“HommeMort”, une semaine après: des interprétations variées , mais surtout ne pas parler d’Etat policier…

dna 220513

Il ne s’autorise que de lui-même”, j’ajouterai “… et de quelques autres“.  Les non-dupes errent
Après une semaine de battage médiatico-policier autour de “HommeMort”, un vent de relativisation souffle, au moins dans les médias, comme dans les DNA de ce mercredi 22 mai.
En “une”, “Vraie prudence, fausse menace?“, avec un révolver policier en gros plan.
On peut aussi penser, à la lecture attentive du message déclencheur, que, soit le fabulateur est assez au courant des symptômes du mal-être de certains jeunes, soit qu’il s’agit d’un vrai appel au secours, qui, une fois la super-médiatisation réussie, au-delà de toute espérance, ne passerait pas à l’acte, ni tourné contre lui-même, ni contre d’autres.

Un commentaire n ‘est jamais fait dans les médias, qui consiste à souligner, comme on l’a fait ici déjà, que la mobilisation sécuritaire à l’occasion de ce fait divers virtuel, a une fonction éminemment politique dans la perspective d’habituer toujours plus la population qui craint pour sa sécurité, à s’en remettre à un État “protecteur” policier. Les médias instantanés en tout cas surfent depuis longtemps déjà sur ce type d’événements.
Admettons un moment que ce soit un jeune très mal dans sa peau.
Tout ce qui suit est dans le message:

“Je” vis chez mes parents, je suis sans emploi, je n’ai pas terminé mes études. J’en ai marre. Toute ma famille se moque de moi. Je suis dans une situation merdique. Tout le monde me rabaisse. Je n’ai plus d’amis depuis le collège.Je suis désintéressé de l’IRL (In Real Life, la vie réelle). Je passe mon temps sur Internet, à des jeux-vidéos.Les gens se sont éloignés de moi. Ma mère m’a coupé Internet, a vendu mes consoles, pour me faire sortir à nouveau. Cela n’a pas marché. Je reste asocial. Je déteste ma mère encore plus. Quelques années plus tard, je me sens insignifiant.J’ai arrêté la fac après 6 mois. Les gens sont faux autour de moi. Me lever le matin n’a aucun intérêt. Je veux avoir un intérêt? [Inter-esse=être entre les autres, vivre ensemble!]. Dehors, il n’y a que des larves.

Le réalisme de cette auto-description des symptômes d’un type de maladie psychique actuelle d’une minorité de jeunes, est tel que si ce n’est pas un éventuel patient, ce pourrait être un psychiatre…

Un psychiatre sur France bleu Alsace affirme le contraire:
DNA

Les menaces de l’internaute HommeMort postées à Strasbourg

Un psychiatre relève trois éléments “atypiques” qui plaident pour le canular
Ce matin, sur France Bleu Alsace, le psychiatre et criminologue Roland Coutanceau a donné quelques éléments d’analyse du texte de l’internaute “HommeMort”, posté le 14 mai depuis un cybercafé de Strasbourg, qui plaident, une fois de plus, pour le canular…

Interrogé ce matin, au lendemain de la décision du procureur de la République de Strasbourg d’ouvrir une information judiciaire pour “diffusion de fausse information”, Roland Coutanceau se livre à une analyse du texte posté le 14 mai par un internaute anonyme, “HommeMort” qui menaçait de semer la terreur dans un lycée avec une arme semi-automatique. Pour le psychiatre, ce texte contenait effectivement des éléments alarmants renvoyant à “l’imaginaire potentiel d’un meurtrier de masse”.

Mais Roland Coutanceau relève aussi trois éléments “atypiques” qui plaident pour le canular :

– l’internaute recherché par la police s’est exprimé dans un espace de jeu, le forum des 18-25 ans de jeuvideo.com

– il “donne une chance à la police” en l’invitant à l’arrêter avant la date fatidique du vendredi 17 mai, jour pour lequel il dit programmer son action

– il annonce son intention de passer à l’action et de commettre un acte dans lequel il laissera lui-même sa vie, ce qui serait inhabituel pour un meurtrier qui envisage d’opérer dans un établissement scolaire.
Ch.B.
On peut réécouter l’interview de Roland Coutanceau sur France Bleu ci-dessous (son intervention est à 1mn40)

F2C
On peut interpréter les “trois éléments atypiques” autrement.
– ce n’est pas d’abord, ou pas du tout, un meurtrier, mais un suicidaire
– il souhaite que son entreprise soit interrompue
– il s’exprime là où il en a l’habitude

Archives

Hikikomori: http://archive.wikiwix.com/cache/?url=http://psyzoom.blogspot.fr/2012_06_03_archive.html&title=ici
Phobie sociale: http://fr.wikipedia.org/wiki/Phobie_sociale
Communauté hikikomori: http://hikikomori.e-monsite.com/
France-Japon: http://hikikomori2013.sciencesconf.org/

Archives Feuille de chou

http://la-feuille-de-chou.fr/archives/50233

http://la-feuille-de-chou.fr/archives/50371

http://la-feuille-de-chou.fr/archives/50371

 

Similar posts
  • Les retraités contre la contre-réform... Actifs dans les mobilisations, les retraités ne lâchent rien. Non, les retraités ne sont ni favorables ni indifférents à la réforme des retraites. Ils en sont tout aussi victimes que les actifs. Ils sont déjà victimes des réformes passées. Les projections du COR montrent l’appauvrissement des retraité·es actuel·les et futur·es par la désindexation des pensions [...]
  • Rafle à Marseille en 1943 Quatre-vingts ans après, la ville de Marseille, dans le sud de la France, organise dimanche des commémorations exceptionnelles autour des rafles de 1943 et des destructions des vieux quartiers pendant la Seconde Guerre mondiale, qualifiées par le maire de la deuxième ville de France de « crime contre l’humanité ». « Ce qui s’est passé [...]
  • Des écrivains alsaciens face à la gue... [...]
  • “Proche-Orient: l’UE comp... [...]
  • Grève au Collège Foch de Haguenau [...]

2 Commentaires

  1. schlomo schlomo
    22 mai 2013    

    la classe politique est en effet en retard sur la toile; et les partis ne se rendent pas compte qu’il sont des dinosaures…

  2. Bach Bach
    22 mai 2013    

    Oui, c’est bien vu Jean-Claude. Je partage assez ton analyse sur le réflexe sécuritaire.Mais je crois qu’il procède autant d’une peur panique de l’univers numérique que d’une volonté politique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.