Milad), avec qui elle a partagé le voyage. M. Miled est un richissime homme d’affaires tunisien, fondateur de la compagnie aérienne Nouvelair, que Mme Alliot-Marie se plaît aujourd’hui à présenter comme un entrepreneur spolié par le clan Ben Ali.

  • “BT”, comme Belhassen Trabelsi…

    La réalité est nettement plus complexe. Primo, M. Miled n’est pas connu pour avoir été un opposant au régime en vingt-quatre ans de dictature – il a même signé récemment une pétition pro-Ben Ali. Secundo, aucun élément tangible ne permet aujourd’hui de confirmer que le jet qu’il a proposé à la patronne du Quai d’Orsay soit sa propriété personnelle.

    Officiellement, il appartient au groupe Nouvelair, fruit d’une fusion entre la compagnie éponyme de M. Miled et celle de Belhassen Trabelsi, Karthago Airlines, devenu PDG de la nouvelle entité.

    Seulement voilà, d’après les relevés de l’office européen d’aviation EuroControl, le jet du scandale, qui a pu être photographié par des passionnés d’aviation à Genève en septembre dernier ou à Munich en juin (voir ici), est enregistré au seul nom de la compagnie Karthago Airlines, une société fondée par Belhassen Trabelsi, le beau-frère honni de Ben Ali, et pièce centrale du système de corruption tunisien.

    Relevé EuroControl

    Relevé EuroControl

    Selon des documents officiels du ministère des finances tunisien obtenus par Mediapart, M. Trabelsi a d’ailleurs investi le 28 février 2008 4,75 millions de dinars tunisiens (2,46 millions d’euros) dans la constitution d’une filiale de son groupe, spécialisée dans l’aviation d’affaires et baptisée Karthago Private Jet.

    Le Challenger 604, qui vaut désormais à Mme Alliot-Marie les pires embarras en France, a quant à lui été acquis le 24 mai 2010, d’après d’autres documents en notre possession. Avant la Tunisie, l’avion était immatriculé à Aruba, une île des Caraïbes.

    Plusieurs sources aéroportuaires tunisiennes et européennes ont en outre expliqué à Mediapart que, comme cela est courant dans le milieu de l’aviation d’affaires, les deux dernières lettres de l’immatriculation d’un avion correspondent souvent aux initiales de son propriétaire ou, sinon, à celles de son principal utilisateur.

    B. Trabelsi

    B. Trabelsi© DR

    Dans le cas d’espèce, le jet utilisé par MAM en Tunisie est immatriculé TS-IBT. “BT”, comme… Belhassen Trabelsi, assurent plusieurs sources concordantes. Le milliardaire, peut-être plus honni par le peuple tunisien que le dictateur lui-même, fut, de fait, l’un des plus fervents utilisateurs de l’engin, comme l’a rapporté à Mediapart, à Tunis, un employé de son groupe, qui a toutefois souhaité conserver l’anonymat.Pour bien mesurer l’ampleur de la compromission symbolique dans laquelle est aujourd’hui embourbée MAM, qui refuse de démissionner, il n’est pas inutile de rappeler que Belhassen Trabelsi, communément présenté comme le «parrain» de l’ancienne mafia au pouvoir, est désormais sous le coup d’un mandat d’arrêt international. Les autorités du Canada, où il est réfugié, l’ont même qualifié publiquement de «criminel».

  • Tunis, Biarritz, Paris…
    M. Alliot-Marie

    M. Alliot-Marie© Reuters

    Le jet privé, dont il partageait l’usage avec Aziz Miled, l’ami de MAM qui s’est associé avec lui en 2008, semble par ailleurs avoir eu ces derniers temps une certaine prédilection pour des destinations françaises, et pas n’importe lesquelles.Ainsi, lorsque l’on étudie le plan de vol de ces derniers mois de l’appareil, l’avion a par exemple effectué, le vendredi 15 octobre, un trajet Tunis/Biarritz puis, le dimanche 17, un trajet Biarritz/Paris. Précision utile: les Pyrénées-Atlantiques sont le fief de la famille Alliot-Marie. Le père de MAM, Bernard Marie, a été pendant des années le maire de Biarritz et sa fille, ancienne élue municipale de la commune voisine de Saint-Jean-de-Luz, a été élué députée du département en 2007.

    Contacté, le ministère des affaires étrangères assure que ni Mme Alliot-Marie ni son compagnon, Patrick Ollier, n’ont voyagé en octobre 2010 dans l’avion aujourd’hui au cœur de la polémique. «En revanche, il est possible que M. Miled soit venu en France, ça, on ne sait pas. Mais c’est un ami de la ministre, comme elle l’a toujours dit. Pas Belhassen Trabelsi!», commente-t-on au Quai d’Orsay, où personne ne conteste que la Tunisie soit devenue un champ de mines politique pour la ministre.

