Lyon: Collomb en campagne contre la mafia des poubelles

C’est un campement géant en plein centre-ville de Lyon, à deux pas de la gare de Perrache. 300 demandeurs d’asile dont une centaine d’enfants occupent 120 tentes. La scène est incroyable, il faut le voir pour y croire. Mercredi 16 octobre, le Grand Lyon assigne les familles au tribunal pour demander leur expulsion immédiate.

L’expulsion: une priorité électorale

Gérard Collomb est candidat à sa propre succession à la mairie de Lyon. Expulser de leur lieu de vie 300 demandeurs d’asile semble constituer pour lui une priorité absolue dans sa pêche aux voix. Pour ceux qui en doutent, il suffit de regarder le bond spectaculaire de la côte de popularité de Valls chez les électeurs UMP et FN. Collomb fait le même calcul. Plus je tape sur les étrangers et les pauvres, plus j’ai de chance de gagner des voix chez les électeurs de droite. Il singe même son idole : « ces populations n’ont pas vocation à s’intégrer » déclare-t-il à propos des Roms et des demandeurs d’asile. (1) Pour les électeurs de gauche, il doit les croire suffisamment dociles pour se permettre de s’asseoir à ce point sur tout ce qui différenciait le PS de l’UMP, Hollande de Sarkozy et Valls d’Hortefeux ou Guéant… Mais çà, c’était avant. Avant mai 2012. Collomb est donc prêt à tout, même à s’inventer des titres de propriété pour pouvoir expulser des pauvres.

Femmes de ménages, grâce à Collomb, vous êtes riches

Pour demander l’expulsion d’occupants sans droit ni titre, encore faut-il être propriétaire des lieux occupés. Naturellement me direz-vous. Et bien non. Pas pour Gérard Collomb. Nos 300 demandeurs d’asile occupent un lieu improbable, en pente, situé sous l’autoroute A6 qui traverse Lyon. On a beau chercher dans tous les sens, on ne voit pas comment on pourrait inclure cette parcelle dans le domaine public routier qui relèverait de la compétence du Grand Lyon. Autoroutier à la limite, mais routier certainement pas. C’est mal connaître notre Gérard et ses avocats. Quoi ? Ce n’est pas moi le patron ? Je n’ai pas de titre de propriété ? Attendez, je vais trouver quelque chose. Voilà, j’ai trouvé la preuve : « Ce qui démontre notre qualité pour agir, c’est le fait qu’on assure l’entretien. On n’entretient pas ce qui nous appartient pas » clame haut et fort l’avocat.

Elle est pas bonne celle-là ? Faites gaffe. Demain, votre femme de ménage pourrait très bien, au nom de la jurisprudence Collomb réclamer votre expulsion sous prétexte qu’elle assure l’entretien de votre appartement.

Avant on disait : « possession vaut titre ». Maintenant, grâce à Collomb on dira : « entretien vaut titre ». Faire des ménages va devenir une profession extrêmement lucrative. Merci Gégé de revaloriser ainsi les métiers de pauvres. Ca c’est du socialisme.

Plus sérieusement. Cette affaire nous démontre jusqu’où un élu dit socialiste est prêt à aller pour récolter quelques voix supplémentaires. A moins que ce ne soit une manœuvre pour éviter à son copain le préfet d’avoir à monter en première ligne. Si le Grand Lyon n’a en effet aucune qualité pour assigner les demandeurs d’asile, c’est le préfet qui devra le faire. Mais là, se pose un autre problème.

Un préfet qui viole les droits des plus démunis

Le préfet est responsable de la situation à 3 titres. Si 300 demandeurs d’asile sont en train de pourrir dans la rue en attendant des mois, voire des années qu’on statue sur leur demande d’asile, c’est parce que le préfet en a décidé ainsi. En leur qualité de demandeurs d’asile, ces personnes devraient être en CADA (Centre d’Accueil des Demandeurs d’Asile) et non sous un pont. Le préfet a beau nous expliquer en pleurant qu’il n’a pas de moyens suffisants pour les héberger, on sait qu’il en trouve pour mettre à l’hôtel des citoyens communautaires en attendant de les expulser. (2) En leur qualité de sans-abri, ces personnes en situation de précarité ont droit à un hébergement d’urgence. C’est l’article L 345-2-2 du code de l’action sociale et des familles qui précise que « toute personne sans abri en situation de détresse médicale, psychique et sociale a accès, à tout moment, à un dispositif d’hébergement d’urgence ». Enfin, et ce n’est pas une blague, si ces personnes sont là aujourd’hui, c’est parce qu’elles y ont été conduites par la police début juillet 2013, suite à leur expulsion de la place Carnot, située à quelques centaines de mètres de là.

