Au sujet de la situation de Mme Radchenko

M. l’ Ambassadeur,
Votre excellence,

En tant que professionnel de santé, je suis très préoccupé au sujet de Raïsa RADCHENKO, une militante de 70 ans, qui a été détenue contre son gré dans un hôpital psychiatrique. Membre de plusieurs associations locales de citoyens à Zaporijia, Ukraine, elle milite activement contre la corruption locale et les violences policières, en soutenant les habitants de la région qui essayent d’exercer leurs droits. Il semble que les autorités cherchent ainsi à la punir pour ses activités militantes.

Le 11 juillet 2013, Raïsa Radchenko a été interpellée par la police et emmenée de force à l’hôpital psychiatrique de la région de Zaporijia. Bien qu’elle n’ait aucun antécédent de troubles mentaux, elle a reçu un traitement psychiatrique, ce qu’aucune décision de justice n’a pourtant autorisé. Je vous demande instamment d’engager une poursuite pénale sur les circonstances dans lesquelles Raïsa Radchenko a été forcée à recevoir un traitement psychiatrique et de chercher à savoir quels sont les troubles psychiatriques pour lesquels elle a reçu un traitement.

Je vous demande d’user de votre autorité pour que Raïsa Radchenko bénéficie d’un examen psychiatrique réalisé par un psychiatre de l’Association ukrainienne de Psychiatrie en dehors de la région de Zaporijia afin d’en assurer l’impartialité, et qu’elle ne soit soumise à aucun traitement avant d’avoir épuisé toutes ses voies de recours.

Je me permets de vous rappeler que vous avez l’obligation non seulement de veiller à ce que les défenseurs des droits humains puissent mener librement leurs activités, mais aussi de les protéger de toute violence, menace, ou action de représailles, conformément à la Déclaration des Nations unies sur les défenseurs des droits de l’Homme de 1999.

Finalement, je vous prie de diligenter une enquête sur les mauvais traitements que des policiers auraient infligés à Raïsa Radchenko et à sa fille Darina.

Veuillez agréer, Votre Excellence l’ ambassadeur, l’assurance de ma haute considération.

Dr Georges Yoram Federmann

Président du Cercle de mémoire Menachem Taffel

Chroniqueur à Espoir et au Volantino Européo

5 rue du Haut Barr

67000 Strasbourg

Similar posts
  • La psychiatrie refuse d’être &#... Un article de Clémence Nayrac et Géraldine Tribault pulié par Hospimedia le 27/03/2020 Le contrôleur général des lieux de privation de liberté demande au Gouvernement des mesures d’urgence pour la psychiatrie dans le contexte de crise sanitaire. Déjà, depuis plusieurs jours, les représentants de la discipline ont lancé l’alerte. Le contrôleur général des lieux de [...]
  • DD Baroin et Georges Federmann Georges Yoram Federmann 5 rue du Haut Barr 67000 Strasbourg. Strasbourg , le 28 mars 2020. Chère famille, chers tous, Dédé s’en est allé. J’ai appris sa mort par internet vendredi 27, par le message de Roger Winterhalter et en lisant la Feuille de chou de J-C Meyer, le lendemain. Nous sommes restés en contact [...]
  • Georges Federmann au Club III [...]
  • Ludmila Oulitskaia à Strasbourg [...]
  • Psychiatrie: les soins délétères               Tribune libre   LES SOINS DÉLÉTÈRES                                                                                                                      21février 2017   Cela fait quarante-huit ans déjà que l’homme a posé pour la première fois le pied sur la lune. Depuis, la technologie, les traitements contre le cancer et autres maladies mortelles ou fortement invalidantes ont bien progressé. Les questions de [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.