C’est maintenant qu’il faut sanctionner Israël

mardi 6 novembre 2012 – 06h:56

Jamal Zahalka – The Guardian

La fusion des partis de droite va accroître l’extrémisme et le racisme contre les Palestiniens. Les sanctions sont l’unique réponse.

Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, à droite, et le ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, se congratulent après avoir annoncé que leurs partis s’uniront pour les élections de 2013.

En prévision des élections israéliennes de janvier prochain, la fusion des partis du Premier ministre, Benjamin Netanyahu, et du ministre des Affaires étrangères, Avigdor Lieberman, a été annoncée. Ils doivent se présenter aux élections sur une liste commune, avec l’intention de constituer le groupe le plus important de la Knesset.

L’initiative est considérée comme une réussite pour les deux hommes. Netanyahu a été secoué par le récent déclin de la popularité de son parti Likoud, à raison d’un siège par semaine. Plus spécifiquement, ses craintes provenaient de la possibilité d’un retour d’Ehud Omert, ancien Premier ministre israélien et dirigeant d’une alliance d’opposition se composant de Tzipi Livni, ancienne ministre des AE, Shaul Mofaz, dirigeant du Kadima, et de Yair Labed, étoile montante de la politique.

L’objectif avoué de Netanyahu est de rassembler une force politique importante qui puisse garantir sa réélection et assurer sa domination sur la droite israélienne. Lieberman est le principal bénéficiaire de cette alliance : elle garantit la force de son parti, Yisrael Beiteinu, et aux termes de l’accord, Lieberman peut prendre le ministère de son choix, notamment l’important ministère de la Défense. Il y gagnera une légitimité politique et, de simple participant dans une coalition gouvernementale, il deviendra un acteur de premier plan. Si ces dernières années, le gouvernement a été un concept de Netanyahu et d’Ehud Barak, le ministre de la Défense, le prochain gouvernement sera celui de Netanyahu-Lieberman. Lieberman peut également se présenter à la direction du Likoud après Netanyahu.

L’alliance reflète un brusque mouvement vers la droite, à un moment où grandit l’extrémisme dans la politique israélienne. Antérieurement, Lieberman était extrêmement marginal. Quand il est devenu ministre des Transports, un ministre travailliste a démissionné, refusant de s’asseoir à la même table que lui.

Après cela, Lieberman a été nommé ministre des Affaires étrangères. Beaucoup ont pensé que cela provoquerait l’ire de la communauté internationale. Au contraire, il a été reçu chaleureusement dans les capitales européennes. Si quelqu’un avait dit il y a dix ans que Lieberman deviendrait ministres des Affaires étrangères, il se serait fait traiter d’ignorant, sinon accuser d’hostilité et d’incitation à l’encontre d’Israël.

Entre autres résultats flagrants de cette nouvelle coalition, il y a le fait que le Likoud va devenir plus extrémiste, et Lieberman plus influent et plus dangereux. Il y a quelques mois, Lieberman a réclamé le renversement du Président Mahmoud Abbas, en dépit du fait que le dirigeant palestinien maintenait la paix dans l’ombre de l’occupation et poursuivait les négociations – même en l’absence de partenaire israélien. Lieberman a demandé aussi des sanctions économiques, politiques et sécuritaires contre l’Autorité palestinienne après l’initiative diplomatique de celle-ci auprès des Nations-Unies pour obtenir la reconnaissance d’un État palestinien.

Lieberman a adopté des politiques hostiles aux citoyens arabes d’Israël, lesquels constituent 17 % de la population. Le slogan de son parti est « Pas de citoyenneté sans loyauté » ; il cherche à ce que les citoyens arabes soient contraints de se déclarer fidèles à l’État sioniste pour obtenir leur citoyenneté, notamment leur droit de vote et celui à être éligible à la Knesset. Alors que le danger du racisme dépend non seulement de son inhumanité mais encore de sa force et de son influence, cette coalition au cœur du gouvernement laisse supposer une montée en flèche du niveau du racisme et une baisse dramatique de celui de la démocratie.

Au cœur de la politique de Lieberman il y a la reconnaissance officielle de l’annexion de Jérusalem et des colonies juives illégales, en échange d’un transfert des principaux centres habités par une majorité arabe d’Israël vers la Palestine. En fait, le but de Lieberman est de conditionner et de précariser la citoyenneté des Arabes palestiniens. Avec, au bout du compte que cela conduise à un État juif pur, libéré des citoyens arabes.

Quand Jörg Haider et son parti d’extrême droite sont entrés au gouvernement autrichien (en 2000), plusieurs pays européens ont appliqué des sanctions. Lieberman est bien plus dangereux que Haider. Sa stature est la preuve que l’extrémisme est parvenu à dominer en Israël. Le genre de politique qui a été rejeté en Europe devrait-il convenir à la Terre sainte ?