    Pour mémoire, le 11 janvier dernier, MAM avait proposé le concours des forces de sécurité françaises au régime Ben Ali, qui était en train de s’écrouler.

    Acculée cette semaine par l’opposition à s’exprimer à l’Assemblée nationale sur son voyage de Noël en Tunisie, Michèle Alliot-Marie a expliqué, mercredi 2 février, pourquoi elle avait accepté l’invitation de son ami Aziz Miled pour rallier la charmante station balnéaire de Tabarka depuis Tunis. «Plutôt que de faire les deux heures de voiture (…) je l’ai accompagné pendant vingt minutes de trajet en avion», a-t-elle assuré. Officiellement, c’était pour éviter à la ministre française, son mari et ses parents, une route «un peu difficile» jusqu’à Tabarka.

    Il faut dire que le jet utilisé est d’un confort à toute épreuve, comme le montrent les photos ci-dessous, extraites d’une plaquette de présentation de l’appareil:

    © DR

    © DR

    © DR
1 2 3
Similar posts
  • Lu dans les DNA: football, préfète et... Football, préfète et carte vitale Après le match de football du Stade Paco Matéo aux Poteries, à Strasbourg, les autorités demandent aux participants de se présenter pour un dépistage au Parlement européen. “Il ne s’agit pas d’un piège pour que la police récupère ensuite ces personnes...” précise la préfète de choc, Josiane Chevalier. Cependant, pour [...]
  • La démocratie et les libertés bafouée... Communiqué de presse Etat d’urgence sanitaire : La démocratie et les libertés bafouées Depuis deux mois que nous subissons les flux d’informations en direct (qui laissent peu de place à l’esprit critique et à la réflexion), nous sommes tous devenus des  épidémiologistes, des virologues et nous discutons des effets comparés de la chloroquine ou du [...]
  • Pas de brevet sur les plantes et les ... C’est officiel, nous avons gagné ! Les plantes et les animaux sélectionnés de manière conventionnelle (non-OGM) ne peuvent être brevetés [1]. Tout ça semble être une évidence et pourtant, des entreprises comme Bayer (de Bayer-Monsanto), Syngenta et Carlsberg ont tout fait pour l’éviter. Sans les brevets, elles ne peuvent contrôler et tirer profit des informations [...]
  • Prison-nié Prison-nié , j’écris plus ton nom (oui je sais, il y a une faute, c’est exprès) Sur mes cahiers de confiné Sur mon bureau et les plâtres Sur le table sur le siège J’écris ton nom Sur toutes les plages virtuelles, pas vues Sur toutes les blouses blanches tachées Pavés, sang , sans papier ou [...]
  • Port obligatoire du masque : Roland R... Décision du TA de Strasbourg aujourd’hui pour l’obligation de port du masque à Strasbourg Bonjour, Le Tribunal Administratif de Strasbourg vient de rejeter la requête de deux habitants du centre-ville de Strasbourg qui demandaient la suspension de l’arrêté du 20 mai 2020 obligeant le port du masque au centre-ville. Mais il me semble qu’une lecture [...]

9 Commentaires

  1. 8 février 2011    

    Une de plus pour MAM, voir on site internet : florence.jarrier.net

    Fonctionnaire civile au ministère de la défense, j’ai refusé de participer à des détournements et j’ai géré avec rigueur un bureau de marchés. Pour tout remerciement, le ministère m’a mise d’office 26 mois en arrêt de maladie pour raisons psychiatriques et m’a licenciée sans droit à indemnités de chômage ni retraite.
    Madame Alliot – Marie avait toute latitude pour annuler les dispositions mises en œuvre. Mais bien au contraire, elle est intervenue pour désinformer les tribunaux et maintenir les mesures prises. Pour donner raison à sa lettre à mon encontre, le ministère a alors essayé de m’interner d’office. Tel fut son dialogue. Cependant les expertises que j’ai fait effectuer par des psychiatres assermentés auprès des tribunaux, après avoir dû quitter rapidement mon domicile, ont déjoué cette manoeuvre. Toutefois, la ministre est allée toujours plus loin dans la répression.

  2. Schlomo Schlomo
    7 février 2011    

    les “valeurs universelles de la fRance”?
    comme Ben Ali défendu jusqu’au dernier jour?
    que la France remette en honneur ses propres valeurs ici en France, au lieu de patrouiller en Afghanistan, sans parler du pré carré disputé en Françafrique…qu’elle cesse d’expulser 30 000 “sans-papiers” par an!

  3. Eve Eve
    7 février 2011    

    A bas l’ armée ???
    Espèce d’ MODERE : pour défendre les valeurs universelles de la France il faut une armée !
    Sans armée aucune défense des valeurs n’ est possible !
    Y a t’ il moyen d’ élever le débat sur votre blog ou bien n’ a t’ il de raison d’ être que pour les ados en crise a la recherche de slogans simplistes ??

