Le Ministère de l’Intérieur refuse de mesurer le nombre de candidats sans étiquette

Aux dernières élections munipales à Eckbolsheim, j’étais troisième sur la liste Eckbolsheim-Dynamique, liste qui rassemblait des citoyens fort divers.

Or quelle ne fut pas notre surprise de voir notre liste étiquettée sauvagement “Extrême-gauche

Nous avons protesté en vain auprès de la Préfecture et du Ministère .

En vain!

Ainsi, “l’extrême-gauche” aurait fait près de 20 % à Eckbolsheim?

Le maire André Lobstein, UMP, candidat à sa succession aux cantonales, en tremble encore…

La liste Eckbolsheim-Dynamique avait eu deux élus.

J’étais, hélas le troisième…

Cette année, je me présente en indépendant, aux cantonales à Strasbourg 9 Koenigshoffen Elsau Montagne Verte.

Et je refuse d’être étiqueté (stigmatisé, fiché) autrement pas le ministère de l’Intérieur!

Il y a évidemment plusieurs manières d’être “sans étiquette“.

Beaucoup d’UMP en Alsace et en France cachent leur appartenance au parti présidentiel maintenant que Sarkozy est un boulet: Dégage!

Des PS font de même et ailleurs aussi.

C’est au candidat de se définir pas au ministère!

Le nombre de plus en plus grand de citoyens qui refusent les étiquettes est un des signes de la crise du politique et de la méfiance justifiée généralisée à l’égard des partis qui sont dépassés par les réseaux, les rhizomes, et les citoyens qui usent des réseaux sociaux dont on vient de voir l’efficacité dans la révolution arabe démocratique.

Ce n’est qu’un début!


Les candidats sans étiquette, oubliés des fichiers du ministère de l’Intérieur

ElectionsPublié le lundi 7 mars 2011

A l’occasion de ces élections cantonales, les candidatures sans étiquettes se multiplient. Mais le ministère de l’Intérieur refuse de mesurer officiellement le phénomène. Un sénateur monte au créneau.

Les candidats au premier tour des élections cantonales du 20 mars n’ont pas échappé à la règle. Au moment du dépôt de leur candidature, ils ont dû déclarer leur nuance politique en fonction d’une grille déjà définie par le ministère de l’Intérieur. 16 partis ou courants politiques figurent sur la liste, tandis qu’une ligne “autres” regroupe pêle-mêle des courants antifiscalistes, royalistes ou religieux. Après les élections, les candidats sortis vainqueurs des urnes seront classés de la même manière, en fonction de la déclaration qu’ils ont faite. Depuis un décret du 30 août 2001, c’est ainsi que le ministère de l’Intérieur procède pour mettre à jour le fichier des élus et des candidats. Et ceci à chaque élection politique. Une exception concerne les municipales dans les communes de moins de 3.500 habitants, où les obligations sont beaucoup plus légères.
L’utilité de ce fichier n’est pas des moindres, puisqu’outre sa contribution à l’information des citoyens, il apporte un concours indispensable à la mise en œuvre des législations sur le cumul des mandats, sur l’interdiction des candidatures multiples, ou bien encore sur la parité en politique ou le financement de la vie politique.
Mais ce fichier limitatif rend-il compte réellement de l’appartenance politique des candidats et des élus ? Certains pensent que non. C’est le cas de Jean-Louis Masson, sénateur non inscrit du Sénat, qui le juge “arbitraire”. “Pourquoi tel parti est-il dans la liste et pourquoi pas tel autre ?”, s’interroge-t-il. En outre, le sénateur déplore qu’il ne soit pas possible de se déclarer “non inscrit ou sans étiquette”. Une option qui, pour lui, ne s’apparente pas du tout aux choix “divers gauche” ou “divers droite” proposés par le ministère. Et dont l’existence aurait trouvé sans doute du sens pour les élections de ce mois, marquées par un regain, surtout à droite, des candidatures sans étiquettes. La baisse de la cote de popularité du gouvernement pousserait en effet certains candidats de droite à masquer leur appartenance à la majorité. Quelques-uns ont même coché la case “autres” lors du dépôt de leur candidature. C’est par exemple le cas, dans le Tarn, du secrétaire départemental UMP, Olivier Brault.
Sachant que le ministère de l’Intérieur ne modifiera ses pratiques que si une loi l’y oblige, Jean-Louis Masson vient de déposer une proposition de loi. Certes, celle-ci a bien peu de chances d’aboutir. S’il était toutefois adopté, le texte donnerait la possibilité aux candidats et aux élus de se déclarer “non inscrit ou sans étiquette”. Et aussi celle de refuser que leur appartenance politique soit enregistrée.
Enfin, afin de “traiter sur un pied d’égalité tous les partis politiques”, la grille des nuances politiques établie par le ministère de l’Intérieur recenserait les partis enregistrés de manière continue depuis au moins cinq ans par la commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques (CNCCFP) et bénéficiant de l’aide publique de l’Etat.