Le dernier gouvernement et la dernière Knesset dont le mandat vient juste de finir ont été les plus extrémistes à nos jours ; dans les élections à venir, la situation est susceptible de changer, en pire. Alors que devons-nous faire ? Je crois qu’essayer de persuader Netanyahu et son gouvernement d’adopter une politique plus modérée serait gaspiller du temps et de l’énergie. La seule façon d’assurer un changement passe par les pressions et les sanctions sur le gouvernement israélien. La conduite politique de Netanyahu montre qu’il ne s’incline que par la force. Quiconque veut une juste paix et empêcher les guerres de menacer, quiconque veut mettre un terme aux crimes commis par l’occupation, quiconque veut combattre le racisme, doit agir pour que des sanctions soient imposées.

(JPG) * Le Docteur Jamal Zahalka (en arabe : جمال زحالقة, en hébreu : ג’מאל זחאלקה, né le 11 janvier 1955) est un homme politique arabe israélien membre du parti Balad et de la Knesset.

Zahalka a étudié la pharmacie à l’Université hébraïque de Jérusalem. Il fut la première fois élu à la Knesset en 2003, sur la liste Balad. Il a été réélu en 2006 puis en 2009, cette dernière fois en tant que tête de liste. En effet, après qu’Azmi Bishara eut quitté le pays, Zahalka est devenu le leader du Balad.

Zahalka accuse les dirigeants de l’État d’Israël d’avoir un discours encourageant l’idée de séparation avec les Arabes israéliens, voire de transfert. Il accuse également Israël de pratiquer un système d’apartheid envers les Palestiniens en Cisjordanie et dans la Bande de Gaza (séparés en “cantons”) où ils doivent posséder un permis de voyager pour se déplacer chez eux.

Zahalka vit à Kafr Qara, est marié et a trois enfants.

Similar posts
  • 14 février 1349 1200 juifs brûlés à S... Comme chaque année, le 14 février, grâce à Georges Yoram Federmann, on commémore le massacre de 1200 juifs à Strasbourg le 14 février 1349. Alors que la peste noire dévastait l’Europe, il a fallu trouver des boucs émissaires, accusés d’avoir empoisonné les puits. D’où cet holocauste de masse commis près de l’actuelle place de la [...]
  • Livreur condamné pour antisémitisme :... Tribune refusée de publication par les Dernières Nouvelles d’Alsace, le 15 janvier 2021. Livreur antisémite : quand l’ambassade d’Israël en France s’en mêle l’antisémitisme augmente. Parce qu’il devait livrer de la cuisine israélienne, un livreur Deliveroo de Strasbourg a refusé en expliquant qu’il ne livrait pas les juifs. C’est une parole et un acte antisémites. [...]
  • Bordeaux: tensions entre associations... “L’affaire” déclenchée par la LICRA continue d’alimenter les gazettes. Ci-dessous le lien vers un site d’extrême droite local. Puis le texte paru ce soir sur le site du Monde pour les abonnés. Une précision: Marik Feytout invente la réunion que j’aurais -André Rosevègue- tenue avec le CRIF, alors que le débat qui s’est tenu fort [...]
  • Selon le CRIF-Alsace, la Ville de Str... La Feuille de chou a pris connaissance de la lettre du CRIF-Alsace adressée à la maire de Strasbourg, Mme Barseghian: Madame la Maire, Le CRIF constate depuis longtemps une montée de l’antisémitisme en lien avec le conflit Israélo-palestinien. Nous en avons eu récemment, à Strasbourg, un triste exemple avec l’agression d’un graffeur missionné par la [...]
  • A propos de la prétendue “impor... Lu dans les DNA du 7 septembre 2020 Géopolitique municipale Le conseil municipal de Strasbourg a approuvé lundi dernier une motion à la suite de l’agression antisémite d’un graffeur dans un quartier de la ville. La finalisation de ce texte a donné lieu à un vif échange entre des représentants de la majorité municipale, dont [...]

4 Commentaires

  1. Schlomo Schlomo
    8 novembre 2012    

    vous avez le nez très (ou trop?) fin…
    c’est un fait que peu de pays sont nommés sans un adjectif devant le nom: me viennent à l’esprit Madagascar, Saint-Domingue, Haïti, Cuba…tous des iles!
    en connaissez-vous qui soient continentaux et sans article?

  2. hagai hagai
    8 novembre 2012    

    Ce commentaire a des effluves antisémites…

  3. Schlomo Schlomo
    7 novembre 2012    

    remarque très pertinente
    le problème c’est que nulle part on ne trouve dit ou écrit “l’Israël”…

  4. Julien Julien
    7 novembre 2012    

    Bonsoir,

    Pourquoi toujours écrire “Israël” comme si c’était un Dieu. Il s’agit d’un Etat comme les autres qui doit (devrait) respecter le droit international.

    Il faut donc écrire “L’Israel” comme on écrit “La France” , “Les Etats Unis” etc…

    On fera ainsi un pas de plus vers la désacralisation de cet Etat dont le gouvernement est au service de quelques oligarques insipides qui sont en réalité des alliés objectifs de l’antisémitisme, comme tous les niais qui défendent le gouvernement de Netanyaou.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.