  4. Schlomo Schlomo
    7 février 2011    

    ah oui, je me souviens des godasses abandonnées dans le désert du Sinaï pour fuir plus vite;
    ceci dit toutes les armées se valent, et l’armée israélienne vaut l’égyptienne: à bas l’armée, vive le peuple en armes

  5. Talib Talib
    7 février 2011    

    Arête de critiquer la grande armée égyptienne qui a affronte Tsahal a plusieurs reprises !

  6. Schlomo Schlomo
    6 février 2011    

    en effet, et il y a eu des heurts sérieux ce dimanche
    pas plus en Tunisie qu’en Egypte, la révolution n’a eu encore lieu
    le tyran Ben Ali est parti, mais son système n’est pas totalement détruit, bien qu’en voie de l’être
    en Egypte, c’est pire, Moubarak s’accroche, avec l’armée qui le maintient encore, et avec les USA négocie pour que les Frères musulmans entrent au gouvernement provisoire sans les amis de El Baradéi; il y a peu de chance que ça réussisse tant que la Confrérie garde le cap sur “dégage Moubarak!”
    tout est fait pour voler au peuple sa victoire initiale; mais si on se souvient des processus révolutionnaires du passé, contrairement à l’idéologie débile du “grand soir“, jamais les choses ne se sont réglées sans des semaines, des mois ou parfois des années de lutte; les forteresses dictatoriales sont ébranlées; reste à les faire tomber comme la Bastille et à “couper la tête aux rois

  7. 6 février 2011    

    Si madame notre ministre n’avait émis que des approximations, projeter des fantasmes et émis des élucubrations à propos de la Tunisie, le problème ne serait que mineur à mes yeux. Le problème, c’est que Sarkozy et son gouvernement ont une idée dépravée de la démocratie. Si l’idée de la démocratie est bafouée en France par le gouvernement français, comment ce dernier pourrait-il avoir un quelconque respect pour toutes les manifestations de démocratie hors de France . Du mépris de la démocratie en France découle le mépris de la démocratie à l’étranger. Ceci dit, Ben Ali est parti, mais la révolution ne semble pas encore avoir eu lieu en Tunisie. Les commissariats semble y être encore des lieux de meurtres.

  8. Andreieff Engelbach Francine Andreieff Engelbach Francine
    5 février 2011    

    La famille Ben Ali Trabelsi pôssède plusieurs immeubles à Paris. La presse a donné les adresses. Je n’entends aucune intention venant du gouvernement français (et cela ne m’étonne pas) de saisir ces immeubles pour les rendre au peuple tunisien.
    Je suggère que DAL Paris qui en a peut-être les moyens humains occupe au moins l’un d’entre eux.
    Francine dite mamie sioux

  9. HORCHANI Salah HORCHANI Salah
    5 février 2011    

    Madame Alliot-Marie, « Je vous demande d’arrêter » !

    Madame la Ministre d’Etat, Présidente du Mouvement « Le Chêne-les Gaullistes du Renouveau », au palmarès politique non négligeable, puisque vous fûtes la première personnalité politique de la Cinquième République à enchaîner, à la suite, quatre Ministères régaliens et la première femme Ministre de la Défense, si vous aviez été Ministre des Affaires Etrangères du Général de Gaulle, auriez-vous accepté, pendant d’éventuelles vacances en Espagne, les faveurs d’un proche et/ou d’un soutien notoire du Général Franco ?

    Sachez, Madame la Ministre d’Etat, que, par votre inconscience et/ou par vos relations ambigües, avec les proches et les bailleurs de fonds du régime Ben Ali, qui plus est pendant les moments les plus difficiles de notre « Révolution de Jasmin » et compte tenu du Poste que vous occupiez, vous êtes un peu responsable, passivement, du sang qui a coulé.

    Aussi, Madame la Ministre d’Etat, Ministre des Affaires Etrangères et Européennes, qui s’est dévoilée, et ce pendant la présidence du G20 par la France, étrangement étrangère aux Affaires de ce monde , qui n’a pas saisi que l’impact de notre « Révolution de Jasmin » sera, probablement, planétaire, lorsque, demain, d’autres peuples opprimés suivront l’exemple du peuple tunisien, et qui, par ses bourdes à répétition, a montré son ignorance et/ou sa négligence de la souffrance que nous avons vécue, nous vous saurions gré, pour la Mémoire de nos Martyrs, de bien vouloir arrêter, Madame la Ministre d’Etat, vos « approximations », vos fantasmes et vos élucubrations sur la Tunisie.

    HORCHANI Salah
    Professeur à la Faculté des Sciences de Tunis

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.