On attend donc avec impatience de voir le préfet demander à la justice l’autorisation d’expulser des familles dont il viole tous les jours les droits en refusant de les héberger.

Où est passé l’argent ?

La circulaire du 26 août 2012, relative à « l’évacuation des campements » prévoit explicitement que tous les campements doivent faire l’objet d’un diagnostic sanitaire, social, médical avant de procéder à leur évacuation. Cette circulaire, signée par 7 ministres, dont Valls, devrait donc être appliquée ici comme ailleurs. Le campement existe depuis juillet 2013. On veut bien que le préfet et Gégé partent en vacances, mais au bout de 3 mois et demi, il faudrait peut-être vous réveiller les gars.

Sur le terrain, mais comme partout ailleurs dans l’agglomération lyonnaise, personne n’a vu la moindre association mandatée pour appliquer le volet prévention et diagnostic de cette fameuse circulaire qui reste lettre morte à Lyon. Le cabinet du Préfet Régnier a pourtant dégagé des moyens financiers importants : 4 millions d’euros au niveau national. A Lyon, personne ne sait où est passée l’argent. Gégé, si tu as une idée ? Monsieur le préfet ?

Expulser pour leur plus grand bien

Alors, maintenant que personne n’a respecté la loi (obligation d’héberger des demandeurs d’asile) ni la circulaire (aucun diagnostic individuel), Gérard Collomb, par la voix de son avocat, vient supplier le juge de lui accorder « l’expulsion » en urgence. Au passage, il faut voir avec quelle insistance l’avocat de Gégé explique au juge qu’il s’agit d’une demande d’expulsion et non d’évacuation… Et oui, évacuation on applique la circulaire, expulsion on tire la chasse. D’habitude c’est l’inverse, mais sur ce coup, ça n’arrangeait pas notre socialiste lyonnais en chef. Voilà donc l’avocat du Grand Lyon en train d’expliquer le caractère d’urgence absolue : « il est impossible et impensable de maintenir ces personnes dans de telles conditions de dénuement, d’insalubrité et d’insécurité »… Donc … je demande leur expulsion immédiate. La logique est imparable, n’est ce pas ? 300 personnes dont 100 enfants sont sous un pont dans des conditions déplorables depuis plus de 3 mois, alors pour leur bien, on va les mettre… A la rue, sous la pluie sans le pont pour  les abriter… Et en urgence s’il vous plait. On a attendu 3 mois, mais là, on peut plus. C’est beau le socialisme à la sauce lyonnaise, non ?

La mafia des poubelles

Le plus croustillant, c’est que, histoire d’améliorer leurs conditions de vie « abominables », les demandeurs d’asile ont demandé des barrières de sécurité et des poubelles. Devinez la réponse du Grand Lyon. Allez-vous faire foutre. Pardon, ça c’était le fond de la pensée. La réponse a été : ah ben non, si on vous met des poubelles et des barrières on va pérenniser le campement… Et, « favoriser le trafic de poubelles »

On a du mal à rester sérieux, non mais franchement, Gégé, qu’est ce que tu vas nous chercher là ? Les pauvres se revendent entre eux tes poubelles ? Ils font quoi avec ? Ils dorment dedans ? Ils foutent un moteur et les font passer pour des 4 x 4 ? Ils les transforment en bateau pour naviguer sur la Saône ? Non mais arrête de nous prendre pour des débiles. Il y a des limites quand même.

Non seulement Collomb favorise et entretient la misère pour mieux nous expliquer ensuite qu’il est urgent, pour le plus grand bien des personnes, de les jeter à la rue dans des conditions encore plus abominables, mais en plus il nous fait le coup des mafias. La mafia des poubelles… On aura tout vu.

