Ayiti, actualité du communisme

une rose pour Ayiti

pour Daniel Bensaïd

Haïti, ou Ayiti, pour les révoltés de l’esclavagisme, est, chacun le sait, un des pays les plus pauvres de notre planète.

Quand un cataclysme, qualifié de “naturel” s’abat, on peut mesurer la catastrophe humaine qui s’en suit.

On n’écrira pas ici ce qu’on peut lire partout.

Ce qu’on entend et voit, les morts, les blessés, les réfugiés en leur propre pays, la douleur, le ballet habituel des sauveteurs, désintéressés ou pas, avec ou sans idées derrière la tête, notre impuissance à distance, les escrocs de la solidarité, tout cela, on le sait pour l’avoir constaté en d’autres occasiosn, tsunami, guerres, inondations.

Ce qui est neuf, c’est l’effondrement, avec le tremblement de terre, de toute structure étatique, et, en conséquence, la vision commune à toute l’humanité branchée, comme un certain jour de septembre, sur le flot d’images, de l’homme nu, rescapé, condamné à se débrouiller, seul, ou en petites hordes, en cette jungle nouvelle.

Dans ce cas c’est la nature, (secondée par l’incurie humaine des constructions non anti-sismiques), la cause. Ailleurs, comme à Gaza, ce sont des hommes qui font du mal à d’autres hommes.

Dans tous les cas, l’empathie nous saisit, en tant que simplement humains, et, peut-être pour la mauvaise raison que nous nous projetons en tant que cela pourrait aussi nous arriver.

Pour le moment, ici, nous avons la chance d’être comme ces hommes décrits par Lucrèce, dans le De natura rerum, qui assistent au sec, au naufrage au large de la côte.

Ayiti délivre bien malgré elle une leçon sur l’actualité du communisme.

Oh, on entend d’ici les cris d’orfraie.

Comment, le communisme?

C’est fini, depuis la chute d’un certain mur (un seul…). Les autres, ne compteraient-ils pas?

Pour que ce soit fini, encore faudrait-il que cela ait commencé!

Il n’y a pas eu, encore, de communisme, nulle part.

Mais la leçon de Ayiti, c’est cela, l’actualité du communisme, c’est à dire du commun, de la communion, de la mise en commun, en bas, avec les pauvres moyens du bord, par les rescapés, sans État, effondré, inutile, là-bas comme partout, des gestes de la survie.

lien

http://sergeadam.blogspot.com/

Similar posts
  • Encore 7500 manifestants à Strasbourg Selon le comptage des Renseignements territoriaux, nous étions encore 75000 à défiler ce mardi 7 février à partir de 14h depuis la place de la République. La Feuille de chou a filmé pendant une heure et quart le cortège depuis l’arrêt de tram Broglie en restant sur place pendant une heure et quart jusqu’à voir [...]
  • Une centaine de Gilets jaunes ont déf... https://vimeo.com/795897543 Une douzaine de cars de CRS attendait les manifestants place Kléber, excusez du peu! Peu à peu une centaine de personnes se sont regroupées deavant la statue du général Kléber. Plusieurs prises de paroles se sont succédé. Puis vers 14h30 le cortège d’une centaine de manifestants à gilet jaune s’est ébranlé en direction de [...]
  • Un criminel de guerre à l’Elysé... L’ambassadrice d’Israël en France a boycotté le criminel de guerre Netanyahu A son arrivée à Paris, Netanyahou a été reçu par la garde d’honneur. L’ambassadrice d’Israël en France, Yaël German, était la grande absente. Les services du Premier ministre ont refusé sa présence après qu’elle a annoncé, il y a quelques semaines, qu’elle démissionnait car [...]
  • Camille DAHLET, à nouveau pharmacien ... La Feuille de chou publie un article historique de Jean-Claude Streicher sur Camille [...]
  • Strasbourg 15000 dans la rue contre l... https://www.facebook.com/557053598/videos/844495146640234/ https://www.facebook.com/557053598/videos/734646144943821/ Prochaine manifestation samedi 4 février 2023 14 h place Kléber [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.