Roland Hercule Ries nettoie les écuries d’Augé

Il l’a fait.
Le sénateur-maire Roland Ries a obtenu ce qu’il exigeait de son conseil municipal, l’éviction de Chantal Augé de sa fonction d’adjointe.
Plus exactement c’est le seul groupe “socialiste et républicain” qui a suivi son chef en privant l’adjointe membre de Anticor de son mandat, les autres groupes s’abstenant ou ne participant pas au vote.
Il ne suffisait pas d’avoir 12 travaux d’Hercule. L’ex-professeur de lettres sans doute peu superstitieux, en a rajouté un treizième.
On ne connaît pas Chantal Augé et même on ignorait son nom avant que l’autoritarisme pré-sénile du Herr Cul alsacien ne la désigne du pouce vers le sol.
Comme notre ami Georges Yoram Federmann qui le dit ce matin dans le courrier des lecteurs des DNA, on s’étonne qu’une personne qui lutte contre la corruption soit éliminée.
Que faut-il comprendre?

lu dans les DNA du 24 01 12

Lettre ouverte à une amie de la majorité municipale

De Georges Yoram Federmann, « citoyen-psychiatre sans conflits d’intérêt avec les laboratoires pharmaceutiques » :

« Je voulais te confier que j’avais trouvé Roland Ries excessif face aux Verts de la majorité et face à Mme Chantal Augé (que je ne connaissais pas jusque-là !)

Je te livre ce sentiment comme indicateur civique émanant de quelqu’un qui est, « naturellement », favorable à l’équipe en place.

Notre maire se montre inutilement autoritaire face à ce qui incarne la richesse du débat d’idées, nécessaire et vital, en un temps où l’idéologie est en train de mourir, par lissage et homogénéisation. Par absence de contradiction.

Quand on fait dire à Roland Ries, dans les DNA, qu’il est bien « généreux » d’avoir admis les Verts, à 6,37 % (4 752 votes exprimés), on laisse entendre qu’il méprise, implicitement, cette tendance et ses électeurs et que la politique doit rester immuable et figée sur toute la durée de la mandature.

On dirait en psychanalyse que « la pulsion de mort » est à l’œuvre.

N’oublions jamais que l’équipe de M. Ries, en obtenant 32 753 suffrages au premier tour de l’élection de 2008 ne « représentait », à ce moment, qu’environ 15 % des Strasbourgeois majeurs !

J’attends que la majorité actuelle (et l’opposition actuelle) nivellent les débats publics par le haut face aux défis de la « dispute » démocratique.

Quant à l’association incriminée « Anticor », elle me semble précieuse et fonctionne sur le modèle des lanceurs d’alerte (tels Denis Robert, Pierre Meneton sur « le sel, ce tueur caché », la revue Prescrire et le D r Irène Frachon pour le Médiator).

En toutes indépendances idéologique et financière.

Similar posts
  • Libérez Salah Hamouri! Communiqué du Comité de soutien à Salah Hamouri / 30 juin 2020 Ce mardi 30 juin, alors qu’il se rendait à Jérusalem pour effectuer un test coronavirus (obligatoire) pour prendre l’avion samedi 4 juillet, pour se rendre en France, Salah Hamouri a été arrêté dans un centre médical par les autorités israéliennes.Il a été conduit [...]
  • Grève et manifestation des soignant.e... Grâce à la nouvelle mobilisation des salariées de Rhéna venue de la base, une nouvelle manifestation s’est tenue de la clinique privée au Nouvel Hôpital Civil au service des urgences. Pendant que les directions syndicales perdent leur temps au prétendu “Ségur de la Santé” du gouvernement, et gaspillent la combativité qui s’était traduite à Strasbourg [...]
  • Manifestations pour le droit au logem... Hier, les Dernières Nouvelles d’Alsace n’ont rien vu des quatre manifestations place Kléber! 150 à 200 manifestants pour le droit au logement avec des SDF, des squatters, des Gilets jaunes qui ont défilé ensuite, un rassemblement pour la Palestine au pied de la statue Kléber, un autre d’Alsace-Syrie à 17h et Extinction Rébellion contre la [...]
  • Albert Memmi: pensée anticoloniale et... [ألبير ممّي : تناقض بين فكر مناهض للاستعمار والتزام بالصّهيونية] Albert Memmi : la contradiction entre une pensée anti-coloniale et un engagement sioniste http://tacbi.org/node/167 Albert Memmi, figure importante du mouvement anti-colonial, est décédé à Paris, le 22 mai dernier à l’âge de 99 ans. Il était né en 1920 à Tunis qu’il quitta définitivement après [...]
  • Pierre Pflimlin, le retour (dans les ... Les Dernières Nouvelles d’Alsace de ce samedi 27 juin 2020 s’intéressent à Pierre Pflimlin à l’occasion de l’anniversaire de sa mort il y a vingt ans. Le Journal, dans un petit papier non signé feint de s’étonner qu’aucune biographie complète n’existe sur l’ex- maire de Strasbourg et dernier président du Conseil de la IVe République [...]