Thomas Beurey / Projets publics
http://www.localtis.info/cs/ContentServer?pagename=Localtis/LOCActu/ArticleActualite&jid=1250261359511&cid=1250261355537

Similar posts
  • Une centaine de Gilets jaunes des 67,... Une centaine de Gilets jaunes ont défilé ce samedi 26 septembre à Strasbourg sur un parcours déclaré en préfecture depuis la place de Bordeaux jusqu’au quartier européen puis vers le centre ville où en passant allée de la Robertsau, place Brant, les quais de l’Ill, ils ont rejoint Corbeau puis la place Kléber où tout [...]
  • L’affaire Dreyfus vue d’A... Une cinquantaine de personnes se sont retrouvées hier au FEC pour une séance organisée conjointement par le Centre culturel alsacien et le Foyer de l’étudiant catholique consacrée à l’Affaire Dreyfus vue d’Alsace. C’est l’historien Jean-Claude Richez qui présentait le résultat de son travail de recherche en particulier dans la presse alsacienne (fort abondante!) des dernières [...]
  • Concessions autoroutières bradées au ... Vendredi 18 septembre 2020, Vincent DELAHAYE, rapporteur, a présenté à la presse les conclusions de la commission d’enquête sur le contrôle, la régulation et l’évolution des concessions autoroutières, au Sénat (1). Engagé dans la lutte contre le contournement Ouest de Strasbourg, veuillez trouver la réaction du collectif GCO NON MERCI : Le GCO, cette autoroute [...]
  • 500 manifestants à Strasbourg et une ... 500 manifestants pour cette rentrée sociale de lutte avec CGT, Sud, CNT,FSU, etc et PCF, PCOF, NPA, Sans Papiers d’Alsace… Cortège tranquille animé par un pôle radical formé en chemin. Il a fallu que les policiers emmerdent quelques gilets jaunes à l’issue de la manifestation. Totalement injustifié! Comme si la nouvelle préfète déjà rétoquée 3 [...]
  • Rentrée des luttes en Alsace Gilets jaunes, Marche pour le climat, Vélorution contre la Start up Nation Israël, femmes contre les violences machistes, on avait le choix des bonnes causes ce samedi 10 septembre. Le 11 septembre anniversaire du putsch de Pinochet au Chili Colmar Statue de la liberté à Colmar   Intervention UJFP-Alsace Vidéo de Christan Bonardi Publiée par [...]

2 Commentaires

  1. Schlomo Schlomo
    9 mars 2011    

    es tu seulement inscrit dans ce canton?
    en passant, je te signale que tu es sur le même listing que moi…reçu ce matin…

  2. robin robin
    8 mars 2011    

    ouai!!tu m’aurai dit”tu n’est pas Elsau vert-montagnais j’aurai compris ,mais là…….bon,je ne voterai pas pour toi!

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.