La chasse aux pauvres et aux étrangers

Jeudi 17 octobre, c’est la journée internationale du refus de la misère. Sur le site de la ville de Lyon on peut trouver la promotion de cette journée. (3) Le thème choisi cette année : « la discrimination fondée sur la précarité sociale ». On croit rêver. Ces élus socialistes détiennent vraiment la palme de l’hypocrisie. La veille, Gérard Collomb réclame à un juge l’autorisation de jeter à la rue  300 personnes dont 100 enfants. Aujourd’hui, il organise avec des associations bienveillantes un grand débat sur la discrimination et la précarité sociale.

A Lyon, comme partout ailleurs en France, on prétend combattre la pauvreté en pourchassant les pauvres.

Les municipalités socialistes mettent les bouchées doubles en stigmatisant les étrangers et en soutenant les déclarations racistes de Manuel Valls. Gérard Collomb, maire de droite dans un ville de droite vient d’obtenir l’investiture du Parti Socialiste pour porter ses valeurs, pardon ses couleurs.

Avec leur politique raciste et discriminatoire à l’encontre des pauvres et des étrangers, les socialistes sont devenus les principaux vecteurs des idées d’extrême droite. Ils s’évertuent un peu plus chaque jour à dérouler le tapis rouge au Front National qui n’en demandait pas tant. A Lyon, Gérard Collomb joue avec le feu. Il reprend les thèses du Front National dans l’espoir de le faire grimper suffisamment pour battre le candidat UMP dans une triangulaire.

Hier, il nous a servi une nouvelle recette de quenelle lyonnaise : la mafia des poubelles. Avec une telle stratégie, on peut être certain que les municipales seront sanglantes. Du sang bleu Marine partout.

(1) http://www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Politique/Ville-de-lyon/Pour-Collomb-les-Roms-n-ont-pas-vocation-a-s-integrer

(2) http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/070913/expulsions-de-roms-la-france-innove

(3) http://www.lyon.fr/actualite/solidarite/journee-mondiale-du-refus-de-la-misere.html

http://blogs.mediapart.fr/blog/philippe-alain/171013/lyon-collomb-en-campagne-contre-la-mafia-des-poubelles

Similar posts
  • Nancy Acte 44: 1500 gilets jaunes et... DNA, menteurs! Gazage des manifestants, et de la Feuille de chou, devant l’Hôtel de police (6’44) 14 septembre, Nancy acte 44. La presse aux ordres donne 700 manifestants à Nancy! C’est le comptage de la police, de l’Est républicain (appelé aussi Est répu-gnant), repris par les Dernières Nouvelles (poubelles?) d’Alsace du groupe EBRA (m’en tombent)-Est [...]
  • Quand les DNA traitent un gilet jaune... En pages région des DNA papier: Les Dernières Nouvelles d’Alsace se sont encore surpassées dans leur édition papier du 12 septembre en pages Région. Un titre choc accrocheur sur le gilet jaune Yannick Krommenacker qui était convoqué hier au TGI pour ” port de costume ressemblant à un uniforme de police“… Tellement choc et de [...]
  • Émotions afro-sionistes dans la Grand... Émotions afro-sionistes dans la Grand-Rue Agente d’artistes réputée, Delphine Courtay s’essaie avec un certain bonheur à l’art de la galerie de peinture, dans la galerie Delphine Courtay tout simplement. Dans la cour intacte derrière la librairie Quai des Brumes, elle expose en ce moment Laurent Impeduglia. Cet artiste reconnu a été lauréat du salon St’art [...]
  • Gilets jaunes: succès de l’Ag d... Dimanche 8 septembre, à Dannemarie dans la salle communale occupée grâce au maire Paul Mumbach, s’est tenue une Coordination des Gilets jaunes de l’Est, territoire plus vaste que le Grand-Est officiel puisque des délégués de Franche-Comté étaient aussi présents avec l’Alsace, la Lorraine, les Vosges et des Allemands. Après un certain retard initial sur l’horaire, [...]
  • Acte 43 à Strasbourg: 400 pour la ren... QG République Place de l’Étoile Départ de la manifestation Place Corbeau Cathédrale de Strasbourg rue Mercière Convergence des luttes gilets jaunes-pompiers Acte 43 de l’Homme de fer au TGI TGI Strasbourg Gilets jaunes République Préfecture Place de Bordeaux Un incident créé par l’interpellation d’un manifestant libéré ensuite Acte 43 Parlement européen Gendarmes, CRS, en veux-tu, [...]

Aucun commentaire jusqu'à présent.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.