La Licra lance une application mobile pour géolocaliser les tags racistes

logo

La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) a lancé hier une application pour smartphones devant permettre la géolocalisation des tags racistes afin de les faire effacer ensuite par les services municipaux.
A l’heure où les réseaux sociaux, notamment Twitter, sont régulièrement accusés de faciliter la propagation de messages haineux, il est temps que les associations antiracistes portent « le combat sur la toile », a estimé hier lors d’une conférence de presse Alain Jakubowicz, président de la Licra, aux côtés de Fleur Pellerin, ministre chargée de l’Innovation et de l’Economie numérique, et de Jacques Pélissard, président de l’Association des maires de France.
« On ne lutte pas contre le racisme et l’antisémitisme au XXIe siècle comme avant », a-t-il ajouté en dévoilant l’app-Licra, présentée comme la première application mobile antiraciste. Grâce à cette application, les utilisateurs de smartphone pourront désormais photographier les inscriptions litigieuses qu’ils croiseront et transmettre le cliché, automatiquement géolocalisé, à la Licra.


Si le caractère raciste est avéré, la Licra transmettra immédiatement l’information aux services municipaux concernés pour qu’ils effacent le tag au plus vite.
L’application permet aussi de mettre des victimes ou des témoins d’actes racistes en relation avec le service juridique de l’association. Cette première application mobile antiraciste sera accessible à tous et téléchargeable gratuitement sur l’app store et google play.
La ministre de l’Économie numérique, Fleur Pellerin, a salué cette « application d’intérêt public » qui, selon elle, montre que « le numérique peut aussi être utilisé comme un rempart contre la haine ». Un « laboratoire des usages de l’internet » sera d’ailleurs chargé de lancer à la rentrée des appels à projet pour soutenir d’autres applications d’intérêt public, a-t-elle ajouté.
Apportant le soutien de l’AMF, Jacques Pélissard a rappelé que les maires étaient « les garants de la cohésion sociale » et que « cette mission était encore plus difficile en temps de crise ». Le président de l’AMF a ajouté que cette nouvelle application allait permettre aux citoyens, aux communes et à la Licra « de réagir rapidement ». « Effacer le racisme sur les murs aidera à effacer le racisme dans les esprits. C’est pourquoi l’Association des maires de France a souhaité s’associer à cette démarche », a-t-il conclu.

Plusieurs villes ont déjà apporté leur soutien à l’app-Licra, dont Paris, Strasbourg, Nîmes, Reims ou Angers.
Similar posts
  • Manifestation féministe à Strasbourg 500 femmes, et quelques hommes, ont manifesté samedi 19 novembre à Strasbourg, de la place d’Austerlitz au Palais de justice, comme dans des dizaines de villes, contre les violences faites aux [...]
  • 18 octobre: grève et manifestation à ... C’EST N’IMPORTE QUOI: CES VIDEOS M’APPARTIENNENT [...]
  • 17 octobre 1961- 17 octobre 2022 Stra... Deux cérémonies ce 17 octobre à Strasbourg pour commémorer le massacre des Algériens à Paris. La première organisée par le Consulat d’Algérie sous le couvert d’associations. La seconde sur le Pont du Corbeau puis dans une courte marche jusqu’à la place du 17 octobre au bord de l’Ill par diverses associations de gauche dont D’Ailleurs [...]
  • Marianne Ostwald, par Liselotte Hamm ... [...]
  • 2000 manifestant.e.s à Strasbourg pou... Deux mille personnes ont participé à la manifestation pour le pouvoir d’achat et la défende des retraites à Strasbourg. Les jeunes tenaient la tête du cortège et scandaient de nombreux slogans. La CGT était en force comme d’habitude, suivie de Solidaires, de la FSU, de quelques militants FO ainsi que du PCF, du NPA, de [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.