Au JO du 13 juillet un décret anti-associations

Source : Corinne Lepage | Présidente de Cap21 | 19/07/2011 | 19H35


Les mauvais coups se font généralement le 14 juillet ou le 15 août. C’est encore plus tentant en période de crise majeure, comme actuellement. C’est sans doute pour cette raison que le Journal officiel du 13 juillet publie un nouveau décret concernant les associations.

Celui-ci fixe les modalités d’application au niveau national de la condition prévue au premier point de l’article R.141-21 du code de l’environnement, concernant les associations et fondations souhaitant participer au débat sur l’environnement dans le cadre de certaines instances.

Pour pouvoir participer, une association devra désormais compter au moins 2 000 adhérents. Quant aux associations d’utilité publique, elles devraient exercer leur action sur la moitié des régions au moins, et disposer d’un minimum de 5 000 donateurs, pour pouvoir se faire entendre.

Les seuls organismes ayant le droit de le faire entendre leur voix sur les politiques environnementales sont des organismes publics au sein desquels seules ces grandes associations ont le droit d’être représentées. De plus, l’Etat s’octroie le droit de vérifier les conditions de financement des associations pour s’assurer « de leur indépendance ».

Les assos les plus gênantes pour les lobbies handicapées

Ce texte est liberticide au regard de la liberté d’association ou plus précisément du droit des associations à se faire entendre. Il exclut en particulier toutes les associations d’experts qui ont fait l’essentiel du travail en termes d’alerte au cours des dernières années.

Mouvement des générations futures – Criirad, Criigen, réseau santé environnement, Inf’OGM, pour n’en citer que quelques-uns – n’auront aux termes de ce texte plus le droit de participer, voire plus le droit d’être agréés puisque c’est l’agrément au titre de l’environnement lui-même qui est touché par ce décret scélérat.

Autrement dit, non seulement aucun texte de protection des lanceurs d’alerte n’a jamais été pris par ce gouvernement, du temps de monsieur Borloo comme a fortiori du temps de madame Kosciusko-Morizet, mais plus encore, c’est la capacité des associations les plus dérangeantes pour les lobbies défendus par le gouvernement qui est ici mise en cause. En effet, sans agrément, la capacité de porter plainte avec constitution de partie civile reste très réduite. Dans ces conditions, les procès mettant en cause ces lobbies deviennent beaucoup plus difficiles.

De la même manière, le fait que les agréments soient conditionnés par le nombre de personnes rendra très difficile la tâche des associations locales, constituées contre tel ou tel projet, telle ou telle infrastructure. Les préfets pourront toujours soutenir qu’elles ne remplissent pas les conditions.

Ainsi le gouvernement s’est-il attaqué avec efficacité, une fois encore, aux modestes contre-pouvoirs que notre pays compte encore.


► Référence concernant l’arrêté du 12 juillet 2011 fixant les modalités d’application au niveau national de la condition prévue au 1° de l’article R. 141-21 du code de l’environnement concernant les associations et fondations souhaitant participer au débat sur l’environnement dans le cadre de certaines instance (JORF n°0161 du 13 juillet 2011, page 12 154).

Similar posts
  • 1500 manifestants devant le consulat ... “Fermer le ciel ” De 14 à 16h plus de 1500 manifestants ont stationné devant le consulat russe place Brant à Strasbourg gardé par des policiers et des barrières. Après l’hymne national ukrainien, plusieurs discours se sont succédé, avec des interruptions de slogans repris par la foule. Peu à peu les manifestants occupant toute la [...]
  • Strasbourg, par milliers, en soutien ... 3000 manifestants place Kléber à Strasbourg en soutien à l’Ukraine agressée par Poutine. Un grand drapeau bleu et jaune était suspendu au balcon de l’Aubette. Et dans la foule diverse mais unie dans une même réprobation de la Russie de Poutine qui porte la guerre en Europe, des drapeaux et des citoyens de plusieurs pays [...]
  • Un éditorial du rédacteur en chef des... Rédacteur en chef des DNA et de l’Alsace Groupe EBRA (m’en tombent) On conseille à l’éditorialiste-chef des DNA de porter des lunettes ou d’acheter des jumelles. En effet s’il a bien vu “plusieurs milliers de policiers solidement armés“, il n’a compté que “quelques centaines de de protestataires“… (“plus ou moins véhiculés“) ? Que celui-celle qui [...]
  • La milice à Macron au travail avenue ... [...]
  • Médias et extrême-droite: halte à la ... Médias et extrême droite : halte à la banalisation ! Rendez-vous samedi 12 février à Paris. Depuis septembre, télévisions et radios déroulent le tapis rouge à Éric Zemmour. Avec lui, c’est toute l’extrême droite, talonnée par la droite réactionnaire, qui est en croisière : ses obsessions (sécurité, islam, immigration, autorité) font l’agenda des grands médias. [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.