Communiqué du groupe GADI Catalunya à Barcelone occupée

Face à la détérioration rapide de la crise multidimensionnelle que nous vivons, il est tout à fait compréhensible et souhaitable qu’un nombre croissant de personnes veuillent exprimer publiquement et collectivement leur opposition au cours destructeur que prend la société ainsi que leur refus de la farce politique, de la paupérisation économique et de l’injustice sociale. Ainsi, nous pensons que la participation à des manifestations telles que la “Démocratie Réelle Maintenant” est mieux que demeurer dans l’apathie politique et la passivité face à la situation actuelle. Mais malgré cela, nous pensons aussi que dépenser des énergies à impulser ce genre de mobilisation est pire que les dépenser à construire un nouveau type de mouvement, pensé historiquement, stratégiquement articulé et radicalement transformateur, qui permet d’abandonner le système oligarchique et éco-destructeur établi et la mentalité hétéronome et individualiste qui prévaut aujourd’hui, en créant une nouvelle forme d’organisation sociale véritablement démocratique et écologique et un état d’esprit autonome et coopératif. Comme nous le développons plus loin, la manifestation du 15-M ne peut pas donner lieu à un mouvement de ce type, ni même être une partie intégrante de celui-ci, étant donné que ni les objectifs ni la stratégie ne visent une telle finalité.

Au-delà de la phraséologie du manifeste qui, disons le clairement, est ambigu, vague et naïf, la plate-forme qui impulse cette mobilisation a formulé un certain nombre de propositions concrètes qui peuvent être considérées comme le noyau “programmatique” sous-jacent de l’appel. Il s’agit d’un ensemble de mesures (accroître le contrôle sur la classe politique et les paradis fiscaux, augmenter les impôts sur les banques et les grandes fortunes, augmenter le recrutement de personnels de santé et les enseignants, établir l’obligation d’organiser des référendums pour les décisions politiques importantes, fournir une assistance économique aux chômeurs et toutes les personnes à faible revenu, réaliser une répartition du travail basé sur la réduction du temps de travail, etc.) que nous considérons comme insuffisantes et/ou utopiques pour les raisons suivantes :

1) Ce sont des propositions insuffisantes par leur caractère réformiste, carà aucun moment elles ne contestent ou prétendent remplacer les institutions fondamentales du système actuel, à savoir, l’État “démocratique” représentatif et l’économie de marché capitaliste, mais qu’elles se limitent simplement à demander quelques améliorations. Cependant, la crise généralisée et multidimensionnelle que nous vivons aujourd’hui n’est pas due à un dysfonctionnement de ces institutions, mais à leur propre idiosyncrasie.La dynamique inhérente à l’économie de marché et à l’État “représentatif” donner lieu à une énorme et croissante concentration du pouvoir qui ne peut pas être inversée grâce à de simples changements cosmétiques. Ainsi, en supposant qu’une lutte populaire tenace et acharnée parvienne à mettre en œuvre certaines des réformes suggérées, celles-ci ne pourraient faire autre chose qu’imprimer un rythme légèrement plus lent au développement de la crise multidimensionnelle en cours car elles devraient indéfectiblement être compatibles avec le fonctionnement et la dynamique du système actuel, ce par quoi elles se révèleraient assez dérisoires en comparaison au fort développement de la crise multidimensionnelle provoqué par ce système. Ainsi, nous pensons donc qu’il est inapproprié de plaider pour que l’injustice sociale, l’énorme inégalité économique et l’usurpation politique soient repeints d’une nouvelle couche de peinture “démocratique” et / ou “éthique”, mais qu’il est nécessaire de miser sans équivoque pour l’abolition le système actuel, cause fondamentale des effets dommageables et des comportements pervers que nous subissons aujourd’hui, et pour cela, il sera nécessaire de donner naissance à un nouveau système véritablement démocratique dans tous les domaines.

2) Ce sont des propositions utopiques, non seulement parce que, comme c’est habituel dans ce type de positions, aucune idée claire et réaliste n’est donnée sur la façon dont ces mesures pourraient être imposées aux élites dirigeantes qui ont la haute main sur le système, mais surtout parce qu’on oublie complètement que ces mesures contreviennent radicalement à la logique et à la dynamique du système actuel.L’énergie qui fait fonctionner ce système est la croissance économique et la marchandisation, de sorte que les États et les entreprises du monde entier cherchent à maximiser respectivement leur taux de croissance du PIB et leurs profits. Un État ou une entreprise qui ne suit pas cette logique de la poursuite de la croissance économique et de la marchandisation en augmentant sa compétitivité / efficience, entrera rapidement sur la voie de la crise et de la dissolution. Sachant cela, les gouvernements du monde entier s’efforcent d’adopter de nouvelles lois et réformes visant à accroître la compétitivité du pays, ce qui signifie, évidemment, une plus grande exploitation de leurs ressources humaines et naturelles, et, par conséquent, une plus grande précarité de l’emploi, l’insécurité sociale, le mal-être psychologique et la destruction de l’environnement. Aujourd’hui, en plus, tant les Etats que les entreprises du monde entier se heurtent à des difficultés croissantes pour continuer d’accroître leur PIB et le montant de leurs profits et pour cela essaient maintenir la compétitivité à tout prix, à savoir, en réduisant, en appauvrissant et en détruisant rapidement les conditions de vie de la grande majorité de la population. Nous ne pouvons pas nous boucher les yeux devant cette caractéristique centrale de notre époque : il y a un conflit croissant et irréconciliable entre les besoins des personnes et de la planète d’une part, et les besoins du système économique actuel de l’autre. Ce conflit ne peut être conclu qu’avec un vainqueur. Ou bien les besoins humains et naturels gagnent, donnant lieu à un système conçu pour la satisfaction démocratique de ceux-ci, ou bien gagnent les besoins du système étatiste et capitaliste établi, à savoir, sa dynamique fondée sur la recherche insensée d’une croissance économique illimitée et la constante augmentation de la concentration du pouvoir. Toute proposition qui ignore ce conflit inévitable et fondamental est une utopie et un attrape-nigaud.

