L’option militaire en Syrie: ni licite, ni légitime?

Pour Washington, Londres et Paris, l’emploi d’armes chimiques par les troupes loyalistes contre des civils ou des combattants rebelles imposerait une rupture dans la régulation de la crise syrienne. Cette ligne rouge, affirmée depuis des mois, aurait été franchie mercredi 21 août lors de bombardements de quartiers insurgés de Damas. On évoque en effet l’emploi de gaz neurotoxiques. Dans ces conditions, les occidentaux s’apprêtent à une intervention militaire, même limitée à la neutralisation de centres du pouvoir en place. Est-ce bien raisonnable ? Sur quel fondement, moral sinon légal, une telle entreprise pourrait-elle se raccrocher ? A l’examen, cette opération extérieure apparaît contraire au droit international, discutable dans son éthique et plus qu’incertaine dans ses effets.

La suite: http://www.huffingtonpost.fr/julian-fernandez/intervention-syrie-illegale_b_3828155.html?ncid=edlinkusaolp00000009

LIVE: http://www.huffingtonpost.fr/2013/08/28/en-direct-armes-chimiques-syrie_n_3827181.html?utm_hp_ref=syrie

Similar posts

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.