D’autre part, comme il ressort de ses communiqués, la plate-forme appelant à cette manifestation se rend complice de la distorsion et dénaturation du terme “démocratie” quand ils suggèrent que ce qui rend la société moderne non démocratique n’est réside que dans la corruption et le pouvoir incontrôlé que détiennent les entreprises transnationales et les sociétés financières. Cependant, ce n’est pas seulement cela qui fait que nous vivons dans une société oligarchique, mais aussi parce que l’existence même de l’État joue un rôle crucial, à savoir, un appareil bureaucratique centralisé, séparée des citoyens et dans une position de domination sur ceux-ci. L’État s’autodénomine “démocratique” afin de se légitimer, et non, évidemment, parce qu’il serait une institution qui confèrerait un réel pouvoir aux personnes de décider sur les affaires de la sphère publique. Il est par conséquent complètement faux d’attribuer le manque de démocratie uniquement à la corruption politique et à la domination des puissances économiques sur les pouvoirs “publics” : l’essence même de l’État “démocratique” représentatif est profondément oligarchique. Pour réclamer véritablement une réelle démocratie, il est nécessaire de lutter pour l’abolition de cette institution et son remplacement par un nouveau système de communautés dirigées démocratiquement par le biais d’assemblées populaires, confédérées par l’intermédiaire de délégué-e-s responsables et révocables.

En conclusion, nous considérons que le caractère insuffisant et utopique des propositions de la plate-forme qui appelle à la manifestation de “Democracia Real Ya” ainsi que sa collusion implicite avec la dénaturation de la signification du terme “démocratie”, fait que cette appel sera, au mieux un espace-temps qui, comme tant d’autres, sert à rendre visible et à exprimer le rejet par beaucoup de gens de la crise générale du monde contemporain et, au pire, un attrape-nigauds qui canalise la volonté transformatrice de certaines personnes vers des objectifs presque toujours illusoires et toujours insuffisants.

GADI Catalunya (Groupe d’Action de Démocratie Inclusive de Catalogne) Mai 2011

[A noter que ce collectif, malgré les critiques ici formulées à l’endroit des initiateurs de l’appel, a décidé de participer à l’occupation de la place de Catalogne de Barcelone où il a animé un débat sur ses propositions politiques]

Similar posts
  • Retour à Sefarad, de Pierre Assouline [...]
  • “Je lutte donc je suis”, ... Avec toutes celles et ceux qui ont participé à cette formidable aventure, j’ai le plaisir de vous annoncer la SORTIE DU FILM « JE LUTTE DONC JE SUIS ». Un FILM VOYAGEUR qui va faire un tour de France durant tout l’automne en projections-débats (voir les lieux et dates plus bas). Un FILM SOUTENU qui [...]
  • GRÈCE, FRANCE, EUROPE : L’AUSTÉRITÉ T... Grèce, France, Europe : l’austérité tue, la démocratie meurt. Résistons ! MANIFESTATION À PARIS SAMEDI 20 JUIN, 15H STALINGRAD À PLACE DE LA RÉPUBLIQUE En Grèce et dans de nombreux pays européens, les puissances de l’austérité bafouent les droits fondamentaux des populations et la démocratie pour protéger les intérêts financiers. Elles érigent des murs aux [...]
  • A propos de l’inauguration du Jardin ... Communiqué des Amis des Républicains Espagnols de la Région Parisienne à propos de l’inauguration du Jardin de la Nueve à Paris prévue le 3 juin 2015 Les Amis des Républicains espagnols en Région parisienne s’indignent contre la décision de Madame la Maire de Paris de faire inaugurer le Jardin de “la Nueve” de Paris par [...]
  • C’est une vague de soulèvement ... http://lesilencequiparle.unblog.fr/2015/05/28/espagne-cest-une-vague-de-soulevements-qui-commence-entretien-avec-paul-b-preciado/ ……La question n’est plus : qui sont les voleurs?, mais bien : quels sont les mécanismes de contrôle démocratique? C’est un changement très important. Mais vous citez là des structures héritières du 15-M, qui sont toutes des contre-pouvoirs. Ada Colau vient de s’emparer du pouvoir. C’est différent… On ne peut pas comprendre les uns [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.